CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (6) | Podcast et belles images

C’est le printemps, la saison des amours et des grenouilles

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Clovis Trouille, Oh ! Calcutta ! Calcutta !, 1946, collage photographique et huile, 46 x 27 cm

Mon cul sur la commode

Le cul. C’est fou ce qu’on est faux-cul avec le cul. Quoi de plus méprisé et de plus prisé que le cul ? « Votre dos perd son nom avec si bonne grâce / Qu’on ne peut s’empêcher de lui donner raison » [1]. Pour un hommage immortel comme celui de Brassens, combien d’insultes et d’infamies ? Pour une caresse, un baiser, une langue amie, combien de coups de pied et de coups de bâton ? On le dédaigne, on l’humilie, on le traite par la gaudriole. Ce sont les femmes qui en font les frais, la plupart du temps, parce qu’elles en jouent. Et les homosexuels, parce qu’ils en usent. Les autres, apparemment, s’en passent. Mais que savons-nous de cet astre qui « s’est fait un parti parmi les astronomes » [2] ?

Selon Jean-Luc Hennig, les fesses sont l’une des choses du monde les plus méconnues et les plus incompréhensibles. D’où son envie de les découvrir – si l’on peut dire – à travers le cinéma, la littérature, la peinture, la médecine légale ou la publicité. Publié avec succès en 1995, son livre, Brève histoire des fesses, avait été le prétexte d’une émission mémorable pieusement conservée entre deux rotondités jumelles.

« Ô, cher cul, étonnant chef-d’œuvre, quelle charmante beauté tu déploies quand on soulève le voile qui te couvre, on aperçoit des montagnes, des vallées, un bosquet au milieu et j’approuve les braves gens qui choisissent d’élire cet endroit pour leur demeure. »

[RADIO] Une brève histoire des fesses [29 mars 1995]

Programmation musicale :
- Georges Brassens : Vénus callipyge
- Jeanne Aubert : Sur la commode
- Les Frères Jacques : Les Fesses

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Lauranne Thomas
comédienne : Sylvie Caspar

Quand les grenouilles s’envoient en l’air

Cette semaine, notre illustre illustrateur est aussi bien aimé par les gentils petits enfants que par les pervers les plus téméraires. Mais aussi par les grenouilles. Combien d’artistes depuis la création du monde se sont intéressés à la vie érotique des grenouilles ? Pas seulement à leur façon de se reproduire, non, mais à leur art amoureux, leurs postures, leurs chorégraphies, leurs prouesses. Quoi, ces vulgaires batraciens auraient quelque chose à nous apprendre et la vue de leurs ébats pourraient nous inspirer ? Nous pourrions être troublés par des cuisses de grenouilles ? Oui, si c’est Tomi UNGERER qui les dessine comme il les a dessinées. Or, voici le printemps. Après la léthargie de l’hiver, les mâles dans les étangs chantent en attendant l’arrivée des femelles. Et leurs chants, dont les ignares s’agacent et qu’ils appellent « coassements », sont en réalité des descriptions envoûtantes des positions du Kamasutra qui pourront vous inspirer. Si vous rencontrez des difficultés à cause de votre masque et des gestes barrières, courrez vite vous faire vacciner. Et à la fin c’est vous qui coasserez.

Daniel Mermet

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Georges Brassens, Vénus callipyge.

[2Étienne de Jouy, La galerie des femmes, 1799.

Voir aussi

-  Jean-Luc Hennig, Brève histoire des fesses, Zulma, 1995, Honfleur

Sur notre site

Dans les livres

  • Kamasutra des grenouilles

    Par devant, par derrière, les grenouilles s’envoient en l’air. Sous le trait de crayon génial, lubrique et joyeux de Tomi Ungerer, à une, à deux, à trois, à plusieurs, elles s’adonnent à tous les plaisirs et positions du Kamasutra. Et cela se voit qu’elles aiment ça. Un régal de drôlerie et de plaisir communicatif.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».