SPECIAL GRAND REPORTAGE RADIO (56’54)

LA LONGUE MARCHE DES "DJIHADISTES VERTS" Abonnés

1

Le , par L’équipe de Là-bas

Ils sont partis à pied de la ZAD d’Agen pour venir dénoncer l’hypocrisie de la COP 21 à Paris. Qui sont ces "zadistes" qualifiés de "djihadistes verts" lors de la mort de Rémi Fraisse ?
Anaëlle Verzaux les a suivis pendant tout un mois. Leur but était de venir contester la COP 21 et, chemin faisant, de manifester contre la LGV (Ligne à Grande Vitesse).
Écolos radicaux et donc anticapitalistes, ils veulent un monde différent, et ils vivent différemment. Mais en cours de route, soudain, l’horreur a éclaté le 13 novembre à Paris. Suivie de l’État d’ urgence et de la violente manif où ils étaient le 29 à Paris.
Voici cette longue marche et ce choc, vus et vécus par ces djihadistes là.

Version intégrale

(Extrait) La longue marche des djihadistes verts

ZAD, c’est Zone A Défendre. Les zadistes vont de Zad en Zad. Notre-Dame des Landes, barrage de Sivens, ferme des mille vaches à Ducrat dans la Somme, Center Parcs de Roybon dans l’Isère. Ils vivent de rien, ils parlent aux gens, ils ont des chiens, ils font la manche et la révolution. Pour brouiller les pistes et se moquer des médias, ils s’appellent tous CAMILLE, un prénom fille ou garçon. En les voyant cheminer on pense aux pèlerins de naguère, aux hippies fleuris, aux premiers routards, ou aux travellers anglais. Mais on pense aussi au Larzac des années 70 et aux eco-warriors plus récemment. C’est un peu de tout ça qu’ils trimballent, avec des semelles de vent, un monde à refaire et des nouilles à faire cuire.

Nos zadistes marchent contre la COP 21, mais aussi contre la ligne LGV (Ligne à Grande Vitesse), qui doit bientôt relier Tours à Bordeaux, en passant par Poitiers.
Grâce à la LGV, il ne vous faudra plus que 2 heures pour Bordeaux depuis Paris, au lieu de 3 h 20.
Quelle chance ! Mais ça coûte cher. Et il y a plusieurs LGV en projet, il y a aussi la ligne Lyon-Turin, qui va coûter au minimum 26 milliards d’euros, dont 13 milliards à la France, soit 20 fois le coût de l’aéroport de Notre-Dame des Landes. Il y a aussi la ligne Bordeaux-Toulouse, et la Limoges-Poitiers.

Or il y aura nécessairement des dégâts environnementaux, puisque quantité de nouveaux rails vont être posés dans ces fragiles paysages.

Concernant la ligne LGV le long de laquelle nous marchons avec les zadistes, il s’agit d’un Partenariat Public Privé (PPP), piloté par VINCI, pour un financement total de 7,8 milliards d’euros, dont 4 milliards d’apports publics direct et 2,2 milliards d’emprunt garantis. L’apport réel de Vinci est donc en fait relativement limité (1,8 milliards d’euros) Par contre Vinci, propriétaire de cette LGV, en aura les bénéfices dès l’ouverture de la ligne !

A Poitiers, près de la future ligne LGV, nous avons dormi dans un tipi, chez Zo Prod, un grand atelier d’artistes. Avec les marcheurs de la ZAD, partis d’Agen, on se prépare à reprendre la longue, longue marche jusqu’au Bourget… ou presque...


Partie 1 :


Partie 2 :


Reportage : Anaëlle VERZAUX
Réalisation : Jérôme CHELIUS

Merci à : Lucie, Pika, Mathias, Denis, Garance, Malik, Obélix, Oliv, Minou, Bassam, Adrien, Milan, Dada, Romain et à tous les marcheurs !


Programmation musicale :

- Kyoto Blues
UHT
Black Sifichi

- Karl Heinz Schäfer
Utopia

- Keny Arkana
Y a urgence !

- Global Warning
UHT & Ghostown


N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)


Zo Prod

Zo Prod


Photos : © Anaëlle Verzaux

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]