TOUTE LA COMMUNE. (re)découvrez les célèbres émissions d’Henri Guillemin. Une série en 13 épisodes vidéo de 30’ chaque jeudi !

Comprendre la Commune de Paris : #08 À part faire tomber la Colonne Vendôme, qu’est-ce que les Communards ont réalisé ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Huitième épisode : Des gens scrupuleux

La Commune n’est pas morte, les Versaillais non plus. Emmanuel Macron ne commémore pas la Commune de Paris, ni le sang du peuple, ni ces perdants magnifiques qui inspirent toujours les luttes d’aujourd’hui. Il préfère commémorer Napoléon, ce qui l’oblige à rappeler celui qui a rétabli l’esclavage et la traite négrière, celui dont la folie impérialiste a servi de modèle aux pires criminels de l’histoire.

Le point commun à ces deux mémoires, c’est la Colonne Vendôme à Paris. Symbole napoléonien, les Communards l’ont abattue le 19 mai 1871. Un tas de fumier et d’excréments avait été disposé pour amortir la chute de « ce monument de barbarie, symbole brutal de la fausse gloire, par ce qu’affirmation du matérialisme et de la négation du Droit des gens ».

Dans l’épisode d’aujourd’hui, Henri Guillemin nous dit quel genre d’hommes étaient les élus de la Commune. Leur probité, leur dévouement, leurs contradictions et surtout ce qu’ils ont réalisé en si peu de temps, avec l’armée versaillaise qui avançait sur Paris. Il évoque aussi l’épisode clé de la Banque de France où les Communards se sont faits rouler. Ils n’osaient pas utiliser cet argent qui pourtant était là en toute légalité et qui aurait pu changer le cours de l’histoire. « Un effroi de pauvre, dit Guillemin, un effroi de pauvre devant l’or entassé. » Sans cet effroi de pauvre, nous n’aurions pas aujourd’hui à entendre monsieur Macron commémorer Napoléon.

ELLE N’EST PAS MORTE !

Cent cinquante ans après, elle vit toujours. Depuis cent cinquante ans, elle rappelle au monde ce que « bourgeoisie » veut dire. Malgré ses ruses et ses déguisements, y compris lorsqu’elle se déguise en gauche (molle ou dure), cette bourgeoisie gardera toujours sur la face et sur les mains la tache rouge du sang des femmes, des hommes et des enfants de la Commune. La Commune a montré la vraie nature de cette classe, capable d’exterminer en masse pour conserver ses privilèges, aujourd’hui comme hier. Hier lorsqu’elle préférait Hitler au Front populaire, aujourd’hui lorsqu’elle spécule sur des vaccins et maximise les profits au détriment de millions de vies. Cet anniversaire vient nous le rappeler à travers nombre d’émissions, de publications et de manifestations.

Pour ne pas s’y perdre pour commencer, nous vous proposons de voir (ou de revoir) la formidable série de conférences télévisées d’Henri Guillemin pour la télévision suisse (RTS). L’historien conteur livre une analyse approfondie et très accessible de cet événement politique. Une série vidéo en 13 épisodes de 30 minutes, que nous diffuserons le jeudi. Réservez-vous trente minutes par semaine pour suivre l’émission la plus passionnante et la plus claire sur le sujet.

Collage d’après Kupka et "Chute de la colonne Vendôme, le 16 mai 1871", photographie de François Gobinet de Villecholle, dit Franck (1816-1906).

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».