À Bruxelles, un vaste réseau de solidarité avec les réfugiés. Un grand reportage de Sophie Simonot

L’Aquarius solitaire, Bruxelles solidaire Abonnés

Le

(photo : SOS Méditerranée )

Après deux jours où l’Europe s’est refilé l’Aquarius comme une patate chaude, c’est finalement l’Espagne qui accueillera le navire humanitaire et ses 629 migrants. Si le gouvernement français a osé dénoncer « une forme de cynisme et une part d’irresponsabilité [1] » dans le refus du nouveau gouvernement italien d’accueillir le bateau de l’ONG SOS Méditerranée, c’est pour mieux masquer sa propre inaction dans l’accueil et l’aide aux réfugiés. Pendant que les gouvernants gesticulent, des citoyens belges s’organisent via une plateforme pour aider les réfugiés dans la région de Bruxelles, simplement solidaires : « ça serait bien que les politiques prennent le relais, parce que ce n’est pas notre boulot. » Un reportage de Sophie Simonot :

[EXTRAIT] Bruxelles, simplement solidaire [RADIO]

Des migrants enfermés au camp de Burashada en 2012 (photo : Daniel Mermet)

Réfugiés, apprenez à escalader les façades !

Amis Érythréens, Soudanais, Afghans, Syriens, Maliens, vous les migrants, vous qui fuyez la guerre, la misère et la galère, vite, apprenez à escalader les façades des immeubles ! Faites comme Mamoudou Gassama, qui a sauvé un enfant dans notre beau pays en escaladant un immeuble à mains nues ! Un exploit dont notre président Emmanuel Macron n’a pas manqué de récupérer l’héroïsme pour lui-même. Oui, apprenez à escalader les façades des immeubles, sinon vous allez tomber parmi les mauvais réfugiés, c’est-à-dire la totalité des réfugiés. Pendant que Mamoudou Gassama est reçu à l’Élysée, les autres réfugiés sont à la rue, arrêtés, évacués, reconduits.

(photo : Frédéric Moreau de Bellaing)

Au fond, c’est simple : si vous souffrez de cette grave addiction qui est la maladie du pouvoir, votre choix est limité. Soit vous exploitez ce que vos congénères humains ont de plus moche, de plus chauvin, de plus mesquin, de plus craintif et de plus lâche. C’est une possibilité souvent utilisée, et visiblement rentable. Ou bien vous vous adressez à ce que nous, les gens, avons de plus ouvert, de plus généreux, de plus solidaire, sans forcément jouer au « m’as-tu-vu » humanitaire, au « regarde-comme-je-suis-indigné-et-solidaire ». Ce n’est pas indispensable. En tout cas, vous pouvez choisir entre ces deux possibilités.

(photo : Frédéric Moreau de Bellaing)

Voilà pourquoi nous sommes ici, en Belgique, au parc Maximilien à Bruxelles, où une association, la « Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés », s’est créée en 2015 pour, justement, venir en aide aux réfugiés. Ils sont aujourd’hui 43 000 membres sur le groupe Facebook de la Plateforme, et des centaines tous les soirs à venir aider les réfugiés. Vous le savez, en France, l’aide aux personnes séjournant illégalement peut vous coûter cher, et vous valoir toutes sortes d’emmerdements : pressions, gardes à vue, harcèlement judiciaire.

De l’autre côté, chez nos amis belges, les choses sont toutes différentes. Pourquoi ? Comment ça fonctionne ? Qui sont ces hébergeurs ? Qui sont ces Bruxellois solidaires ? Hospitalité, charité, acte politique ou bonne conscience pour pas cher ? C’est ce que nous allons découvrir dans ce reportage de Sophie Simonot : préférer le miel de la vertu solidaire, au fiel de la xénophobie et du repli haineux.

(photo : Frédéric Moreau de Bellaing)

Il faut dire et répéter que l’Europe est globalement peu concernée par ces flux migratoires. Il faut dire et répéter que les chiffres officiels font état d’1,2 million de demandes d’asile en 2016 dans l’Union européenne [2]. Sur 500 millions d’habitants, elles représentent donc 0,2 % : pas de quoi être submergé.

Il faut répéter, répéter et répéter que selon le rapport 2016 du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, sur les 10 pays accueillant le plus de réfugiés, quatre sont en Afrique, et quatre en Asie : « la Turquie abritait le plus grand nombre de réfugiés, accueillant 2,8 millions d’entre eux à la mi-2016. Viennent ensuite le Pakistan (1,6 million), le Liban (1 million), l’Iran (978 000), l’Éthiopie (742 700), la Jordanie (691 800), le Kenya (523 500), l’Ouganda (512 600), l’Allemagne (478 600) et le Tchad (386 100). [3] »

De plus, l’écrasante majorité des personnes qui décident de quitter leur pays se réfugient en priorité dans des pays limitrophes et ne tentent pas la traversée en direction de l’Europe : « au total, 86 % des réfugiés relevant de la compétence du HCR en 2015 se trouvaient dans des pays à faible et moyen revenu à proximité des situations de conflit. [4] » Rappelons ce que disait la Coordination Nationale des Sans Papiers : « économiques, politiques ou écologiques, nous sommes tous des réfugiés ! Liberté de circulation ! »

Daniel Mermet

Programmation musicale :
- Jaune Toujours : Printemps
- Jaune Toujours : Barbelé, pas rasé
- Jaune Toujours : Ici Bruxelles
- Jaune Toujours : Réfugiés sans frontières (Remix)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour la première fois, depuis la création du Café Repère du Conflent, nous avons décidé de reporter le prochain rendez-vous de juin au quatrième jeudi du mois, plutôt que le troisième habituel, pour cause de Fête de la musique le 21. On se retrouvera donc le jeudi 28 juin à 19h30 au café du Canigou à (...)

    Villefranche de conflent

  • Le climat et ses dérèglements, une histoire naturelle et humaine. Refaisons la part des choses avec Claire Henrion, animatrice, astronomie, chercheur indépendant et fondatrice de l’Association Citoyenne pour le Suivi, l’Étude et l’Information sur les Programmes d’Interventions Climatiques et (...)

Dernières publis

Une sélection :

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)

Libérez l’entrepreneur qui est en vous ! Un reportage de Sophie Simonot Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Un stage pour devenir freelance AbonnésÉcouter

Le

Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Et bien c’est simple, devenez freelance ! Suivez avec nous ce stage de quatre jours et vous allez devenir « le capitaine de vous-même » ! L’Académie du freelance vous attend. Emmanuel Macron le proclame : « la France est un pays d’entrepreneurs ». Toute enthousiasmée, Sophie Simonot a voulu rencontrer cette jeunesse pleine d’avenir. Miroir aux alouettes ?

Skouze-moi dérangé vous sivouplé. Un reportage de Sophie Simonot Je m’appelle Amadora, je suis Rom, j’ai douze ans AbonnésÉcouter

Le

Et elle éclate de rire. Pourtant il n’y a pas de quoi. En France les Roms sont de loin les plus rejetés, oui mais on ne peut pas se dire toute la journée qu’on est une victime. Pour tenir, il faut résister. Éclater de rire, c’est résister. Arrivée en France avec sa famille à l’âge de quatre ans, Amadora a vite appris le français et elle le parle parfaitement. Toute petite, elle est devenue l’interprète de tout le campement. Avec les flics, avec le médecin, avec l’assistante sociale, c’est comme ça qu’elle découvre la vie. Elle discute le prix des matelas que son père ramasse dans la rue, elle traduit sa mère qui dit qu’« en France, même les poubelles, tu peux en vivre, c’est comme un magasin ». La journaliste Dominique Simonnot est devenue sa grande copine. Ça a fini par donner ce livre unique sur l’histoire d’une famille Rom en France.

Notre-Dame-des-Landes. Toutes nos émissions depuis 2012 Accès libreLire

Le

À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre. Retrouvez notre dossier spécial ZAD, avec toutes nos émissions depuis 2012 :