04 novembre 2016. Évacuation des réfugiés. Un reportage de Dillah TEIBI et Sylvie COMA

Le migrant, ça rapporte gros ! Abonnés

Le

Vendredi 04 novembre 2016, avenue de Flandre à Paris (photo : Dillah TEIBI)

Pas de castagne, pas de lacrymo, même pas un bébé arraché à sa mère, les gros médias sont très déçus.

Cette trentième évacuation de migrants à Paris, la plus importante, s’est passée sans histoires. Bien sûr des voisins énervés, des racistes de service mais aussi des bonnes âmes, des solidarités de celles et ceux qui ne renoncent pas à une vraie FTA, une France Terre d’Asile.

Mais quelle serait la bonne solution ici, devant les migrations ? Chacun a sa petite idée, ses grands fantasmes. Avant tout, il faut comprendre que le migrant, ça rapporte gros, la xénophobie engendre un énorme marché. Contrôler, enfermer, surveiller, on n’a rien inventé de plus profitable ni de plus efficace. Connaissez-vous G4S, la plus grosse entreprise de sécurité qui emploie près de 650 000 salariés, ce qui en fait la deuxième entreprise au monde ?

Jamais en effet les politiques sécuritaires n’ont été aussi fructueuses, financièrement et politiquement. C’est ce que développe Claire RODIER dans son livre « XÉNOPHOBIE BUSINESS ».

Un REPORTAGE de Dillah Teibi et Sylvie Coma pendant l’évacuation des réfugiés

REPORTAGE : Le migrant, ça rapporte gros ! [EXTRAIT]

Les différentes séquences du reportage :

01. 30ème évacuation des migrants du 19ème

reportage : Dillah TEIBI et Sylvie COMA
réalisation : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)


ENTRETIEN avec Claire Rodier : xénophobie business (04 juin 2015)

G4S est la première entreprise de sécurité au monde, chargée entre autres de la « gestion » de l’immigration

Claire RODIER : xénophobie business (juin 2015)

En juin 2015 nous avions reçu Claire Rodier, juriste, membre du Groupe d’information et de soutien des immigré-e-s (GISTI) et du réseau Migreurop. Elle a publié en 2012 le livre « Xénophobie business : à quoi servent les contrôles migratoires ? » (aux éditions La Découverte). Noyés en Méditerranée, camp de migrants évacué à Paris, les migrants sont de nouveau à la une des journaux.

Alors qu’on parle plus souvent du business des passeurs et des trafics d’être humains, ou encore du « coût » supposé d’un migrant en France, Claire Rodier éclaire un aspect économique méconnu de la migration, le business du contrôle des migrants, des frontières et et de la rétention. Dont l’entreprise florissante G4S, 650 000 employés dans le monde, 3ème plus gros employeur privé mondial, 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

journaliste : Daniel MERMET
réalisation : Franck HADERER
montage : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Voir aussi

-  À ÉCOUTER :
« Les réfugiés de Stalingrad », un reportage de Thibaut CAVAILLÈS pendant l’évacuation des réfugiés du 16 septembre dernier

- À LIRE :
« Xénophobie business : à quoi servent les contrôles migratoires ? », un livre de Claire RODIER (2012, éditions La Découverte)

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le transhumanisme veut améliorer les capacités humaines, qu’elles soient physiques ou mentales. Son ambition est de fabriquer un être humain supérieur, artificiel, voire immortel. Le modèle de l’homme devient la machine et celui du cerveau l’ordinateur. Le mouvement transhumaniste est sujet à de (...)

  • Pour ce café repraire d’Octobre à Vierzon, deux villageois de Tarnac viendront nous raconter leur histoire, et leur point de vue sur le traitement médiatique de l’affaire du groupe de "Tarnac". Venez nombreux

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).