ON N’EST PAS QUE DES VALISES ! Les ouvrières virées de Samsonite montent sur les planches au festival d’Avignon Abonnés

1

Le

Pendant les fêtes, Là-bas vous résume cette année historique ! 2018, ce n’était qu’un début… Cet été, les anciennes ouvrières de Samsonite étaient au festival d’Avignon, pour jouer leur propre histoire dans la pièce On n’est pas que des valises.

Par deux fois, les AMG ont solidairement soutenu les ouvrières en lutte de Samsonite pour leur permettre d’aller devant la justice américaine faire condamner l’entreprise responsable de leur licenciement. 15 000 euros en quatre jours en 2012, puis à nouveau 10 000 euros en 2014 leur permirent de s’envoler jusqu’à Boston.

Aujourd’hui, elles continuent la lutte et racontent leur histoire elles-mêmes au théâtre, elles seront au festival d’Avignon du 6 au 28 juillet. Bien plus qu’une consolation, c’est une révolution pour ces ouvrières qui parlent d’elles-mêmes et des centaines de milliers de salariés brutalement jetés à la décharge depuis des décennies. Une violence qui ne restera pas toujours sans réponse. Les ouvrières préviennent : « ON IRA JUSQU’AU BOUT ! »

Il faut rappeler l’histoire des Samsonite. C’est un plan social comme il y en a eu des centaines d’autres.

Elles étaient 205 ouvrières à l’usine Samsonite d’Hénin-Beaumont, dans le Nord-Pas-de-Calais. En 2005, le groupe Samsonite veut s’en débarrasser, sans avoir à payer d’indemnités de licenciement. Il déploie donc une stratégie cynique : Samsonite va céder pour un euro symbolique l’usine d’Hénin-Beaumont à Energy Plast, un repreneur censé reconvertir l’usine pour fabriquer des panneaux solaires. Plus modernes que les valises en plastique injecté !

Aucun panneau solaire n’est fabriqué. Début 2007, Energy Plast est mise en liquidation judiciaire, et les 205 ouvrières sont licenciées pour motif économique. Donc sans indemnités de licenciement ! Le groupe Samsonite, responsable de l’arnaque et des 205 licenciements, n’aurait donc rien à payer ? Et Bain Capital, le fonds d’investissement actionnaire majoritaire de l’entreprise ?

Les ouvrières se mobilisent. Tout l’hiver 2007, elles occupent l’usine. Et lancent plusieurs procédures judiciaires. En 2014, avec leur avocat Me Fiodor Rilov, elles font condamner les faux repreneurs à de la prison ferme, pour avoir sciemment provoqué la faillite de l’entreprise.

Mais pour que les responsables de leur licenciement soient tous jugés et condamnés, elles décident d’attaquer aussi le fond d’investissement Bain Capital. Or il se trouve que le fondateur de Bain Capital, c’est Mitt Romney, l’ancien candidat à l’élection présidentielle aux États-Unis, face à Barack Obama. Les « petites » ouvrières face au dragon capitaliste.

Bain Capital est à Boston. Pour y aller, elles ont besoin d’argent. Beaucoup d’argent. Le 10 octobre 2012, elles lancent un appel sur le répondeur de Là-bas si j’y suis. En une semaine, elles récoltent 15 000 euros ! Et peuvent partir. Grâce au soutien des AMG !

En 2014, là encore aidées par les Auditeurs Modestes et Géniaux, elles s’envolent à nouveau pour Boston, pour manifester avec des ouvriers américains victimes du même fonds d’investissement.

Elles n’ont finalement pas remporté la bataille contre Bain Capital. Elles perdent leur procès. Mais tout récemment, le 17 mai 2018, la cour d’appel de Douai a annulé la vente de l’usine Samsonite à Energy Plast. Cette annulation ouvre la voie au paiement de l’ensemble des indemnités de licenciement dues aux ouvrières par le groupe Samsonite.

En attendant, le combat des Samsonite se poursuit sur les planches. Sept anciennes ouvrières racontent leur histoire dans une pièce de théâtre, On n’est pas que des valises, montée avec la journaliste Hélène Desplanques et la metteuse en scène Marie Liagre. Onze ans après leur licenciement, elles jouent pendant tout le mois de juillet au Festival d’Avignon.

Grâce à leur énergie collective, elles ont eu de nombreux soutiens. Mais il leur manque encore 6 000 euros pour que toutes les ouvrières-comédiennes soient rémunérées.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Anaëlle Verzaux et Aurélie Martin
mixage : Jérôme Chelius

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Hélène Desplanques, Liquidation totale, Belgique/France, 2009, 52 minutes

Sur notre site

À écouter

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.