Un reportage de Gaylord Van Wymeersch et Jonathan Duong

Brésil : le retour de la dictature ? Abonnés

1

Le

Avec 46,03  % au premier tour, le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro risque d’arriver au pouvoir le 28 octobre au Brésil. Membre du parti social-libéral, ce politicien professionnel depuis plus de 20 ans incarne à 63 ans la revanche de la classe moyenne supérieure blanche (la bourgeoisie blanche) contre le Parti des travailleurs.

Dimanche 14 octobre, le Comité Lula et le Collectif Alerte France Brésil se rassemblaient à Paris, place de la République, contre ce possible retour de la dictature au Brésil :

De 2003 à 2016, le Parti des travailleurs a mené des politiques de réduction des inégalités, sous les présidences de Luiz Inácio Lula da Silva et de Dilma Rousseff. Sous le gouvernement du Parti des travailleurs, 8 millions d’employés de maison sont entrés dans le cadre du Code du travail. Favori pour cette élection, Lula a été condamné pour corruption et emprisonné, et déclaré inéligible. Son remplaçant comme candidat du Parti des travailleurs s’appelle Fernando Haddad : arrivé deuxième au premier tour de l’élection présidentielle avec 29,28  % des voix, c’est lui qui affrontera Jair Bolsonaro au second tour, le 28 octobre prochain.

Militariste, nostalgique de la dictature militaire (1964-1985), Bolsonaro est un virtuose des provocations racistes, homophobes, misogynes, soutenu par les puissantes églises évangéliques. Le 17 avril 2016, il a rendu hommage à la mémoire du colonel qui a torturé l’ancienne présidente Dilma Rousseff pendant 22 jours lors de son arrestation, alors qu’elle était militante de gauche en 1970.

Jair Bolsonaro est aussi un fervent néolibéral. Conseiller par la crème des Chicago boys, il a le soutien des marchés financiers et des grands trusts du pays. Ses cibles sont la corruption et la violence : sept homicides sont commis chaque heure au Brésil, plus de 120 000 homicides recensés ces deux dernières années, selon le rapport de l’ONG « Forum brésilien de la sécurité publique » [1]. En 2016, 28 candidats ont été assassinés, dont 15 pendant leurs campagnes.

Sa « chance » a été l’attentat au couteau qu’il a subi le 6 septembre 2018 pendant un bain de foule. Sa cote est alors montée dans les sondages et les marchés financiers sont immédiatement passés à la hausse. Il est aussi soutenu par des personnalités, comme l’ancien footballeur Ronaldinho.

La campagne est infestée de « fake news », d’autant plus que Jair Bolsonaro peut se vanter d’avoir 7 millions d’abonnés sur Facebook. C’est ce qu’a expliqué l’historienne Maud Chirio, qui travaille sur le Brésil contemporain, à Bastamag :

« L’usage de ces fausses nouvelles a été croissant, leur diffusion a été multipliée par 100 durant les quatre derniers mois de campagne. La dernière semaine, nous avons recensé entre 4 000 et 10 000 intox. La veille du scrutin, de fausses déclarations de pasteurs qui prétendaient soutenir Bolsonaro ont circulé. Le lendemain des massives manifestations de femmes contre Bolsonaro, le 29 septembre, des intox ont été diffusées prétendant que ces rassemblements s’étaient mués en orgie sexuelle. Des montages photo montrent Fernando Haddad, le candidat du Parti des travailleurs, et ancien ministre de l’Éducation, distribuant des livres érotiques à des enfants dans des écoles. [2] »

On dénonce des manipulations des cartes d’électeur. 3,4 millions de cartes ont été annulées parce qu’elles n’étaient pas actualisées, ce qui pénalise les électeurs pauvres du Nordeste.

En attendant le second tour du 28 octobre, les Brésiliens de Paris tentent d’alerter sur l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro. Les associations Autres Brésils, France Amérique Latine, Les Amis du Mouvement Sans Terre, Femmes Unies Contre Bolsonaro et la Ligue des droits de l’Homme donnent rendez-vous samedi 20 octobre à 15h, place de la Bataille-de-Stalingrad dans le 19ème arrondissement.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.