Mai 1936. Il y a 80 ans, le Front Populaire

La vie est à nous ! ou quand le peuple triomphait

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Casquettes et poings levés, drapeaux rouges sur les usines occupées, des amoureux sur un tandem, le Front Populaire nous a laissé ces emblèmes de la première victoire du peuple dans la lutte des classes en France. Un élan qui a débordé le gouvernement de gauche qui venait d’être élu, et qui a débordé le cadre des syndicats ouvriers.

« LE FRONT POPULAIRE A DONNÉ UN ESSOR À LA VIE », nous disait en 1996 un ancien ouvrier qui avait vécu cette victoire sans précédent. Liberté syndicale, semaine de 40 heures (au lieu de 48), conventions collectives, aides pour les chômeurs, congés payés deux semaines par an… Mais aussi un souffle d’émancipation populaire et la base de l’État social.

Dans nos émissions, nous sommes revenus plusieurs fois sur cette époque qui, aujourd’hui, 80 ans après, est une inspiration pour les luttes actuelles. Prenez le temps d’écouter – et de savourer – « LA VIE EST À NOUS », en trois épisodes, avec des éclairages de l’historienne Danielle TARTAKOWSKY et les voix disparues qui ont changé nos vies.

Pathé Journal (20 juin 1936)

Alors que la France est cernée par le fascisme en Italie, en Allemagne puis en Espagne, le peuple l’emporte. 12  000 grèves dont 9  000 avec occupation d’usine ou de magasin qui mobilisent 2,5 millions de travailleurs. Un formidable élan populaire qui va déborder le gouvernement de gauche et les directions syndicales.

On connaît le résultat : congés payés, quarante heures, la dignité reconquise, un souffle neuf. Et aussi la peur et la rage des classes possédantes. Face à ces « salopards en casquette », les milieux d’affaires provoquèrent la fuite des capitaux en affirmant : « plutôt Hitler que le Front populaire ». Les possédants ont ainsi contribué à l’échec en 1937 de la coalition menée par Léon BLUM.

Mais aujourd’hui, 80 ans après, malgré leur acharnement et les moyens dont ils disposent, ils n’ont pas encore réussi à détruire toutes les conquêtes sociales du printemps 1936.


Témoignages, archives, entretien avec l’historienne Danielle Tartakowsky (diffusés pour la première fois en mai 2012)

01. La vie est à nous (1) [mai 2012]
02. La vie est à nous (2) [mai 2012]
03. La vie est à nous (3) [mai 2012]

Merci à Danielle TARTAKOWSKY.

Programmation musicale :
- Jean-Lorris : Aux hommes de l’an 2000
- Jean Gabin : Quand on s’promène au bord de l’eau (extrait du film La belle équipe, de Jean Duvivier, 1936)
- Montehus : Le décor va changer
- Chantegrelet et Doubis : La victoire du Front populaire
- Ray Ventura : La grève de l’orchestre
- Marianne Oswald : La grasse matinée
- Raoul Chantegrelet : Vas-y Léon
- Albert Préjean : Amusez-vous

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportages : Zoé VARIER
entretien : Daniel MERMET
réalisation : Franck HADERER et Bertrand CHAUMETON

(Vous pouvez podcaster ces émissions en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.

Première guerre mondiale : la mémoire des auditeurs de Là-bas. Un reportage de Thierry Scharf (2002) Les lettres de Craonne Accès libreÉcouter

Le

En novembre 1998, Là-bas si j’y suis avait proposé aux auditeurs une série d’émissions pour commémorer la 1ère Guerre mondiale et les centaines de milliers de sacrifiés de cette Grande boucherie. Quatre émissions qui ont beaucoup marqué les auditeurs, à la suite desquelles nous avions reçu des dizaines de témoignages, de lettres manuscrites, de messages sur le répondeur. Une avalanche de souvenirs que (...)