RETOUR AU MUSÉE DU QUAI BRANLY (REPORTAGE 39’53)

DES OBJETS MAIS PAS DE SUJETS

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(Dessin : Willem)

À Paris, le Musée de l’Homme rouvre ses portes avec une nouvelle présentation. Une occasion de revenir en 2006 lors de l’inauguration du Musée du Quai Branly voulu, disait-on, par Jacques Chirac, grand amateur d’« Art premier ». Quelques rares voix s’étaient élevées à l’époque pour protester contre ce nouveau musée peuplé d’objets mis en scène hors de tout contexte et qui provenaient des collections du Musée de l’Homme jugé trop poussiéreux et trop didactique et qui avait donc été fermé.

Avec Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali, nous avions visité le nouveau Musée du quai Branly qui faisait la une en octobre 2006. « L’illustration parfaite de l’incohérence des rapports Nord - Sud » disait Aminata Traoré, consternée parmi les visiteurs enchantés par les objets présentés en provenance notamment d’Afrique. Avec nous Semega Gaoussou et Posso Inza deux étudiants africains délogés d’un foyer d’étudiants en lutte à Cachan, près de Paris, tout aussi choqués par ces objets arrachés à leur contexte et mutilés de toute signification. De même pour les autres "objets d’arts tribaux" d’Océanie, d’Asie ou des Amériques réduits à l’état de trophées et de bibelots pittoresques.

Et, pendant ce temps, dans les immenses galeries - vides -, du Musée de l’Homme, Bernard Dupaigne évoquait ce qu’on ne trouve plus à Branly, à savoir l’ethnologie. Tandis que la direction du "MQB", quant à elle, refusait de discuter avec nous.

Au musée du Quai Branly (2006)

Un reportage de Daniel MERMET et Renaud LAMBERT, 17 et 18 octobre 2006.

N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Sur notre site

Dans les livres

  • Le scandale des arts premiers - La véritable histoire du musée du quai Branly

    Directeur du laboratoire d’Ethnologie du musée de l’Homme, Bernard Dupaigne est en colère. De l’autre côté de la Seine, le Président Chirac a fait ouvrir un Musée qui a vidé le sien de ses collections, afin de mettre en valeur la « beauté » de ces pièces et d’aider la France à tourner la page de son passé colonial. Ecrit à l’acide, ce livre présente un autre point de vue sur ce musée...

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.