REPORTAGE aux Champs-Élysées

Acte XVIII. TOUS COMPLICES ! Abonnés

1

Le

« Tous ceux qui étaient là se sont rendus complices de ça. [1] » Lui n’était pas là, il avait préféré un petit week-end à la neige avec son épouse, mais il a dû rentrer plus vite que prévu. Emmanuel Macron n’était pas content du tout. Il suffit qu’il tourne le dos pour que les « gilets jaunes » en profitent pour mettre le feu. Jusque là, pour le beau monde, ces gueux n’étaient que des antisémites, des homophobes, des xénophobes, des ultras de gauche et des ultras de droite. Cette fois pour Emmanuel Macron, ces « gilets jaunes » sont des terroristes-casseurs-assassins.

Une dénonciation courageuse partagée par les visionnaires les plus engagés du pays, « du marxisme de bazar et du talibanisme de salon » éditorialise Jean-Michel Apathie sur Europe 1 [2]. « Ces manifs, pardon, mais elles devraient être désormais interdites » affirme Alba Ventura, éditorialiste sur RTL [3]. « Les gens, qui sont les casseurs avant tout, qui rejoignent les "gilets jaunes", sont quelque part des sortes de terroristes », prévient Gérald Barbier, vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris sur BFMTV [4]. Rejoint par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, pour qui « ce sont des assassins. [5] »

Un petit souci cependant : les Français qui, malgré des semaines de lynchage médiatique, ne veulent décidément rien entendre [6]. Depuis 18 semaines, la violence n’a pas discrédité le mouvement. Le plus important, c’est ce phénomène historique sans précédent depuis longtemps et qui est le cauchemar du pouvoir. Les causes sont si évidentes et si profondes « qu’on trouve malheureux d’en passer par là pour se faire entendre » mais, que voulez-vous, « qui ne casse rien n’a rien ».

Alors que la police algérienne a déposé les armes pour sympathiser avec les manifestants vendredi dernier, « ici, les forces de l’ordre restent le dernier rempart entre la rue et le pouvoir ». C’est la conclusion de Monique, « gilet jaune » et cheffe d’entreprise venue de Moselle pour manifester ce samedi à Paris.

Car une question demeure. Qui sont et que veulent, les « gilets jaunes » qui manifestaient ce samedi en France et à Paris ? Sans cesse, les pouvoirs politiques, médiatiques et intellectuels, furieux et déroutés, parlent d’eux et font tout pour les discréditer et les salir, mais eux, vous les entendez ? Vous les connaissez ? Des milliards de messages et d’images violentes font écran, mais eux, finalement, qui sont ils ? Que veulent-ils ? Prenez le temps d’écouter les paroles de ces assassins et de leur complices rencontrés dans la manif de samedi. Un grand reportage de Dillah Teibi et Gaylord Van Wymeersch.

Programmation musicale :
- D1ST1 : Gilets Jaunes
- Kopp Johnson : Gilet Jaune
- Olive Laporte : Gilet Jaune

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.