Éric, un braqueur très poli. Un reportage de Dillah TEIBI

BRAQUEZ LES RICHES ! Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Braquez les riches !

Vol d’une bijouterie place Vendôme, il y en a pour des millions et les braqueurs courent toujours. Pas besoin de sondages pour mesurer l’admiration pour ces artistes hors-la-loi. Les grands voleurs, les voleurs en col blanc, eux ne sont pas hors-la-loi, car les lois sont faites pour eux et par eux.

Le voleur hors-la-loi n’a pas compris ou n’a pas admis cet ordre-là. Le bandit, le rebelle, on l’envie, on l’admire, qu’il gagne ou qu’il perde, c’est toujours du roman. Que serait le cinéma sans les bandits ? « Les primitifs de la révolte », comme dit l’historien Eric Hobsbawm. « Mieux vaut un jour de lion qu’un siècle de mouton », dit-on en Sicile. Mais attention on aime aussi le perdant, le braqueur bras cassé, le pigeon, celui qui confond le frigo et le coffre-fort.

Prenez Éric, à 57 ans, il a passé la moitié de sa vie derrière les barreaux , jamais une goutte de sang pourtant, Eric est un récalcitrant, une tête brûlée comme on disait naguère. Aujourd’hui repenti en conditionnelle, avec sa hache et son tournevis, son boulot c’est de casser des vieux postes de télé huit heures par jour. Entre deux coups de masse, il nous raconte sa vie. Mais on commence par un petit tour place Vendôme où, devant les bijouteries, le vieux braqueur ressemble à un môme devant une boutique de bonbon

Un reportage de Dillah TEIBI.

Éric Sniady

Les différentes séquences du reportage :

01. Pauvre petite Kim

Merci à Éric SNIADY.

Programmation musicale :
- Marilyn Monroe : Diamonds Are A Girl’s Best Friend
- Claude Nougaro : À bout de souffle
- Nino Zahainf Crew : Braquage à l’italienne, prise d’otages à l’algérienne

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Dillah TEIBI
journaliste : Daniel MERMET
réalisation : Alexandre LAMBERT

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »