SPECIAL GRAND REPORTAGE RADIO (56’54)

LA LONGUE MARCHE DES "DJIHADISTES VERTS" Abonnés

Le , par L’équipe de Là-bas

Ils sont partis à pied de la ZAD d’Agen pour venir dénoncer l’hypocrisie de la COP 21 à Paris. Qui sont ces "zadistes" qualifiés de "djihadistes verts" lors de la mort de Rémi Fraisse ?
Anaëlle Verzaux les a suivis pendant tout un mois. Leur but était de venir contester la COP 21 et, chemin faisant, de manifester contre la LGV (Ligne à Grande Vitesse).
Écolos radicaux et donc anticapitalistes, ils veulent un monde différent, et ils vivent différemment. Mais en cours de route, soudain, l’horreur a éclaté le 13 novembre à Paris. Suivie de l’État d’ urgence et de la violente manif où ils étaient le 29 à Paris.
Voici cette longue marche et ce choc, vus et vécus par ces djihadistes là.

Version intégrale

(Extrait) La longue marche des djihadistes verts

ZAD, c’est Zone A Défendre. Les zadistes vont de Zad en Zad. Notre-Dame des Landes, barrage de Sivens, ferme des mille vaches à Ducrat dans la Somme, Center Parcs de Roybon dans l’Isère. Ils vivent de rien, ils parlent aux gens, ils ont des chiens, ils font la manche et la révolution. Pour brouiller les pistes et se moquer des médias, ils s’appellent tous CAMILLE, un prénom fille ou garçon. En les voyant cheminer on pense aux pèlerins de naguère, aux hippies fleuris, aux premiers routards, ou aux travellers anglais. Mais on pense aussi au Larzac des années 70 et aux eco-warriors plus récemment. C’est un peu de tout ça qu’ils trimballent, avec des semelles de vent, un monde à refaire et des nouilles à faire cuire.

Nos zadistes marchent contre la COP 21, mais aussi contre la ligne LGV (Ligne à Grande Vitesse), qui doit bientôt relier Tours à Bordeaux, en passant par Poitiers.
Grâce à la LGV, il ne vous faudra plus que 2 heures pour Bordeaux depuis Paris, au lieu de 3 h 20.
Quelle chance ! Mais ça coûte cher. Et il y a plusieurs LGV en projet, il y a aussi la ligne Lyon-Turin, qui va coûter au minimum 26 milliards d’euros, dont 13 milliards à la France, soit 20 fois le coût de l’aéroport de Notre-Dame des Landes. Il y a aussi la ligne Bordeaux-Toulouse, et la Limoges-Poitiers.

Or il y aura nécessairement des dégâts environnementaux, puisque quantité de nouveaux rails vont être posés dans ces fragiles paysages.

Concernant la ligne LGV le long de laquelle nous marchons avec les zadistes, il s’agit d’un Partenariat Public Privé (PPP), piloté par VINCI, pour un financement total de 7,8 milliards d’euros, dont 4 milliards d’apports publics direct et 2,2 milliards d’emprunt garantis. L’apport réel de Vinci est donc en fait relativement limité (1,8 milliards d’euros) Par contre Vinci, propriétaire de cette LGV, en aura les bénéfices dès l’ouverture de la ligne !

A Poitiers, près de la future ligne LGV, nous avons dormi dans un tipi, chez Zo Prod, un grand atelier d’artistes. Avec les marcheurs de la ZAD, partis d’Agen, on se prépare à reprendre la longue, longue marche jusqu’au Bourget… ou presque...


Partie 1 :


Partie 2 :


Reportage : Anaëlle VERZAUX
Réalisation : Jérôme CHELIUS

Merci à : Lucie, Pika, Mathias, Denis, Garance, Malik, Obélix, Oliv, Minou, Bassam, Adrien, Milan, Dada, Romain et à tous les marcheurs !


Programmation musicale :

- Kyoto Blues
UHT
Black Sifichi

- Karl Heinz Schäfer
Utopia

- Keny Arkana
Y a urgence !

- Global Warning
UHT & Ghostown


N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)


Zo Prod
Zo Prod


Photos : © Anaëlle Verzaux

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain Café Repaire du Conflent se tiendra jeudi 18 octobre 2018 à partir de 19h30 au Bar du Canigou à Villefranche de Conflent On se retrouve pour la dernière fois en heure d’été à 19h30. Pas de menu particulier cette fois. Ce sera une auberge espagnole : chacun, chacune apporte un sujet ou (...)

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.