MACRON, APRÈS LA COVID, LE VIDE

Déboulonner des statues ou les repeindre en rouge ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

En 2008, la statue de Léopold II à Bruxelles avait été recouverte de peinture rouge qui symbolisait ses « crimes contre l’humanité » au Congo (photo : RTBF)

Déboulonner, c’est bien, mais après, c’est fini, on n’en parle plus. Tandis que repeindre en rouge, couper une oreille ou une main d’une statue, ça vous interpelle, ça appelle une explication…

Vous vous dites, quelle horreur, couper une oreille ou une main d’une statue, mais c’est atroce ! Sans doute, mais un peu moins tout de même que le châtiment des oreilles coupées pratiqué par les maîtres sur leurs esclaves, comme l’exigeait le Code noir, promulgué en 1685, en grande partie rédigé par le ministre Jean-Baptiste Colbert, dont la statue trône toujours aujourd’hui devant l’Assemblée nationale à Paris.

Voici l’article 38 : « l’esclave fugitif qui aura été en fuite pendant un mois, à compter du jour que son maître l’aura dénoncé en justice, aura les oreilles coupées et sera marqué d’une fleur de lys sur une épaule ; s’il récidive un autre mois pareillement du jour de la dénonciation, il aura le jarret coupé, et il sera marqué d’une fleur de lys sur l’autre épaule ; et, la troisième fois, il sera puni de mort. [1] »

Voilà pourquoi, en langue créole, de nos jours, le blanc, le touriste ou celui de la métropole est surnommé « Zoreilles ».

Quand aux mains coupées, ce fut une pratique fréquente au Congo dont Léopold II, roi des Belges, était le propriétaire. Un rapport officiel de 1904 faisait état de ces pratiques courantes. Même si les données sont incertaines, les historiens s’accordent pour estimer que la conquête et l’exploitation du Congo a entraîné la mort de dix millions d’Africains. Pourtant, Léopold II est encore une figure paternelle et prestigieuse en Belgique, même si depuis quelques années déjà, un fort courant anticolonialiste s’est développé en Belgique. Si Léopold II est responsable et même coupable de cette barbarie, des financiers, des banquiers, des grandes multinationales ont bâti leurs fortunes avec le sang des « nègres » du Congo et les fabuleuses ressources naturelles de ce que Leopold II appelait ce « merveilleux gâteau africain ».

Le crime colonial n’a pas été commis par les Belges, ni les Français, ou les Britanniques, mais par une certaine oligarchie dans chacun de ces pays. Attention, par commodité, on dit « la France a colonisé… », ou bien « l’Angleterre a étendu son empire jusque… », ou bien « l’Italie a envahi l’Érythrée… », mais les mots sont trompeurs, ni le peuple italien, ni le peuple anglais ou français n’ont exploité quiconque. Bien souvent, ces peuples eux-mêmes sont exploités, ils n’ont pas de culpabilité à éprouver. De la solidarité avec les opprimés, oui, mais dans tous les cas, c’est la classe dominante, c’est les milieux d’affaires qui sont responsables et doivent rendre des comptes, voire des réparations.

Esclavage, colonialisme, il est courant d’entendre dire que jadis ces choses là ne choquaient pas et qu’ "il faut se remettre dans l’époque". Or dans toutes les époques de ces crimes, des voix se sont élevées constamment, souvent minoritaire, souvent étouffées mais toujours présentes. Voir le dessin de Jossot dans "l’assiette au beurre" qui en 1901, dénonce les crimes de Léopold II.

Depuis des siècles, les iconoclastes ont attaqué les représentations symboliques. De nos jours, hier, c’était la statue de Staline qui tombait ou celle de Saddam Hussein, aujourd’hui, c’est Léopold II, c’est le négrier Edward Colston, c’est Colbert et son Code noir, c’est même Christophe Colomb qui se retrouve par terre, décapité sous les huées. C’est toute une jeunesse en colère qui profane les saintes icônes à la base des « valeurs » de l’ordre mondial d’aujourd’hui.

Difficile de décerner le prix du pire, mais Léopold II se distingue assez nettement. Le Congo, dont il avait fait sa propriété privée sans jamais y mettre les pieds, a fait sa fortune et celle des banquiers, des financiers et des grands patrons. Une « mission civilisatrice » qui a exterminé plusieurs millions d’hommes et dont les traces glorieuses sont encore présentes en Belgique.

Le chercheur Lucas CATHERINE est l’auteur d’un fameux petit guide anticolonial, PROMENADE AU CONGO (éditions Aden et CADTM, 2010) : une promenade au Congo sans quitter la Belgique, bien sûr.

Voici une nouvelle édition d’une balade en sa compagnie, il y a dix ans, avec Giv Anquetil, en partant de la fameuse statue équestre du roi des Belges qui venait d’être joliment repeinte en rouge sang. Déjà.

[RADIO] Déboulonner des statues ou les repeindre en rouge ? [24 janvier 2011]
Daniel Mermet

L’Assiette au beurre, 1901

Programmation musicale :
- Tramel : Qu’est-ce que t’attends pour aller aux colonies ?

journalistes : Daniel Mermet et Giv Anquetil
réalisation : Khỏi Nguyen et Franck Haderer

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Louis XIV, Ordonnance de mars 1685 sur les esclaves des îles de l’Amérique, mars 1685, Versailles.

Voir aussi

-  Lucas Catherine, Promenade au Congo. Petit guide anticolonial de Belgique, éditions Aden et le Comité pour l’annulation la dette du tiers-monde, 2010

- Ludo De Witte, L’Assassinat de Lumumba, Karthala, 2000

- Adam Hochschild, Les Fantômes du roi Léopold, Belfond, Paris, 1998

-  Daniel Vangroenweghe, Du sang sur les lianes. Léopold II et son Congo, éditions Aden, 2010, Bruxelles

- Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres, 1899, édition française en 1925 chez Gallimard

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.