Avec les GM&S prêts à faire péter leur usine. 2ème partie du reportage de Dillah TEIBI avec les salariés en lutte

277 OU BOUM ! (2/3) Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] 277 OU BOUM ! (2/3)

Tapis rouge, Marseillaise et coups de canon, les médias sont en extase, c’est le sacre du nouveau monarque. Mais contre qui les coups de canon ? De l’autre côté du manche, dans l’autre France, celle d’en bas et qui parfois fait face, on entend d’autres détonations qui répondent. Des pétards, pour l’instant. Ça vient de la Creuse. 277, ils sont, 277 salariés qui risquent d’être virés. Ils ont miné leur usine, avec des explosifs, des bouteilles de gaz, ils sont prêts à tout faire sauter, il faut juste une allumette. Ils ont fait ça pour attirer les médias qui n’osent pas encore dire « forcenés » ou « terroristes ». Mais ça peut venir. Les pétards pourraient ne plus être pour de rire. Vous qui avez à la bouche ces mots de résistance, de maquis, vous qui vous dites insoumis, soutenez ces gens-là ; c’est leur tour de glisser, de disparaître, d’être effacés après tant d’autres depuis des années, c’est leur tour d’arriver au bord de la mort sociale. Eux s’accrochent encore, eux refusent ce que Pierre Bourdieu appelait « la destruction d’une civilisation ». On attend le troisième tour social, on sait que l’état de grâce sera bref. Entre deux roulements de tambour, entre deux coups de canon, le nouveau monarque interroge sa cour, « la guerre a déjà commencé ? » Non, Monsieur le président, elle n’a jamais cessé. Écoutez, voilà la deuxième partie de notre reportage à La Souterraine, dans la Creuse avec les salariés de GM&S. Ils vous attendent, ils sont 277, Monsieur le président, 277 OU BOUM !

Un reportage à La Souterraine, dans la Creuse, de Dillah TEIBI.
Pour soutenir les salariés de GM&S Industry, vous pouvez envoyer un chèque, libellé à l’ordre de « CGT GM&S La Souterraine », à l’adresse suivante : CGT GM&S, 23 300 La Souterraine

Les différentes séquences du reportage :

01. Ils cassent des salariés ? On casse des machines

Programmation musicale :
- NICOT : Ultra libéral
- Les Octaves : Nous ne bougerons pas

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.