ARCHIVE. Le jour où nous sommes tous devenus Américains [PODCAST]

LE 11-SEPTEMBRE A 20 ANS

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Le 11 septembre 2001, il y a 20 ans, nous sommes tous devenus Américains. Ce fut un cri d’amour poussé par Jean-Marie Colombani, le directeur du Monde, dans son éditorial « Nous sommes tous Américains », aussitôt après l’attentat [1].

Un cri d’amour suivi d’un déchaînement de compassion médiatique et d’une longue traînée de surenchère émotionnelle. Mais une question se posait, tout de même : pourquoi ? Chercher à y répondre, chercher des raisons à cette folie vous exposait au pire soupçon. Chercher à expliquer, c’est chercher à excuser et vous voilà repeint en allié objectif de Ben Laden. On préféra le soupir au soupçon et le silence des minutes de silence. Pour écarter tout risque, la diffusion de LÀ-BAS fut suspendue durant une semaine par le directeur de France Inter, Jean-Luc Hees, afin de laisser toute la place à l’info, la vraie.

Nous en avons profité, puisque nous étions tous Américains, pour rencontrer des Américains. Nous ne sommes sans doute pas tombés sur les bons, car celles et ceux que nous avons rencontrés, bouleversés et sous le choc, se demandaient quand même « pourquoi ». Oui, pourquoi ? À cette question, depuis vingt ans, la réponse est la même. Le 11-Septembre, c’est la lutte de la barbarie contre la démocratie, c’est la lutte du « mal » contre le « bien ».

Vingt ans après, cette émission modeste (et géniale) du 17 septembre 2001 est toujours aussi dissidente. Les voix rencontrées par Thierry Scharf et les messages des auditeurs sur le répondeur cherchaient plutôt des causes du côté des méfaits de l’impérialisme américain, comme on disait encore. Du Vietnam au Moyen Orient, de l’Indonésie à l’Amérique latine, à commencer par un autre 11 septembre : le 11 septembre 1973 au Chili, le coup d’État militaire contre le gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende par la général Augusto Pinochet – activement soutenu par les États-Unis. Beaucoup d’Américains partagèrent ce regard, une terreur contre une autre terreur.

Dans cette vision de l’histoire, les victimes du World Trade Center deviennent des victimes de ce même impérialisme américain, des victimes dans le cortège de toutes les autres. C’est un point de vue partagé par certaines familles de victimes que nous avons rencontrées plus tard à New York. Le malheur dans cette guerre asymétrique reste que l’adversaire est une organisation fasciste et obscurantiste au service des intérêts les plus glacés. Et c’est l’autre vision qui a dominé, celle de la guerre du « bien » contre le « mal ». Aujourd’hui, vingt ans après, la défaite américaine en Afghanistan, le retour des talibans, l’horreur de Guantánamo – sans parler de l’Irak et de ses suites – marquent la faillite pathétique de cette politique.

Sommes-nous toujours aussi Américains ?

D.M.

Un reportage de Thierry Scharf diffusé la première fois sur France Inter le 17 septembre 2001.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils ont inventé le chômage Le chômage tue 100 fois plus que le terrorisme AbonnésVoir

Le

En France, le terrorisme a fait 147 victimes en 2015, le chômage tue plus de 14 000 personnes chaque année. C’est ce que vient de confirmer le CESE (Conseil Économique Social et Environnemental) le 10 mai. Une information sortie sans grand tapage, comme une fatalité naturelle.
Voici une farce lucide et grinçante contre les inventeurs et les profiteurs du chômage jouée par des chômeurs, les Z’EN TROP.

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.