REPORTAGE aux Champs-Élysées

Acte XVIII. TOUS COMPLICES ! Abonnés

1

Le

« Tous ceux qui étaient là se sont rendus complices de ça. [1] » Lui n’était pas là, il avait préféré un petit week-end à la neige avec son épouse, mais il a dû rentrer plus vite que prévu. Emmanuel Macron n’était pas content du tout. Il suffit qu’il tourne le dos pour que les « gilets jaunes » en profitent pour mettre le feu. Jusque là, pour le beau monde, ces gueux n’étaient que des antisémites, des homophobes, des xénophobes, des ultras de gauche et des ultras de droite. Cette fois pour Emmanuel Macron, ces « gilets jaunes » sont des terroristes-casseurs-assassins.

Une dénonciation courageuse partagée par les visionnaires les plus engagés du pays, « du marxisme de bazar et du talibanisme de salon » éditorialise Jean-Michel Apathie sur Europe 1 [2]. « Ces manifs, pardon, mais elles devraient être désormais interdites » affirme Alba Ventura, éditorialiste sur RTL [3]. « Les gens, qui sont les casseurs avant tout, qui rejoignent les "gilets jaunes", sont quelque part des sortes de terroristes », prévient Gérald Barbier, vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris sur BFMTV [4]. Rejoint par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, pour qui « ce sont des assassins. [5] »

Un petit souci cependant : les Français qui, malgré des semaines de lynchage médiatique, ne veulent décidément rien entendre [6]. Depuis 18 semaines, la violence n’a pas discrédité le mouvement. Le plus important, c’est ce phénomène historique sans précédent depuis longtemps et qui est le cauchemar du pouvoir. Les causes sont si évidentes et si profondes « qu’on trouve malheureux d’en passer par là pour se faire entendre » mais, que voulez-vous, « qui ne casse rien n’a rien ».

Alors que la police algérienne a déposé les armes pour sympathiser avec les manifestants vendredi dernier, « ici, les forces de l’ordre restent le dernier rempart entre la rue et le pouvoir ». C’est la conclusion de Monique, « gilet jaune » et cheffe d’entreprise venue de Moselle pour manifester ce samedi à Paris.

Car une question demeure. Qui sont et que veulent, les « gilets jaunes » qui manifestaient ce samedi en France et à Paris ? Sans cesse, les pouvoirs politiques, médiatiques et intellectuels, furieux et déroutés, parlent d’eux et font tout pour les discréditer et les salir, mais eux, vous les entendez ? Vous les connaissez ? Des milliards de messages et d’images violentes font écran, mais eux, finalement, qui sont ils ? Que veulent-ils ? Prenez le temps d’écouter les paroles de ces assassins et de leur complices rencontrés dans la manif de samedi. Un grand reportage de Dillah Teibi et Gaylord Van Wymeersch.

Programmation musicale :
- D1ST1 : Gilets Jaunes
- Kopp Johnson : Gilet Jaune
- Olive Laporte : Gilet Jaune

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils ont inventé le chômage Le chômage tue 100 fois plus que le terrorisme AbonnésVoir

Le

En France, le terrorisme a fait 147 victimes en 2015, le chômage tue plus de 14 000 personnes chaque année. C’est ce que vient de confirmer le CESE (Conseil Économique Social et Environnemental) le 10 mai. Une information sortie sans grand tapage, comme une fatalité naturelle.
Voici une farce lucide et grinçante contre les inventeurs et les profiteurs du chômage jouée par des chômeurs, les Z’EN TROP.

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.