04 novembre 2016. Évacuation des réfugiés. Un reportage de Dillah TEIBI et Sylvie COMA

Le migrant, ça rapporte gros ! Abonnés

Le

Vendredi 04 novembre 2016, avenue de Flandre à Paris (photo : Dillah TEIBI)

Pas de castagne, pas de lacrymo, même pas un bébé arraché à sa mère, les gros médias sont très déçus.

Cette trentième évacuation de migrants à Paris, la plus importante, s’est passée sans histoires. Bien sûr des voisins énervés, des racistes de service mais aussi des bonnes âmes, des solidarités de celles et ceux qui ne renoncent pas à une vraie FTA, une France Terre d’Asile.

Mais quelle serait la bonne solution ici, devant les migrations ? Chacun a sa petite idée, ses grands fantasmes. Avant tout, il faut comprendre que le migrant, ça rapporte gros, la xénophobie engendre un énorme marché. Contrôler, enfermer, surveiller, on n’a rien inventé de plus profitable ni de plus efficace. Connaissez-vous G4S, la plus grosse entreprise de sécurité qui emploie près de 650 000 salariés, ce qui en fait la deuxième entreprise au monde ?

Jamais en effet les politiques sécuritaires n’ont été aussi fructueuses, financièrement et politiquement. C’est ce que développe Claire RODIER dans son livre « XÉNOPHOBIE BUSINESS ».

Un REPORTAGE de Dillah Teibi et Sylvie Coma pendant l’évacuation des réfugiés

REPORTAGE : Le migrant, ça rapporte gros ! [EXTRAIT]

Les différentes séquences du reportage :

01. 30ème évacuation des migrants du 19ème

reportage : Dillah TEIBI et Sylvie COMA
réalisation : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)


ENTRETIEN avec Claire Rodier : xénophobie business (04 juin 2015)

G4S est la première entreprise de sécurité au monde, chargée entre autres de la « gestion » de l’immigration

Claire RODIER : xénophobie business (juin 2015)

En juin 2015 nous avions reçu Claire Rodier, juriste, membre du Groupe d’information et de soutien des immigré-e-s (GISTI) et du réseau Migreurop. Elle a publié en 2012 le livre « Xénophobie business : à quoi servent les contrôles migratoires ? » (aux éditions La Découverte). Noyés en Méditerranée, camp de migrants évacué à Paris, les migrants sont de nouveau à la une des journaux.

Alors qu’on parle plus souvent du business des passeurs et des trafics d’être humains, ou encore du « coût » supposé d’un migrant en France, Claire Rodier éclaire un aspect économique méconnu de la migration, le business du contrôle des migrants, des frontières et et de la rétention. Dont l’entreprise florissante G4S, 650 000 employés dans le monde, 3ème plus gros employeur privé mondial, 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

journaliste : Daniel MERMET
réalisation : Franck HADERER
montage : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Voir aussi

-  À ÉCOUTER :
« Les réfugiés de Stalingrad », un reportage de Thibaut CAVAILLÈS pendant l’évacuation des réfugiés du 16 septembre dernier

- À LIRE :
« Xénophobie business : à quoi servent les contrôles migratoires ? », un livre de Claire RODIER (2012, éditions La Découverte)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous vendredi 23 Février au café repaire de Neuvy, pour une discussion autour de la question : "les animaux ont-ils des droits ?". Entrée libre et gratuite à partir de 18h30 au restaurant Le Gout des autres !

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

Dernières publis

Une sélection :

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

Humanité et fermeté sont les deux mamelles de la France AbonnésVoir

Le

« C’est un projet de loi totalement équilibré. » Voilà comment le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb défend son projet de loi « Asile et immigration ». Pourtant, une trentaine d’associations ont déjà dénoncé une circulaire que le ministre de l’Intérieur souhaite maintenir : ce texte, signé par les ministres Gérard Collomb et Jacques Mézard, demande aux fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de vérifier la situation administrative des immigrés dans les centres d’hébergement d’urgence.

Mort de Charles Jenkins. Reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil au Japon (2010) Histoire incroyable du déserteur américain qui a survécu 40 ans en Corée du Nord Écouter

Le

Une nuit de l’hiver 1965, le sergent Jenkins boit une dizaine de bières et passe en Corée du Nord. Il préfère déserter plutôt que d’aller se faire tuer au Viêt Nam. Il va être retenu une quarantaine d’années dans ce petit paradis communiste, prof d’anglais, espion, acteur dans les films de propagande avant d’être libéré et de finir comme une attraction touristique dans une petite île japonaise. C’est là qu’il nous raconte son incroyable histoire en mai 2010.

Travailler beaucoup moins, beaucoup mieux. SANS EMPLOI (Raphaël Liogier) Revenu universel ? Le POUR AbonnésÉcouter

Le

Vous hésitez entre Macron le révolutionnaire et Valls le révolté ? Voici un peu d’air frais pour vous sortir de ce captivant dilemme, un air de retour du droit à la paresse. Car, oui, nous en faisons de plus en plus en en faisant de moins en moins. C’est une constante dans l’histoire, de l’invention de la roue jusqu’à la révolution numérique, nous avons cherché à nous libérer de la torture du travail.

Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, nous produisons suffisamment de richesses pour satisfaire tous les besoins humains. Une excellente nouvelle, non ?