MAYOTTE et COMORES, 10 000 noyés depuis 1995. reportage de Daniel MERMET et Giv ANQUETIL, 2006

Comores, le cimetière marin fait marrer Macron

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Comores, le cimetière marin fait marrer Macron [REPORTAGE : janvier 2006]

Mieux vaut risquer de mourir noyé que d’être sûrs de mourir de faim. Ils sont quarante, hommes, femmes, enfants, entassés dans un kwassa-kwassa, une barque de sept mètres de long, en route pour Mayotte, qu’on aperçoit la nuit à 70 km, la terre promise.

(illustration : Chacri)

Ils fuient les Comores, la misère et même la faim. Ils ont longtemps économisé les 400 euros qu’exige le passeur. En mer, ils sont pourchassés et aussi parfois sauvés par les vedettes de la Police de l’Air et des Frontières. La chasse au clandestin est l’activité principale à Mayotte, 20 000 reconduites à la frontière par an, plus que toute la métropole, une véritable industrie.

Avec 600 noyés chaque année, cet endroit qui amuse Monsieur Macron est l’un des plus grands cimetières marins au monde.

Le 02 juin, en visite au centre de sauvetage d’Étel, en Bretagne, Monsieur Macron, président de la République Française, a fait un trait d’esprit humoristique au sujet de ces bateaux. Il a voulu montrer que lui, Emmanuel Macron, sait bien qu’un kwassa-kwassa n’est pas un bateau de pêche : « le kwassa-kwassa pêche peu, il amène DU Comorien, c’est différent. »

Des esprits chagrins se sont offusqués et ont même vu là une expression flagrante de racisme social avec toute la morgue de l’énarque. Surtout l’expression « DU » Comorien, comme si c’était une chose ou un quelconque produit. Le terme a une résonance profonde dans ces Comores longtemps spécialisés dans le trafic d’esclaves vers le Moyen-Orient. Aujourd’hui encore, à Mayotte, l’exploitation féroce DU Comorien clandestin est assimilée à de l’esclavage moderne.

Lors du référendum de 1976, Mayotte a voulu rester dans le giron de la France, alors que les trois autres îles des Comores choisissaient l’indépendance, Anjouan, Mohéli et Grande Comore. Mais, de même langue et de même culture, les Comoriens pouvaient circuler, entrer et sortir de Mayotte, jusqu’à l’imposition d’un visa en 1995, le « visa Balladur » qui a entraîné la situation monstrueuse d’aujourd’hui. Monsieur Balladur est-il au courant que le visa qui porte son nom est surnommé « le visa de la mort » ? Selon un rapport du Sénat de 2012, le nombre de noyés entre 1995 et 2012 serait entre 7 000 et 10 000.

Exploités et entassés dans des bidonvilles misérables à Mayotte, les réfugiés comoriens (40% de la population) sont pourchassés par des Mahorais qui, jugeant la police trop laxiste, procèdent eux-mêmes à des expulsions musclées (les « décasages »).

Les Comores comptent parmi les pays les plus pauvres au monde, classé 170ème sur 186 pays par le Programme des Nations Unies pour le Développement.

Devant l’indignation générale, l’Élysée a mollement déploré « un trait d’humour malheureux ». Pas question d’excuse, pas question non plus d’envisager la moindre réponse économique et politique à la détresse « DU » Comorien.

Lundi 5 juin, Mohamed Bacar Dossar, ministre des affaires étrangères des Comores, jugeant cette plaisanterie "choquante et méprisante" demandait des excuses .

Dans la fachosphère, on ricane, « Durafour crématoire », n’était-ce pas aussi « un trait d’humour malheureux » ?

En 2006, nous étions à Anjouan avec ceux qui s’embarquent pour Mayotte au péril de leur vie. En dix ans, la situation est identique et s’est même dégradée. Prenez le temps d’écouter ce reportage en vous mettant un instant à la place « DU » Comorien.

Daniel Mermet

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.