RETOUR AU MUSÉE DU QUAI BRANLY (REPORTAGE 39’53)

DES OBJETS MAIS PAS DE SUJETS

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


(Dessin : Willem)

À Paris, le Musée de l’Homme rouvre ses portes avec une nouvelle présentation. Une occasion de revenir en 2006 lors de l’inauguration du Musée du Quai Branly voulu, disait-on, par Jacques Chirac, grand amateur d’« Art premier ». Quelques rares voix s’étaient élevées à l’époque pour protester contre ce nouveau musée peuplé d’objets mis en scène hors de tout contexte et qui provenaient des collections du Musée de l’Homme jugé trop poussiéreux et trop didactique et qui avait donc été fermé.

Avec Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali, nous avions visité le nouveau Musée du quai Branly qui faisait la une en octobre 2006. « L’illustration parfaite de l’incohérence des rapports Nord - Sud » disait Aminata Traoré, consternée parmi les visiteurs enchantés par les objets présentés en provenance notamment d’Afrique. Avec nous Semega Gaoussou et Posso Inza deux étudiants africains délogés d’un foyer d’étudiants en lutte à Cachan, près de Paris, tout aussi choqués par ces objets arrachés à leur contexte et mutilés de toute signification. De même pour les autres "objets d’arts tribaux" d’Océanie, d’Asie ou des Amériques réduits à l’état de trophées et de bibelots pittoresques.

Et, pendant ce temps, dans les immenses galeries - vides -, du Musée de l’Homme, Bernard Dupaigne évoquait ce qu’on ne trouve plus à Branly, à savoir l’ethnologie. Tandis que la direction du "MQB", quant à elle, refusait de discuter avec nous.

Au musée du Quai Branly (2006)

Un reportage de Daniel MERMET et Renaud LAMBERT, 17 et 18 octobre 2006.

N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Sur notre site

Dans les livres

  • Le scandale des arts premiers - La véritable histoire du musée du quai Branly

    Directeur du laboratoire d’Ethnologie du musée de l’Homme, Bernard Dupaigne est en colère. De l’autre côté de la Seine, le Président Chirac a fait ouvrir un Musée qui a vidé le sien de ses collections, afin de mettre en valeur la « beauté » de ces pièces et d’aider la France à tourner la page de son passé colonial. Ecrit à l’acide, ce livre présente un autre point de vue sur ce musée...

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La Guerre Des Idées, « LE DÉCHAÎNEMENT DU MONDE » : un entretien de Daniel Mermet avec François Cusset François Cusset : l’État brandit la violence pour cacher celle qu’il pratique AbonnésVoir

Le

Génocides, grandes boucheries, hécatombes, le siècle passé fut le plus violent de l’Histoire. Aujourd’hui la violence diminue, c’est ce que nous croyons, c’est ce que nous disent les experts. Pour François Cusset, la violence n’a pas reculé, elle a changé de formes et de logiques. Et la comparaison avec la violence « bien pire jadis » ou la violence « bien pire ailleurs » nous empêche de mesurer celle que le désastre néolibéral nous inflige aujourd’hui.

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Un entretien de Daniel Mermet avec Laurence De Cock et Gérard Noiriel Gérard Noiriel : une histoire populaire de la France AbonnésVoir

Le

Rares, très rares sont les intellectuels qui mettent le savoir non pas au service du pouvoir, mais au service du contre-pouvoir. L’historien Gérard Noiriel fait partie de ce courant-là, de ceux qui partagent les armes et les clés pour l’émancipation de tous. Depuis des années, avec notre film sur Howard ZINN, Une Histoire populaire américaine, on nous demande si un tel livre d’histoire existe sur la France. Et bien le voilà !