MAYOTTE et COMORES, 10 000 noyés depuis 1995. reportage de Daniel MERMET et Giv ANQUETIL, 2006

Comores, le cimetière marin fait marrer Macron

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Comores, le cimetière marin fait marrer Macron [REPORTAGE : janvier 2006]

Mieux vaut risquer de mourir noyé que d’être sûrs de mourir de faim. Ils sont quarante, hommes, femmes, enfants, entassés dans un kwassa-kwassa, une barque de sept mètres de long, en route pour Mayotte, qu’on aperçoit la nuit à 70 km, la terre promise.

(illustration : Chacri)

Ils fuient les Comores, la misère et même la faim. Ils ont longtemps économisé les 400 euros qu’exige le passeur. En mer, ils sont pourchassés et aussi parfois sauvés par les vedettes de la Police de l’Air et des Frontières. La chasse au clandestin est l’activité principale à Mayotte, 20 000 reconduites à la frontière par an, plus que toute la métropole, une véritable industrie.

Avec 600 noyés chaque année, cet endroit qui amuse Monsieur Macron est l’un des plus grands cimetières marins au monde.

Le 02 juin, en visite au centre de sauvetage d’Étel, en Bretagne, Monsieur Macron, président de la République Française, a fait un trait d’esprit humoristique au sujet de ces bateaux. Il a voulu montrer que lui, Emmanuel Macron, sait bien qu’un kwassa-kwassa n’est pas un bateau de pêche : « le kwassa-kwassa pêche peu, il amène DU Comorien, c’est différent. »

Des esprits chagrins se sont offusqués et ont même vu là une expression flagrante de racisme social avec toute la morgue de l’énarque. Surtout l’expression « DU » Comorien, comme si c’était une chose ou un quelconque produit. Le terme a une résonance profonde dans ces Comores longtemps spécialisés dans le trafic d’esclaves vers le Moyen-Orient. Aujourd’hui encore, à Mayotte, l’exploitation féroce DU Comorien clandestin est assimilée à de l’esclavage moderne.

Lors du référendum de 1976, Mayotte a voulu rester dans le giron de la France, alors que les trois autres îles des Comores choisissaient l’indépendance, Anjouan, Mohéli et Grande Comore. Mais, de même langue et de même culture, les Comoriens pouvaient circuler, entrer et sortir de Mayotte, jusqu’à l’imposition d’un visa en 1995, le « visa Balladur » qui a entraîné la situation monstrueuse d’aujourd’hui. Monsieur Balladur est-il au courant que le visa qui porte son nom est surnommé « le visa de la mort » ? Selon un rapport du Sénat de 2012, le nombre de noyés entre 1995 et 2012 serait entre 7 000 et 10 000.

Exploités et entassés dans des bidonvilles misérables à Mayotte, les réfugiés comoriens (40% de la population) sont pourchassés par des Mahorais qui, jugeant la police trop laxiste, procèdent eux-mêmes à des expulsions musclées (les « décasages »).

Les Comores comptent parmi les pays les plus pauvres au monde, classé 170ème sur 186 pays par le Programme des Nations Unies pour le Développement.

Devant l’indignation générale, l’Élysée a mollement déploré « un trait d’humour malheureux ». Pas question d’excuse, pas question non plus d’envisager la moindre réponse économique et politique à la détresse « DU » Comorien.

Lundi 5 juin, Mohamed Bacar Dossar, ministre des affaires étrangères des Comores, jugeant cette plaisanterie "choquante et méprisante" demandait des excuses .

Dans la fachosphère, on ricane, « Durafour crématoire », n’était-ce pas aussi « un trait d’humour malheureux » ?

En 2006, nous étions à Anjouan avec ceux qui s’embarquent pour Mayotte au péril de leur vie. En dix ans, la situation est identique et s’est même dégradée. Prenez le temps d’écouter ce reportage en vous mettant un instant à la place « DU » Comorien.

Daniel Mermet

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Même les ex-climato-sceptiques semblent avoir compris que nous allons droit dans le mur si rien ne change. La vie sur terre est réellement menacée et à court terme. Mais que faire ? Attendre que les politiques proposent des solutions... à petits pas ? Changer individuellement certaines de nos (...)

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.