Un reportage de Gaylord Van Wymeersch et Jonathan Duong

Brésil : le retour de la dictature ? Abonnés

Le

Avec 46,03  % au premier tour, le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro risque d’arriver au pouvoir le 28 octobre au Brésil. Membre du parti social-libéral, ce politicien professionnel depuis plus de 20 ans incarne à 63 ans la revanche de la classe moyenne supérieure blanche (la bourgeoisie blanche) contre le Parti des travailleurs.

Dimanche 14 octobre, le Comité Lula et le Collectif Alerte France Brésil se rassemblaient à Paris, place de la République, contre ce possible retour de la dictature au Brésil :

De 2003 à 2016, le Parti des travailleurs a mené des politiques de réduction des inégalités, sous les présidences de Luiz Inácio Lula da Silva et de Dilma Rousseff. Sous le gouvernement du Parti des travailleurs, 8 millions d’employés de maison sont entrés dans le cadre du Code du travail. Favori pour cette élection, Lula a été condamné pour corruption et emprisonné, et déclaré inéligible. Son remplaçant comme candidat du Parti des travailleurs s’appelle Fernando Haddad : arrivé deuxième au premier tour de l’élection présidentielle avec 29,28  % des voix, c’est lui qui affrontera Jair Bolsonaro au second tour, le 28 octobre prochain.

Militariste, nostalgique de la dictature militaire (1964-1985), Bolsonaro est un virtuose des provocations racistes, homophobes, misogynes, soutenu par les puissantes églises évangéliques. Le 17 avril 2016, il a rendu hommage à la mémoire du colonel qui a torturé l’ancienne présidente Dilma Rousseff pendant 22 jours lors de son arrestation, alors qu’elle était militante de gauche en 1970.

Jair Bolsonaro est aussi un fervent néolibéral. Conseiller par la crème des Chicago boys, il a le soutien des marchés financiers et des grands trusts du pays. Ses cibles sont la corruption et la violence : sept homicides sont commis chaque heure au Brésil, plus de 120 000 homicides recensés ces deux dernières années, selon le rapport de l’ONG « Forum brésilien de la sécurité publique » [1]. En 2016, 28 candidats ont été assassinés, dont 15 pendant leurs campagnes.

Sa « chance » a été l’attentat au couteau qu’il a subi le 6 septembre 2018 pendant un bain de foule. Sa cote est alors montée dans les sondages et les marchés financiers sont immédiatement passés à la hausse. Il est aussi soutenu par des personnalités, comme l’ancien footballeur Ronaldinho.

La campagne est infestée de « fake news », d’autant plus que Jair Bolsonaro peut se vanter d’avoir 7 millions d’abonnés sur Facebook. C’est ce qu’a expliqué l’historienne Maud Chirio, qui travaille sur le Brésil contemporain, à Bastamag :

« L’usage de ces fausses nouvelles a été croissant, leur diffusion a été multipliée par 100 durant les quatre derniers mois de campagne. La dernière semaine, nous avons recensé entre 4 000 et 10 000 intox. La veille du scrutin, de fausses déclarations de pasteurs qui prétendaient soutenir Bolsonaro ont circulé. Le lendemain des massives manifestations de femmes contre Bolsonaro, le 29 septembre, des intox ont été diffusées prétendant que ces rassemblements s’étaient mués en orgie sexuelle. Des montages photo montrent Fernando Haddad, le candidat du Parti des travailleurs, et ancien ministre de l’Éducation, distribuant des livres érotiques à des enfants dans des écoles. [2] »

On dénonce des manipulations des cartes d’électeur. 3,4 millions de cartes ont été annulées parce qu’elles n’étaient pas actualisées, ce qui pénalise les électeurs pauvres du Nordeste.

En attendant le second tour du 28 octobre, les Brésiliens de Paris tentent d’alerter sur l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro. Les associations Autres Brésils, France Amérique Latine, Les Amis du Mouvement Sans Terre, Femmes Unies Contre Bolsonaro et la Ligue des droits de l’Homme donnent rendez-vous samedi 20 octobre à 15h, place de la Bataille-de-Stalingrad dans le 19ème arrondissement.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Même les ex-climato-sceptiques semblent avoir compris que nous allons droit dans le mur si rien ne change. La vie sur terre est réellement menacée et à court terme. Mais que faire ? Attendre que les politiques proposent des solutions... à petits pas ? Changer individuellement certaines de nos (...)

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.