Le garde du corps de Serge Dassault témoigne. Enquête : Anaëlle Verzaux

Affaire Serge Dassault, EXCLUSIF : son garde du corps témoigne Abonnés

1

Le

Depuis des années à Corbeil-Essonnes, le « système Dassault » (achat de votes, distributions d’argent) a installé un climat de corruption, de rancœurs et de violence allant jusqu’à une tentative de meurtre. Avionneur, patron de presse, cinquième fortune française, Serge Dassault coule des jours tranquilles dans la douce France du CAC 40. Un grain de sable pourrait-il enrayer la machine ? Une enquête vidéo d’Anaëlle Verzaux.

Zine Eddine Benmakhlouf a suivi Serge Dassault pendant neuf ans. D’abord en tant que médiateur puis, de 2012 à 2016, en tant que garde du corps. Il a assisté de très près au « système Dassault », à Corbeil-Essonnes.

Il raconte sa vision du système et accuse l’actuel maire de la ville, Jean-Pierre Bechter.

Le système Dassault, qu’est-ce que c’est ?

Serge Dassault, 92 ans, avionneur, patron de presse, milliardaire – c’est la cinquième fortune française (20 milliards d’euros )–, a réussi à devenir le maire de Corbeil-Essonnes (91) en 1995, après de nombreuses tentatives.

C’est alors que s’est mis en place le « système Dassault ».

Un système de distribution d’argent, pyramidal, où, pour obtenir la paix sociale d’une part et pour faciliter son élection d’autre part, « SD », comme on le surnomme à Corbeil-Essonnes, fait des dons « philantropiques » à un certain nombre de personnes, et surtout à des jeunes des quartiers des Tarterêts et de Montconseil.

Ces distributions d’argent, qui se font de façon aléatoire, suscitent des conflits, des rancœurs, des suspicions, et jusqu’à une tentative d’homicide : le 19 février 2013, Fatah Hou tombe sous les balles de Younès Bounouara, un de ceux par qui transitait l’argent. Grièvement blessé, Fatah Hou en garde aujourd’hui encore de lourdes séquelles. Pour cette tentative d’assassinat, Younès Bounouara a été condamné à 15 ans de prison.

On estime à au moins 53 millions d’euros le montant des sommes généreusement distribuées par Serge Dassault à la population.

Une générosité qui intéresse la justice qui, en avril 2014, met en examen Serge Dassault pour « achat de vote », « blanchiment » et « complicité de financement illicite de campagne électorale ».

Sept autres personnes de son entourage ont également été mises en examen : l’actuel maire de Corbeil-Essonnes Jean-Pierre Bechter, deux anciens adjoints Jacques Lebigre et Cristela de Oliveira, son comptable suisse Gérard Limat, et trois grands frères, intermédiaires présumés du système (dont Younès Bounouara).

Le 28 juillet dernier, les juges d’instruction ont terminé leurs investigations, ce qui rend le procès possible.

Parallèlement, Serge Dassault a été condamné, jeudi 2 février 2017, à cinq ans d’inéligibilité et deux millions d’euros d’amende, pour avoir dissimulé au fisc des dizaines de millions d’euros pendant quinze ans (jusqu’à 31 millions d’euros en 2006, 12 millions en 2014). Cet argent avait été déposé sur des comptes de sociétés établies au Luxembourg et au Liechtenstein.
Serge Dassault a depuis régularisé sa situation auprès de l’administration fiscale, et a fait appel de ce jugement.

Aujourd’hui, un nouvel acteur apparait dans cette affaire, Zine Eddine Benmakhlouf.

Boxeur professionnel, Zine Eddine Benmakhlouf a été le garde du corps de Serge Dassault pendant quatre ans. Il a été licencié en 2016. Il a reçu pour 900 000 euros de dons de « SD », mais en doit maintenant 300 000 euros aux impôts.

Il poursuit en justice son ancien patron, pour « licenciement sans cause réelle et sérieuse ». Le jugement doit être rendu mercredi 29 novembre.

Il nous dit qu’il subit des menaces, voici son témoignage.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.