Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes

À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] Abonnés

1

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

Une nouvelle série de reportages de Sophie Simonot, à découvrir en dix-huit épisodes.

ÉPISODE 18/18 : l’antichambre de la colère

Pour se défouler, c’est par ici et ça fera 75 euros, merci ! Un après-midi à la « Fury Room » de Paris, près de la rue Saint-Denis.

ÉPISODE 17/18 : le préparateur de commandes

La vie moderne étant une source perpétuelle de petites et grandes colères, soufflez, et respirez…

ÉPISODE 16/18 : qui sème le vent récolte la tempête

Momo a 29 ans et pas beaucoup d’argent, c’est la raison pour laquelle il taxe souvent des cigarettes. C’est comme ça qu’il a rencontré Sophie. Il a pas mal de raisons de se mettre en colère, et pourtant, il n’a jamais la haine.

ÉPISODE 15/18 : l’imprimeur qui n’aimait pas la couleur

La Chartre-sur-le-Loir, petit village de 1 500 habitants, son clocher, son bar PMU, et ses immigrés fantômes.

ÉPISODE 14/18 : le plus beau métier du monde

La boss, elle est chiante. Les jeunes, ils sont chiants. La vie, c’est un peu chiant aussi. Une jeune femme attend son ami pour aller faire les magasins.

ÉPISODE 13/18 : le tête-tête

Devant le lycée technologique, après l’heure, c’est plus l’heure, ça leur apprendra ! En attendant l’heure suivante, on trouve la méthode de résolution des conflits : le « tête-tête ».

ÉPISODE 12/18 : un « gilet jaune », sur les Champs-Élysées

Sur les Champs-Élysées, Amara porte un gilet jaune. Mais…

ÉPISODE 11/18 : au village, sans prétention

Il n’y a pas d’heure pour boire l’apéro. Mais qu’en dira-t-on ?

ÉPISODE 10/18 : mieux vaut être seule que mal accompagnée

On peut se jurer fidélité et de s’aider même dans l’adversité, mais faut quand même pas pousser ! Une rencontre dans un parc parisien.

ÉPISODE 09/18 : le fils (presque) parfait

Parfois, pour trouver son chemin, il faut savoir s’imposer. Parfois, il faut savoir affronter son milieu familial. Et parfois, l’affrontement est violent.

ÉPISODE 08/18 : la rage du peuple

Avril 2019 : les « gilets jaunes » manifestent devant les sièges des grandes chaînes de télé. Injustices, inégalités, violences policières, manque de démocratie, peu à peu les braves gens se rebellent et crient « révolution ! »

ÉPISODE 07/18 : les diamants sont éternels

Sur le parvis de la Grande Arche de la Défense, à Puteaux, on rencontre beaucoup de gens en costard et on en a pour son argent !

ÉPISODE 06/18 : SOS dératisation

Petit, il voulait être policier. Aujourd’hui, il est dératiseur. Entre-temps, sa route a croisé celle de policiers, dans sa ville de banlieue.

ÉPISODE 05/18 : recherche maison désespérément

Un cadre dynamique de plus de 50 ans court pour attraper le métro. Parce que rester dans la course et prendre le train en marche, c’est pas de tout repos…

ÉPISODE 04/18 : les deux femmes de Jesus

À Paris, aller chercher du pain, c’est bien, ça permet de s’aérer la tête… et de tomber sur notre reporter !

ÉPISODE 03/18 : la prof et le principal

Dans la Sarthe, sortir le chien, c’est bien, ça permet de s’aérer la tête… et de rencontrer une reporter venue traîner son micro dans ce petit village.

ÉPISODE 02/18 : fâché mais pas facho

Paris, avril 2019, un samedi parmi tant d’autres, dans le cortège des « gilets jaunes » à Paris. Casser la gueule de Castaner ? Macron ? Pascal Praud ? Nos « gilets jaunes » hésitent…

ÉPISODE 01/18 : la liberté ou la mort

Paris, octobre 2018. Une manif de retraités entre Opéra et Madeleine, par une belle après-midi ensoleillée. Juste un mois avant le démarrage du mouvement des « gilets jaunes », chronique d’une révolte annoncée.

ÉPISODE 01/18 : la liberté ou la mort

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Sophie Simonot
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.