Chère, très chère évasion fiscale Abonnés

1

Le , par jean-michel dumay


« Pour parler franchement, votre argent m’intéresse » (BNP, 1973)

L’évasion fiscale ? Une plaie due à la délocalisation des bénéfices des multinationales pour échapper à l’impôt. Des montages juridiques complexes entre filiales d’un même groupe qui permettent d’optimiser les profits. Une ingénierie financière souvent aux frontières de la légalité, qui privent les États où se font ces bénéfices de ressources pour le bien commun et accroissent les inégalités. Les sommes en jeu sont considérables : de 50 à 70 milliards d’euros de manque à gagner en France (le budget de l’enseignement scolaire), 1 000 milliards dans l’Union européenne, 20 000 milliards au niveau mondial, selon l’ONG Tax Justice Network.
Reportage auprès des « faucheurs de chaises », qui ont saisi l’occasion du procès Cahuzac, finalement reporté, pour le rappeler. Et retour sur la nuit où le député PS frondeur Pascal Cherki eut le sentiment, en décembre, d’être « pris pour un con » par « son » gouvernement.

Un reportage de Jean-Michel DUMAY, à écouter en intégralité ici [35’19] :

Chère, très chère évasion fiscale (extrait)

Lundi 8 février s’ouvrait le procès de Jérôme Cahuzac, ancien ministre délégué au budget, poursuivi pour « fraude fiscale », « blanchiment » et pour avoir minimisé sa déclaration de patrimoine – une obligation faite aux membres du gouvernement. Une affaire symbole, où celui qui aurait dû être l’artisan en chef de la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales était pris en flagrant délit de mensonges, notamment envers ses collègues députés : la représentation nationale. Au printemps 2013, sous la pression des révélations de Mediapart, Jérôme Cahuzac reconnaissait finalement avoir fait transité 687 000 euros d’avoirs dissimulés (2,5 millions pour son ex-épouse elle aussi poursuivie) sur un compte en Suisse, transférés ultérieurement à Singapour.

À l’occasion de ce procès – repoussé finalement à septembre pour une question de procédure –, des citoyens, des militants et responsables d’ONG, des personnalités, telles l’économiste Pierre Larrouturou et le philosophe Patrick Viveret, se sont réunis place du Châtelet, à Paris, pour dénoncer le scandale de l’évasion fiscale, d’une toute autre ampleur financière. Symboliquement, ils ont remis à la justice 196 chaises « réquisitionnées » dans des agences bancaires, une par pays membres de l’ONU. Les banques étant, selon eux, les complices de cette évasion. Certains de leurs « faucheurs » ont, depuis, été placés en garde-à-vue ou convoqués par la police pour interrogatoire.

Première partie du reportage : les faucheurs rendent les chaises [15’55]

(photo : Charlotte RIVIÈRE)

Un facteur clé de l’augmentation des inégalités

Facilitée par la globalisation de l’économie, l’évasion fiscale porte, au niveau international, sur des milliers de milliards d’euros, devenant ainsi « un facteur clé dans l’augmentation rapide des inégalités extrêmes », constate un rapport de novembre 2015 d’ONG internationales, parmi lesquelles Tax Justice Network et Oxfam. « La population finit par payer les conséquences du manque à gagner fiscal : restrictions budgétaires qui affectent les écoles et les hôpitaux et amputation plus large de services publics essentiels ». L’essentiel des bénéfices des multinationales se retrouve dans une poignée de pays, parfois au cœur de l’Union européenne : les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Irlande, les Bermudes et la Suisse.

Selon ce rapport, les seules multinationales américaines ont transféré, en 2012, entre 500 et 700 milliards de dollars de bénéfices (450 à 630 milliards d’euros) vers des pays où les taux d’imposition sur ceux-ci sont très bas, voire nuls – soit un quart de leurs bénéfices. Elles ont, par exemple, déclaré 80 milliards de dollars aux Bermudes, où elles ont été totalement exonérées, soit plus que leurs bénéfices déclarés au Japon, en Chine, en Allemagne et en France réunis…

Téléchargez le rapport « Le hold-up fiscal continue »

Ces bénéfices des multinationales américaines seraient, en France, de 2,5 fois inférieurs « à ce que leur activité économique (mesurée par les chiffres d’affaires, les bénéfices, le nombre de salariés, les coûts salariaux versés) laisse supposer », soit un manque à gagner pour la France (relatif aux seules multinationales américaines) de 4,5 milliards de dollars de recettes fiscales (4 milliards d’euros), davantage que les 3 milliards d’économies prévues pour les hôpitaux d’ici à 2017. S’y ajoutent les autres multinationales…

La transparence, arme de base de la lutte

Seconde partie du reportage : la nuit où le député Cherki fut « pris pour un con » [19’24]

En 2013, poussé par le G20, l’OCDE promettait de mettre fin au fléau. Un train de mesures a été adopté en novembre 2015. Insuffisant, disent les ONG, pour qui « les fondamentaux du système » défaillant sont maintenus. Elles poussent donc à plus de transparence – l’arme de base essentielle pour initier la lutte contre l’évasion.

En France, en relais de la Plateforme Paradis fiscaux et judiciaires (CCFD, Oxfam, One, Peuples solidaires, etc.), des parlementaires socialistes et écologistes, parmi lesquels le député PS de Paris, frondeur, Pascal Cherki, ont ainsi tenté, fin 2015, de faire passer un amendement au projet de loi de finances rectificative visant à obliger les entreprises les plus importantes (plus de 40 millions d’euros de chiffre d’affaires ou plus de 250 salariés) à rendre publiques, pays par pays, des informations sommaires permettant d’observer d’éventuelles délocalisations de bénéfices. La mesure dite de « reporting public » a déjà été adoptée au niveau européen pour les banques, ainsi que pour les industries extractives, minières et forestières. Elle devait l’être pour les grandes entreprises, selon une promesse de François Hollande après l’affaire Cahuzac.

Et ils ont réussi ! Dans la nuit du 15 au 16 décembre 2015. Las ! C’était sans compter la frilosité du gouvernement qui, mis en minorité, n’a pas hésité par le truchement du secrétaire d’État au budget, Christian Eckert, à faire revoter l’Assemblée, le temps de retourner quelques députés…


Merci à Pierre LARROUTUROU, Patrick VIVERET et Pascal CHERKI.

Programmation musicale :
- Ya Basta, par la Compagnie Jolie Môme
- La Crise, par L’homme parle

Reportage : Jean-Michel DUMAY
Réalisation : Jérôme CHELIUS

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.