04 novembre 2016. Évacuation des réfugiés. Un reportage de Dillah TEIBI et Sylvie COMA

Le migrant, ça rapporte gros ! Abonnés

1

Le

Vendredi 04 novembre 2016, avenue de Flandre à Paris (photo : Dillah TEIBI)

Pas de castagne, pas de lacrymo, même pas un bébé arraché à sa mère, les gros médias sont très déçus.

Cette trentième évacuation de migrants à Paris, la plus importante, s’est passée sans histoires. Bien sûr des voisins énervés, des racistes de service mais aussi des bonnes âmes, des solidarités de celles et ceux qui ne renoncent pas à une vraie FTA, une France Terre d’Asile.

Mais quelle serait la bonne solution ici, devant les migrations ? Chacun a sa petite idée, ses grands fantasmes. Avant tout, il faut comprendre que le migrant, ça rapporte gros, la xénophobie engendre un énorme marché. Contrôler, enfermer, surveiller, on n’a rien inventé de plus profitable ni de plus efficace. Connaissez-vous G4S, la plus grosse entreprise de sécurité qui emploie près de 650 000 salariés, ce qui en fait la deuxième entreprise au monde ?

Jamais en effet les politiques sécuritaires n’ont été aussi fructueuses, financièrement et politiquement. C’est ce que développe Claire RODIER dans son livre « XÉNOPHOBIE BUSINESS ».

Un REPORTAGE de Dillah Teibi et Sylvie Coma pendant l’évacuation des réfugiés

REPORTAGE : Le migrant, ça rapporte gros ! [EXTRAIT]

Les différentes séquences du reportage :

01. 30ème évacuation des migrants du 19ème

reportage : Dillah TEIBI et Sylvie COMA
réalisation : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)


ENTRETIEN avec Claire Rodier : xénophobie business (04 juin 2015)

G4S est la première entreprise de sécurité au monde, chargée entre autres de la « gestion » de l’immigration

Claire RODIER : xénophobie business (juin 2015)

En juin 2015 nous avions reçu Claire Rodier, juriste, membre du Groupe d’information et de soutien des immigré-e-s (GISTI) et du réseau Migreurop. Elle a publié en 2012 le livre « Xénophobie business : à quoi servent les contrôles migratoires ? » (aux éditions La Découverte). Noyés en Méditerranée, camp de migrants évacué à Paris, les migrants sont de nouveau à la une des journaux.

Alors qu’on parle plus souvent du business des passeurs et des trafics d’être humains, ou encore du « coût » supposé d’un migrant en France, Claire Rodier éclaire un aspect économique méconnu de la migration, le business du contrôle des migrants, des frontières et et de la rétention. Dont l’entreprise florissante G4S, 650 000 employés dans le monde, 3ème plus gros employeur privé mondial, 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

journaliste : Daniel MERMET
réalisation : Franck HADERER
montage : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Voir aussi

-  À ÉCOUTER :
« Les réfugiés de Stalingrad », un reportage de Thibaut CAVAILLÈS pendant l’évacuation des réfugiés du 16 septembre dernier

- À LIRE :
« Xénophobie business : à quoi servent les contrôles migratoires ? », un livre de Claire RODIER (2012, éditions La Découverte)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

HOMMAGE À YANN AUGRAS, PORTE-PAROLE DE LA LUTTE DES GM&S (VIDÉO 12:35) Mort accidentelle d’un résistant Accès libreVoir

Le

Yann Augras est mort. Un accident de voiture en sortant du boulot, le 11 juin, sur une route de la Creuse, près de chez lui. Aucun mot ne peut dire l’émotion, aucun, sauf les oiseaux qu’on entendait pendant la minute de silence au cimetière avec les drapeaux de la CGT au-dessus des gens, immobiles avec ces masques étranges. Les oiseaux ne se taisent pas et les copains de Yann ne vont pas se taire. Ces masques ne sont pas des bâillons. Le temps de ramasser le drapeau, ils vont continuer la lutte. Ils savent que c’est la seule consolation possible.

LES DICTIONNAIRES EN DEUIL, ROBERT PLEURE ALAIN (hommage) ALAIN REY : QUEL FUT SON DERNIER MOT ? Accès libreÉcouter

Le

Le plus populaire des grands érudits, le plus expressif des vocabulistes mais surtout, au-delà de son colossal travail pour Le Robert et autres dictionnaires en tous genres, Alain Rey a fait comprendre toute l’importance des mots et du langage, l’inventivité intarissable des humains, les hasards des sonorités des bouches et des corps, et d’abord comment les mots ensorcellent, comment les mots sont des cages et les armes les plus puissantes des puissants.

Pour des milliers de prostituées, une misère sans aide OUI, JE SUIS UNE PUTE, ET ALORS ? QUE DEVIENT SAM ? AbonnésÉcouter

Le

Oui, je suis une pute, et alors ? SAM le proclame bien fort. Elle assume. Mais les infirmières de la sexualité publique sont dans une mauvaise passe, et même plus de passes du tout. Ce salaud de Covid a chassé le client, et SAM ne s’est pas encore convertie au télétravail. En plus de ça, il y a cette loi de 2016 qui pénalise le client, et comme beaucoup de ses 30 000 collègues, elle a vu son chiffre d’affaires s’effondrer. Et aucun filet social. Juste un RSA et encore. Et ces vaches de bourgeois qui les appellent des filles de joie.

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…