MAYOTTE et COMORES, 10 000 noyés depuis 1995. reportage de Daniel MERMET et Giv ANQUETIL, 2006

Comores, le cimetière marin fait marrer Macron

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Comores, le cimetière marin fait marrer Macron [REPORTAGE : janvier 2006]

Mieux vaut risquer de mourir noyé que d’être sûrs de mourir de faim. Ils sont quarante, hommes, femmes, enfants, entassés dans un kwassa-kwassa, une barque de sept mètres de long, en route pour Mayotte, qu’on aperçoit la nuit à 70 km, la terre promise.

(illustration : Chacri)

Ils fuient les Comores, la misère et même la faim. Ils ont longtemps économisé les 400 euros qu’exige le passeur. En mer, ils sont pourchassés et aussi parfois sauvés par les vedettes de la Police de l’Air et des Frontières. La chasse au clandestin est l’activité principale à Mayotte, 20 000 reconduites à la frontière par an, plus que toute la métropole, une véritable industrie.

Avec 600 noyés chaque année, cet endroit qui amuse Monsieur Macron est l’un des plus grands cimetières marins au monde.

Le 02 juin, en visite au centre de sauvetage d’Étel, en Bretagne, Monsieur Macron, président de la République Française, a fait un trait d’esprit humoristique au sujet de ces bateaux. Il a voulu montrer que lui, Emmanuel Macron, sait bien qu’un kwassa-kwassa n’est pas un bateau de pêche : « le kwassa-kwassa pêche peu, il amène DU Comorien, c’est différent. »

Des esprits chagrins se sont offusqués et ont même vu là une expression flagrante de racisme social avec toute la morgue de l’énarque. Surtout l’expression « DU » Comorien, comme si c’était une chose ou un quelconque produit. Le terme a une résonance profonde dans ces Comores longtemps spécialisés dans le trafic d’esclaves vers le Moyen-Orient. Aujourd’hui encore, à Mayotte, l’exploitation féroce DU Comorien clandestin est assimilée à de l’esclavage moderne.

Lors du référendum de 1976, Mayotte a voulu rester dans le giron de la France, alors que les trois autres îles des Comores choisissaient l’indépendance, Anjouan, Mohéli et Grande Comore. Mais, de même langue et de même culture, les Comoriens pouvaient circuler, entrer et sortir de Mayotte, jusqu’à l’imposition d’un visa en 1995, le « visa Balladur » qui a entraîné la situation monstrueuse d’aujourd’hui. Monsieur Balladur est-il au courant que le visa qui porte son nom est surnommé « le visa de la mort » ? Selon un rapport du Sénat de 2012, le nombre de noyés entre 1995 et 2012 serait entre 7 000 et 10 000.

Exploités et entassés dans des bidonvilles misérables à Mayotte, les réfugiés comoriens (40% de la population) sont pourchassés par des Mahorais qui, jugeant la police trop laxiste, procèdent eux-mêmes à des expulsions musclées (les « décasages »).

Les Comores comptent parmi les pays les plus pauvres au monde, classé 170ème sur 186 pays par le Programme des Nations Unies pour le Développement.

Devant l’indignation générale, l’Élysée a mollement déploré « un trait d’humour malheureux ». Pas question d’excuse, pas question non plus d’envisager la moindre réponse économique et politique à la détresse « DU » Comorien.

Lundi 5 juin, Mohamed Bacar Dossar, ministre des affaires étrangères des Comores, jugeant cette plaisanterie "choquante et méprisante" demandait des excuses .

Dans la fachosphère, on ricane, « Durafour crématoire », n’était-ce pas aussi « un trait d’humour malheureux » ?

En 2006, nous étions à Anjouan avec ceux qui s’embarquent pour Mayotte au péril de leur vie. En dix ans, la situation est identique et s’est même dégradée. Prenez le temps d’écouter ce reportage en vous mettant un instant à la place « DU » Comorien.

Daniel Mermet

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]