19 mars 1962 : cessez-le-feu en Algérie, il y a 60 ans

ILS EURENT VINGT ANS DANS LES AURÈS (3/3) 19 Mars 1962. 60 ans après, Macron et son clientélisme mémoriel électoraliste

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

En France pour ceux qui avaient 20 ans il y a 60 ans, le cessez-le-feu du 19 mars 1962, fut une fête. Finie la peur d’être « appelé », une peur qui a marqué la prise de conscience politique de toute une génération, dont il faut saluer les insoumis et les déserteurs. Mais cette date marquait aussi le début d’une série de règlements de compte, de massacres et d’exodes, les « cent jours de l’horreur » suivis d’années de silences, de refoulement et d’amnisties arbitraires.

Écouter le reportage

[RADIO] Ils eurent 20 ans dans les Aurès (3/3)

Il fallut attendre 1999 pour que ces « évènements d’Algérie » soient reconnus comme une guerre qui a duré huit ans, de 1954 à 1962. En vérité c’est une guerre qui a duré 132 ans, depuis la conquête coloniale de 1830. Il faut remonter à cette date pour suivre la longue trainée de sang du glorieux colonialisme à la française. Il faut voir les peintures d’Horace Vernet qui célébrait officiellement les massacres. Il faut évoquer le général Bugeaud ( qui fait l’admiration d’Eric Zemmour !) rendu célèbre par des opérations de terre brûlée et par ces fameuses "enfumades" des grottes où les habitants se réfugiaient, hommes , femmes et enfants.

« Le but disait Bugeaud, n’est pas de courir après les Arabes, ce qui est fort inutile ; il est d’empêcher les Arabes de semer, de récolter, de pâturer, […] de jouir de leurs champs […]. Allez tous les ans leur brûler leurs récoltes […], ou bien exterminez-les jusqu’au dernier. »
« Si ces gredins se retirent dans leurs cavernes, imitez Cavaignac aux Sbéhas ! Fumez-les à outrance comme des renards. »

Rares furent en France les opposants à ce colonialisme, bien au contraire, c’était la grandeur de notre mission civilisatrice qui était chantée par les écoliers. C’était surtout une exploitation féroce des « indigènes » et des ressources du pays appuyé sur un violent racisme théorisé par la science qui venait justifier l’injustice. Le colonialisme s’employa a diaboliser l’Islam dés la conquête. L’’islamophobie actuelle s’inscrit dans cette tradition colonialiste.

Au terme d’une lutte difficile de la guérilla algérienne et sous condition que les intérêts du capitalisme français soient préservés, ainsi que sous la pression des puissances engagées dans la guerre froide, le cessez-le feu fut donc signé ce jour là à Evian. Aujourd’hui pour la France de la Nostalgérie comme pour les revanchards de la « reconquête », cette date marque le début de ce déclin français qui les hante.

Quand à Emmanuel Macron, tout comme l’épicier arabe qui doit avoir en rayon tout les articles pour satisfaire la clientèle, il a tout les arguments et toutes les promesses pour répondre à chacun. Reconnaissons lui comme à ses équipes de com’ un grand talent dans le clientélisme mémoriel électoraliste.

Depuis une vingtaine d’années, une suite d’études historiques, de reportages et d’enquêtes apportent des éclairages sur l’histoire et les séquelles de cette longue guerre. Pour ce 60eme anniversaire nombre de publications permettent de mieux comprendre les causes et les racines de notre histoire actuelle à commencer par la puissance du ressentiment qui revient dans une campagne électorale où selon des sondages, la moitié des français soutiendraient une droite et une extrême droite ouvertement raciste et islamophobe.

En 1998, LÀ-BAS faisait entendre au grand public la parole refoulée des sans-grade de la guerre sans nom. Avec des voix inédites évoquant la solitude, la violence, l’amertume d’une génération perdue. Pour la première fois, ils parlaient de la torture qu’ils avaient pratiquée. Et des ordres qu’ils avaient reçus. Et des lettres d’amour attendues. À l’heure où l’extrême droite exacerbe rancune et refoulement, nous vous proposons une nouvelle version de ces témoignages en trois parties. Aujourd’hui, troisième partie, le témoignage de Guy.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !