DANS LES DERNIERS PAS DU CHE

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

[29 septembre 1997] Dans les derniers pas du Che (1)

REPORTAGE : Dans les derniers pas du Che (1) [29 septembre 1997]

[1er et 02 octobre 1997] Dans les derniers pas du Che (2) : la prison de Cochabamba

REPORTAGE : Dans les derniers pas du Che (2) [1er et 02 octobre 1997]

[07 octobre 1997] Dans les derniers pas du Che (3) : la dernière nuit

[07 octobre 1997] Dans les derniers pas du Che (3) : la dernière nuit

[09 octobre 1997] Dans les derniers pas du Che (4) : San Ernesto de La Higuera

[09 octobre 1997] Dans les derniers pas du Che (4) : San Ernesto de La Higuera
Che Guevara lors de l’enterrement des victimes du cargo le Coubre le 5 mars 1960. (photo : Alberto Korda)

À une heure dix de l’après-midi, le dimanche neuf octobre 1967, un coup de feu tue un homme et fait naître un des plus grands mythes de l’histoire. Trois lettres : C-H-E. Il devient l’icône la plus célèbre depuis le Christ. La CIA et ses tueurs ont été les meilleurs propagateurs d’un souffle rebelle qui allait mordre l’échine du vieux monde. Dans le rouge de 1968, il y avait le sang du Che, du Vietnam à Mexico, de Paris à Prague, de Washington à Johannesbourg.

Aujourd’hui, cinquante ans après, les braises brûlent encore. Pour preuve, ses fidèles ennemis qui viennent avec dévotion cracher sur sa tombe. Pour preuve surtout, bien plus nombreux, partout, visibles ou non, les foyers de résistance que l’histoire du CHE inspire toujours.

Une occasion de retrouver, chaque jour cette semaine, un épisode de la série de reportages de Daniel MERMET avec Miguel BENASAYAG en Bolivie : « DANS LES PAS DU DERNIER COMBAT DE CHE GUEVARA » (1997).

Le portrait du CHE est en noir et blanc. La pureté du Saint et l’ombre qui s’ensuit. Noir et blanc, le CHE, oui, mais sur fond rouge. C’est le plus important. Ni salaud, ni héros mais militant. Militant dans son temps. Il faut que vous compreniez, le fond de l’air était rouge, nos héros, c’était encore la résistance, c’était la décolonisation, c’était la force ouvrière, c’était l’internationalisme, c’était les idées avant l’argent, la liberté était au bout du fusil. Comprenez, c’était un temps de violence et d’espoir. La France torturait en Algérie, la CIA organisait les plus féroces dictatures en Amérique latine, mais il y avait un espoir, un espoir fou et rouge.

Au Che on reproche la violence révolutionnaire. La violence n’est pas toujours symbolique et les peuples ne se laissent pas toujours amputer de leur histoire. Un seul exemple, puisque nous sommes en Bolivie, regardez au sud des montagnes où le CHE fut exécuté, il y a les mines de POTOSI. Durant trois siècles, des milliers de tonnes de minerai d’argent furent extraites de cette montagne par les conquérants. On estime à 6 millions le nombre de mineurs morts à la tâche, des Indiens, des esclaves déportés d’Afrique. On disait que les milliers de tonnes de minerais sortis de la montagne auraient permis de construire un pont d’argent entre Potosi et l’Espagne, mais on disait aussitôt qu’on pourrait aussi faire ce même pont avec les ossements des mineurs morts à la tâche. C’est un exemple, il y en a beaucoup d’autres, massacres, déportations, exterminations, les peuples n’oublient pas toutes ces violences.

Ceux qui en on profité et en profitent toujours savent depuis longtemps faire passer ces crimes sous silence. Ils dénonceront des violences révolutionnaires vieilles de cinquante ans mais oublieront le camp de torture de Guantánamo. Leur chanson est connue depuis la fin des années 1970 : toute révolution mène à la terreur et au goulag. Ils savent dégrader ceux qui s’opposent. Mais le mythe du Che leur résiste. Ils en sont réduits aux mensonges et aux coups bas.

Le plus important dans un mythe, ce n’est pas celle ou celui qui en est l’objet mais ceux qui construisent ce mythe. Militants, chercheurs, intellos, politiciens sans doute, mais il y a aussi tout le monde, tout un chacun, ceux que nous rencontrons venus en pèlerinage au lavoir de Vallegrande, où le corps du guérillero fut exposé, ou dans la petite école de La Higuera où le Che vécut sa dernière nuit et où une dame nous dit : « c’était une bonne personne qui venait libérer les gens pauvres. »

D.M.


Prison de San Sebastian à Cochabamba, Bolivie. Le cachot (photo : Georges Merillon)
Le corps de Che Guvera (photo : Freddy Alborta, 1967)

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre... Vos conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Réforme territoriale, communautés de communes, métropolisations, regroupements et disparitions de services publics, réforme ferroviaire, etc ... C’est à une profonde transformation de l’organisation territoriale à laquelle nous assistons... sans aucun débat citoyen. Quels sont les enjeux et le sens (...)

    Saint-Lô

  • Le Café repaire d’Angers vous donne rendez-vous mardi 5 juin avec les acteurs angevins du Réseau Salariat pour une discussion autour des mots travail, emploi, revenu, richesses, bien public, gratuité et… salariat. Bref, comment réussir le partage tant désiré du travail et des richesses (...)

    Angers

Dernières publis

Une sélection :

Notre-Dame-des-Landes. Toutes nos émissions depuis 2012 Lire

Le

À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre. Retrouvez notre dossier spécial ZAD, avec toutes nos émissions depuis 2012 :

Soixante-huitard que jamais. À la mémoire d’Élisa ARICO ACTION : Mai 68, dessins de presse, un cadeau d’Élisa Lire

Le

Chères AMG, chers AMG, ces dessins sont un cadeau et un héritage à partager avec vous. Il y a dix ans, une auditrice, Élisa ARICO, 88 ans, qui avait occupé la Sorbonne en mai 1968, nous adressait des archives « jalousement gardées depuis 68 » : des tracts, des notes, des affiches et des numéros très rares du fameux journal ACTION. Certains de ces documents sont accessibles sur le net aujourd’hui, mais c’est tout autre chose de les regarder comme un précieux cadeau d’Élisa maintenant disparue et qui finissait sa lettre en espérant « un autre mai, version altermondialiste ».

En hommage à l’historienne SUZANNE CITRON, Daniel MERMET reçoit LAURENCE DE COCK La seule façon d’apprendre, c’est de contester AbonnésVoir

Le

La grande historienne Suzanne CITRON, qui vient de disparaître à 96 ans, aimait répéter la phrase de Jean-Paul Sartre. Pas seulement une phrase, toute sa vie elle a contesté l’enseignement de l’histoire comme un puissant moyen de propager la manière de voir de la classe dominante dans l’éducation comme dans la vie publique. Son livre majeur, LE MYTHE NATIONAL (1987), qui démonte cette construction idéologique, a marqué une rupture et une prise de conscience face aux détournements de l’histoire.

« Renaissance des travaillistes au Royaume-Uni », un entretien de Jonathan Duong avec Paul Vannier Jeremy Corbyn, futur Premier ministre du Royaume-Uni ? Écouter

Le

Il est le leader du parti social-démocrate britannique, son programme est pourtant à gauche : contrôle des loyers, augmentation des salaires, propriété publique du rail et de l’énergie, gratuité de l’enseignement supérieur, salaire maximum, taxe « Robin des Bois » sur les multinationales, impôt sur les grandes fortunes… Jeremy Corbyn suscite l’enthousiasme des 570 000 adhérents du Labour, dont beaucoup ont rejoint le Parti travailliste pour lui.

Une émission avec le journaliste américain Thomas Frank, Serge Halimi et Benoît Bréville du Monde diplomatique Pourquoi les riches votent à gauche ? AbonnésÉcouter

Le

Pourquoi les pauvres votent à droite. C’était le titre du best-seller de Thomas Frank publié en 2008, qui se demandait pourquoi les pauvres, censés aspirer à plus de redistribution et d’égalité, votent contre leurs intérêts. Dix ans plus tard, le journaliste originaire du Kansas revient avec un nouveau livre : Pourquoi les riches votent à gauche. Comment peut-on être riche, néo-libéral et pourtant progressiste ou « de gauche » ? Entretien : Daniel MERMET avec Thomas FRANK, Serge HALIMI et Benoit BRÉVILLE.