ARCHIVE. Le jour où nous sommes tous devenus Américains [PODCAST]

LE 11-SEPTEMBRE A 20 ANS

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Le 11 septembre 2001, il y a 20 ans, nous sommes tous devenus Américains. Ce fut un cri d’amour poussé par Jean-Marie Colombani, le directeur du Monde, dans son éditorial « Nous sommes tous Américains », aussitôt après l’attentat [1].

Un cri d’amour suivi d’un déchaînement de compassion médiatique et d’une longue traînée de surenchère émotionnelle. Mais une question se posait, tout de même : pourquoi ? Chercher à y répondre, chercher des raisons à cette folie vous exposait au pire soupçon. Chercher à expliquer, c’est chercher à excuser et vous voilà repeint en allié objectif de Ben Laden. On préféra le soupir au soupçon et le silence des minutes de silence. Pour écarter tout risque, la diffusion de LÀ-BAS fut suspendue durant une semaine par le directeur de France Inter, Jean-Luc Hees, afin de laisser toute la place à l’info, la vraie.

Nous en avons profité, puisque nous étions tous Américains, pour rencontrer des Américains. Nous ne sommes sans doute pas tombés sur les bons, car celles et ceux que nous avons rencontrés, bouleversés et sous le choc, se demandaient quand même « pourquoi ». Oui, pourquoi ? À cette question, depuis vingt ans, la réponse est la même. Le 11-Septembre, c’est la lutte de la barbarie contre la démocratie, c’est la lutte du « mal » contre le « bien ».

Vingt ans après, cette émission modeste (et géniale) du 17 septembre 2001 est toujours aussi dissidente. Les voix rencontrées par Thierry Scharf et les messages des auditeurs sur le répondeur cherchaient plutôt des causes du côté des méfaits de l’impérialisme américain, comme on disait encore. Du Vietnam au Moyen Orient, de l’Indonésie à l’Amérique latine, à commencer par un autre 11 septembre : le 11 septembre 1973 au Chili, le coup d’État militaire contre le gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende par la général Augusto Pinochet – activement soutenu par les États-Unis. Beaucoup d’Américains partagèrent ce regard, une terreur contre une autre terreur.

Dans cette vision de l’histoire, les victimes du World Trade Center deviennent des victimes de ce même impérialisme américain, des victimes dans le cortège de toutes les autres. C’est un point de vue partagé par certaines familles de victimes que nous avons rencontrées plus tard à New York. Le malheur dans cette guerre asymétrique reste que l’adversaire est une organisation fasciste et obscurantiste au service des intérêts les plus glacés. Et c’est l’autre vision qui a dominé, celle de la guerre du « bien » contre le « mal ». Aujourd’hui, vingt ans après, la défaite américaine en Afghanistan, le retour des talibans, l’horreur de Guantánamo – sans parler de l’Irak et de ses suites – marquent la faillite pathétique de cette politique.

Sommes-nous toujours aussi Américains ?

D.M.

Un reportage de Thierry Scharf diffusé la première fois sur France Inter le 17 septembre 2001.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

Il y a 50 ans, assassinat de Martin Luther King. Entretien de Daniel Mermet avec l’historienne Sylvie Laurent Martin Luther King, l’insurgé AbonnésVoir

Le

Aseptisé, édulcoré, récupéré, Martin Luther King n’est pas seulement celui qui a fait le rêve de la fraternité entre les enfants du bon Dieu américain. Toute une partie de son combat social et radical a été passé sous silence. À l’occasion du cinquantième anniversaire de son assassinat, le 4 avril 1968, par un partisan de la ségrégation raciale, voici un entretien avec Sylvie Laurent, historienne, auteure de Martin Luther King. Une biographie intellectuelle et politique (Seuil, 2015).