ACTE XIII : « QUI NE CASSE RIEN N’A RIEN ! » Abonnés

1

Le

Un policer vise un manifestant avec son lanceur de balles de défense LBD 40 à Paris, le mardi 5 février 2019 (photo : Jonathan Duong / LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

[EXTRAIT] Acte XIII : « Qui ne casse rien n’a rien ! » [RADIO]

D’ordinaire, la violence est utilisée pour discréditer un mouvement. Mais voilà, ça ne prend plus, et depuis treize semaines, une petite musique monte : « QUI NE CASSE RIEN N’A RIEN ! »

« Le mouvement s’essouffle [1]. » Chaque semaine, les experts sont unanimes, « le mouvement s’essouffle ». Et chaque semaine, le nombre de manifestants est en baisse, selon le chiffre du ministère de l’Intérieur – une « source »que les journalistes oublient souvent d’indiquer. Ajoutez l’hostilité assumée de la plupart des médias et les accusations permanentes contre les « gilets jaunes » : homophobie, xénophobie, insultes raciales, infiltration par « les extrêmes » et même antisémitisme, suite à un tag découvert sur une vitrine alors qu’absolument aucun manifestant n’était présent dans ce quartier et que le tag – selon le commerçant lui-même – a été fait durant la nuit précédente [2] !

Bref, ce mouvement devrait être à l’agonie et rejeté depuis longtemps. Or – et c’est un chiffre moins cité par les hauts parleurs médiatiques – entre 55 % et 64 % des Français continuent de soutenir le mouvement [3]. Et ceci, malgré la violence ! D’ordinaire, au contraire, c’est la violence qui est instrumentalisée pour discréditer les revendications de la rue. Vieille ficelle policière, il suffit de laisser les casseurs casser, de laisser les journalistes filmer les casseurs pour le 20 Heures, et le tour est joué. Depuis le regretté Roger Gicquel, le 20 Heures sait faire peur à la France.

Or là, non, voilà treize semaines que les Français tolèrent cette violence. Est-ce qu’ils l’approuvent pour autant ? C’est moins certain, même si un slogan se fait entendre en manif : « QUI NE CASSE RIEN N’A RIEN ! »

La casse, ce samedi, c’est à nouveau une main arrachée devant l’Assemblée nationale. Sébastien M., plombier, originaire d’Argenteuil, a été visé par une grenade de désencerclement GLI-F4, qui a explosé à mi-hauteur et a réduit sa main droite en charpie. La scène a été filmée en direct par plusieurs caméras. Il devient difficile de tromper le petit peuple.

Chiffres, répression, manœuvres diverses, on finit par ne plus entendre les « gilets jaunes » écrasés sous une masse d’analyses savantes et les commentaires péremptoires de ceux qui « l’avaient toujours dit ». Du haut de leurs miradors, surveillants et gardiens, désarçonnés par ce peuple qui leur a échappé, ne savent plus comment faire rentrer ce troupeau bêlant à l’étable, sinon par la force. Walter Lippmann, l’un des grands penseurs du capitalisme américain, évoquait déjà ce peuple et sa « partialité bornée », avec « ses mugissements et ses piétinements de troupeau affolé [4] ».

Dans la manif, une pancarte disait : « ARRÊTEZ DE NOUS EXPLIQUER, ON A TOUT COMPRIS ».

Daniel Mermet

Programmation musicale :
- Marie Reno : Les "paroles paroles" d’Emmanuel Macron
- Didier Super : Ouais.... Rien de tel que la récupération d’un mouvement social pour faire ma promo...

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.