Handicapée à 80%, notre amie Jacqueline continue le combat

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Au cœur de l’été nous recevons un message superbe de Jacqueline LORTHIOIS. On ne l’avait pas oubliée, avec François Ruffin nous l’avions rencontrée, il y a dix ans, suite au message bouleversant qu’elle avait laissé sur le répondeur. Urbaniste, socio économiste, femme engagée, soudain frappée par un lourd handicap, elle nous disait "J’ai un corps comme un scaphandrier mais j’ai la tête comme un papillon". Un papillon de lutte. Non pas seulement une lutte "malgré tout" mais une lutte politique, une lutte "essentielle" disait-elle. Dix ans après elle n’a rien lâché. De quoi nous redonner à tous le courage de faire face. Merci chère Jacqueline, nous vous embrassons !




Mardi 7 aout 2018

Cher Daniel Mermet,

Au sortir d’une opération particulièrement éprouvante de colonne vertébrale, vous m’aviez consacré il y a plus de 10 ans une heure d’interview sur France Inter, qui m’a permis de connaître François Ruffin, dont je suis restée une groupie (j’ai encore ri cette nuit en revoyant son intervention sur l’achat de vaisselle de l’Elysée…) tout autant que la vôtre, ains que celle de toute votre équipe.

Grâce à vous, j’ai créé tout un réseau de solidarité qui m’a permis de tenir, alors que ma vie était sur un fil…

Je suis toujours en vie, toujours malade, plus gravement. Je suis toujours remontée comme une horloge et je pense que c’est pour cette raison que je suis encore là !

J’ai repris du service en militantisme : j’ai co-fondé un Collectif contre Auchan pour empêcher un Grand Projet Inutile intitulé « Europacity » sous les pistes de Roissy ;

J’ai co-fondé aussi la COSTIF : Coordination Ile de France contre les Grands Projets Inutiles.

Et nous avons pris comme avocat Etienne Ambroselli, qui a fait 3 jours de garde à vue pour avoir osé manifester avec les opposants de Bure !!

Et là, avec la canicule, sous mon masque respiratoire, je pète un plomb.

La mairie me téléphone, pour me demander de boire de l’eau !!! On se fout de notre gueule ??? Alors j’ai pondu un papier d’humeur, qui peut-être rencontrera un écho auprès de vous. Parce que c’est très joli, vos Sexplorateurs, mais je ne suis pas du tout préoccupée en ce moment par la bagatelle, j’essaie tout simplement de rester EN VIE (ne serait-ce que pour me permettre – entre autres – d’écouter Là bas si j’y suis… )

Et je me sens de plus en plus jetable, et jetée par les notables...

C’est pourquoi je vous envoie à toutes fins utiles ce papier d’humeur.

Bien à vous et longue vie à votre équipe, vos auditeurs… Et à tous ceux qui conservent un minimum de lucidité (et d’air pour respirer), Ici et Là-bas.

Bien à vous,

Jacqueline



Prendre des mesurettes par temps de canicule : Une mise en danger de la vie d’autrui !

Je suis handicapée à 80% : j’ai un effondrement thoracique qui a nécessité une greffe totale de la colonne vertébrale [1]. J’ai donc les poumons écrasés, avec seulement 1,6 litre de capacité pour respirer (le seuil mortel est de 1,5). Je suis sous assistance respiratoire depuis 2016 (avec appareil, masque, cortisone), après avoir fait un TVO sévère = Trouble Ventilatoire obstructif, où j’ai failli y passer (j’étais à 1,26 litre)…

Chaque été, je vois arriver la chaleur avec une angoisse croissante. Et chaque nouvel été, j’entends ce constat météo : « l’été le plus chaud depuis que les relevés existent !! » Et à chaque fois, le record est repoussé d’un cran ! Et à chaque fois, on nous indique le NIVEAU de GRAVITÉ de la situation ! ça me fait penser à la mesure du chômage. Quand on a le sentiment de ne rien pouvoir faire, on fait les comptes… Ça me met hors de moi : on s’en fout des chiffres, on veut des ACTIONS !!

J’entends la Ministre de la Santé expliquer : « on met en place des pièces rafraichissantes dans les hôpitaux, dans les maisons de retraite… On installe des ventilateurs… » Et pour la « journée noire du grand chassé-croisé des vacances… », en prévision des heures d’attente, coincés dans les embouteillages, cette remarque qui m’exaspère : « heureusement, y a la clim… » Mais on se tire une balle dans le pied ! Car la clim’, les ventilateurs consomment de l’énergie et contribuent à augmenter l’effet de serre !

Il se trouve que je suis urbaniste. Et qu’on a démontré qu’à la grande canicule de 2003, en dehors de Paris qui est une des villes les plus denses du monde… le département suivant le plus impacté était la Seine-St-Denis. Au milieu d’une flopée de grands ensembles (St Denis, Aubervilliers, Stains, la Courneuve, Pierrefitte, Blanc-Mesnil)… on a réussi à sauvegarder un grand espace vert : le parc Georges-Valbon de la Courneuve, 400 ha. Et bien non ! A quelques encablures du Bourget où s’est tenue la COP 21, il faut qu’on lui rogne quelques hectares, au prétexte d’y installer le village des Médias pour les J.O. de 2024, malgré la protestation des associations riveraines. Sans compter le projet toujours en suspens d’une couronne de tours, sous l’autorité de l’ordonnateur du « Paris-Grand », Roland Castro, chargé d’une mission gouvernementale, qui imagine des constructions pour « optimiser » un espace de la taille de Central Park, au prétexte de recoudre le tissu urbain d’une « urbanité » vertueuse.

Et un peu plus au nord, se trouve le Triangle de Gonesse, 700 ha de terres agricoles coincées entre deux aéroports : Roissy et le Bourget, interdites à l’habitat en raison des nuisances de bruit (un avion qui décolle ou atterrit toutes les minutes ½). C’est la dernière « pénétrante » non urbanisée du nord-est de l’Ile-de-France, qui assure des fonctions irremplaçables : piéger le carbone, sauvegarder un vaste îlot de fraîcheur dans un univers particulièrement minéralisé, sans compter la haute valeur nutritive de ses excellentes terres limoneuses. Mais Auchan associé à un groupe chinois Wanda a jeté son dévolu sur ce territoire, pour y mettre des équipements aussi incongrus qu’inutiles : une piste de ski ( !), des surfaces commerciales qui doubleraient l’offre existante dans un rayon de 5 kms, 50 000 m2 de culture au milieu de nulle part (la taille de Beaubourg), une gare de métro dans un lieu sans habitant, pendant qu’à quelques kilomètres, les banlieusards s’entassent dans les RER B ( 900 000 flux/ jour) et D (600 000 flux/jour). Le tout prétendant attirer 31 millions de visiteurs, soit 2 fois Disneyland (1ère destination touristique européenne) et 3 fois ½ Le Louvre (n°1 mondial des musées).

Malgré des oppositions à ce projet grandissantes, des prises de position multiples d’acteurs associatifs, politiques, syndicaux, intellectuels, artistes… Malgré des actions juridiques toujours en cours, une rumeur insistante voudrait que ces terres qui ont mis 18 à 20 000 ans à se bonifier serviraient de poubelle… pour entreposer les déchets BTP de la gare de métro du Bourget/ Aéroport dont la construction doit démarrer en 2019 pour desservir le Village Olympique !

Quand la France étouffe, que la vie des plus fragiles est menacée : combien faut-il de morts (on en compte déjà 40 000 par an, liés à la pollution) pour que cette politique à courte vue, qui consiste à entasser toujours plus de béton, toujours plus de spéculation immobilière, toujours plus de consommation… soit totalement abandonnée, et que l’on se décide, enfin, à sauver –non pas le climat, il s’en fout !- mais l’espèce humaine qui a construit la galère où nous sommes embarqués ?

Je refuse de passer pour un dégât collatéral ! Je me moque que ma mairie m’appelle pour vérifier que je bois suffisamment (alors que par ailleurs, elle s’apprête à sacrifier une zone agricole en bord d’Oise pour agrandir le port de plaisance !)

Quand est-ce qu’on cesse de prendre des mesures (au sens température) et qu’on prend des VRAIES MESURES (au sens programme !) pour éviter la catastrophe ?

Jacqueline LORTHIOIS

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Pas tout à fait : il me reste D1, la première dorsale que j’ai appelée Dominique. Mais les 11 autres, les 5 lombaires, le sacrum sont outillées d’un kilo de métal, d’os de synthèse et de greffes osseuses.

Voir aussi

Le blog de Jacqueline Lorthhiois : https://blogs.mediapart.fr/j-lorthiois

Sur notre site

À écouter

  • Un reportage de François Ruffin

    Jacqueline, les minutes essentielles Accès libre

    Écouter
    Suite à son bouleversant message laissé sur le répondeur de l’émission, Là-bas si j’y suis est allé François Ruffin à la rencontre de Jacqueline Lorthiois confinée chez elle depuis une greffe totale de la colonne vertébrale. Mais en toujours en (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »