Avec Éric Hazan, qui publie « Le tumulte de Paris » (La Fabrique)

Éric Hazan : « Le danger, c’est que la Commune perde son sens révolutionnaire pour devenir une image d’Épinal » Abonnés

1

Le

Maximilien Luce, Une rue de Paris en mai 1871, huile sur toile, 151 × 225 cm, entre 1903 et 1906

À Belleville, dans les rues où se tenaient les dernières barricades de la Commune de Paris, l’écrivain et éditeur Éric Hazan rend hommage aux insurgés, et remet les récupérateurs de mémoire à leur place.  

Cent-cinquantenaire de la Commune oblige, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de commémorer l’événement en grande pompe, à grand renfort de cérémonies officielles, du 18 mars au 28 mai. Le programme a même un nom : « Nous la Commune ! », et il a été vigoureusement dénoncé par les élus de droite au conseil de Paris… « Nous », vraiment ? Il ne faudrait pas que la mémoire de la Commune de Paris, à l’occasion de cet anniversaire, passe pour lisse, neutre, et finalement consensuelle.

Éric Hazan, l’éditeur de La Fabrique, passionné de Paris et de l’histoire des révolutions, s’applique à lui rendre son sens vraiment subversif. Fin connaisseur de la Commune de Paris, il fait resurgir des rues de Belleville, le quartier où il réside dans le XXe arrondissement, les souvenirs et les mots des insurgés qui s’y sont battus, aux derniers jours de la Semaine sanglante (la répression des communards par l’armée versaillaise, qui a fait 20 000 morts) : Louise Michel, Prosper-Olivier Lissagaray, Jules Vallès… Le meilleur piéton de Paris (il n’y a qu’à lire son chef-d’œuvre L’invention de Paris, ou dernièrement Le tumulte de Paris pour s’en convaincre) marche d’un pas décidé. Les lieux qu’il arpente sont chargés de sens : les rues Ramponeau et de la Fontaine-au-Roi se disputent l’honneur d’avoir abrité la dernière barricade de 1871, tandis qu’aux fenêtres du café La Vielleuse, rue de Belleville, Vallès faisait le coup de fusil contre les Versaillais. Du présent au passé, le fil (rouge comme le drapeau de la Commune) est renoué. 

Un reportage de Mathieu Dejean avec Éric Hazan, éditeur, auteur du livre Le tumulte de Paris, (La Fabrique, 2021).

Programmation musicale :
 Michèle Bernard : Oh comme ils ont rêvé
 Les Quatre barbus : La Semaine sanglante
 Groupe 17  : L’Insurgé
 Cora Vaucaire : Le Temps des cerises

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Mathieu Dejean
réalisation : Sylvain Richard

Dossier : [VIDÉO] Célébration de la Commune : enfin au bout de 150 ans, les Communards font reculer les versaillais !

1 minute 35 de bonheur ! Ça dure 1 minute 35, regardez : « CASSEZ-VOUS ! CASSEZ-VOUS, VERSAILLAIS ! » Et en effet, les flics s’en vont ! Place de la République, samedi 29 mai, on célèbre les 150 ans de la Commune de Paris. Alors que tout est prévu, convenu, autorisé, alors que tout est calme, les flics de Darmanin s’apprêtent à cogner et à gazer sans la moindre raison. « LIBERTÉ, À BAS LES VERSAILLAIS ! » Et finalement, ils reculent assez piteux, images bien rares dans Paris. Une petite scène symbolique bien sûr, et qui donne raison à un certain Marx (Karl) qui affirmait : « les grands évènements se répètent deux fois, la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce ». Oui mais, par cette magnifique journée de retrouvailles de République au mur des Fédérés, on a vu là le signe annonciateur du grand rebondissement !

Voir le dossier

Voir aussi

  Éric Hazan, Le tumulte de Paris, Paris, La Fabrique, 2021

 Éric Hazan, La Barricade. Histoire d’un objet révolutionnaire, Paris, Autrement, 2013

 Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, Bruxelles, Henri Kistemaeckers, 1876

 Louise Michel, Mémoires. 1886, Paris, F. Roy, février 1886

 Jules Vallès, L’Insurgé, Paris, Georges Charpentier, 1886

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Le relais de la flamme olympique, une invention nazie AbonnésVoir

Le

« Le Relais de la Flamme est une tradition incontournable qui nous plonge dans les racines des Jeux », nous explique le site officiel des Jeux olympiques, qui précise aussi : « la première torche du Relais de la Flamme Olympique de Paris 2024 sera allumée le 16 avril 2024, selon la tradition antique, à l’aide des rayons du soleil, lors d’une cérémonie dans le sanctuaire d’Olympie, en Grèce, où se déroulaient les Jeux antiques. »

Cette surabondance de références à la « tradition », aux « racines » et à l’antiquité nous fait croire que ce feu sacré de l’olympisme – dont les pérégrinations font l’objet d’une diffusion quotidienne en direct sur une chaîne spéciale dédiée de la plateforme en ligne de France Télévisions – brûle depuis des temps immémoriaux. Or il n’en est rien, puisque la flamme olympique a été inventée pour les Jeux d’Amsterdam en 1928. Quant à l’allumage en Grèce à Olympie et le parcours de la torche, c’est une mise en scène créée de toutes pièces pour les Jeux de Berlin en 1936. Berlin, 1936 ? Gérard Mordillat se demande comment une telle symbolique nazie peut, en plus, coûter 180 000 euros à chaque département français qui souhaite accueillir le passage de la flamme, laquelle est pourtant « parrainée » par le groupe Coca-Cola qui espère faire des Jeux un « accélérateur de business » pour ses marques. Alors vive « l’esprit de l’olympisme » !

Bifurquer. Claquer la porte et aller planter vos choux bio, vous en rêvez ? Un ancien de Là-bas raconte sa bifurcation heureuse. Reportage radio. PODCAST Rompre les rangs : la nouvelle vie de Grégory Salomonovitch AbonnésÉcouter

Le

« BIFURQUER ». C’est le mot de l’été chez les bobos toujours futés. Bifurquer, démissionner, déserter. Une mode passagère ou une vague de fond ? Le discours rebelle d’une poignée de jeunes diplômés d’AgroParisTech contre l’ordre néolibéral, lors de la remise de leur diplôme le 10 mai 2022, a été vu des millions de fois sur les réseaux. Il s’agit en somme de rompre les rangs. Rompre avec le capitalisme ou, tout au contraire, montrer qu’un autre capitalisme est possible ? Et puis bifurquer, mais dans quelle direction ? L’alternative est souvent le retour à la terre.

Entre guerre, covid et planète pourrie, la jeunesse se fait du souci. Des rencontres inattendues avec notre belle jeunesse. [PODCAST] Les élections ? Quelles élections ? La jeunesse elle en dit quoi ? [INTÉGRALE] Accès libreÉcouter

Le

Entre guerre, covid et planète pourrie la jeunesse se fait du souci. Pas le même genre de souci pour le fils à papa de Neuilly et la fille en galère dans sa piaule pourrie. Et alors les élections dans tout ça les jeunes, vous en attendez quoi ? Sophie a tendu son micro un peu partout. Voilà une série de rencontres inattendues, loin des chiffres et des vieux gros clichés sur notre belle jeunesse. Et surtout quel rapport avec ces candidats qui parlent et qui s’agitent ?

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?