Avec les GM&S prêts à faire péter leur usine. 2ème partie du reportage de Dillah TEIBI avec les salariés en lutte

277 OU BOUM ! (2/3) Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] 277 OU BOUM ! (2/3)

Tapis rouge, Marseillaise et coups de canon, les médias sont en extase, c’est le sacre du nouveau monarque. Mais contre qui les coups de canon ? De l’autre côté du manche, dans l’autre France, celle d’en bas et qui parfois fait face, on entend d’autres détonations qui répondent. Des pétards, pour l’instant. Ça vient de la Creuse. 277, ils sont, 277 salariés qui risquent d’être virés. Ils ont miné leur usine, avec des explosifs, des bouteilles de gaz, ils sont prêts à tout faire sauter, il faut juste une allumette. Ils ont fait ça pour attirer les médias qui n’osent pas encore dire « forcenés » ou « terroristes ». Mais ça peut venir. Les pétards pourraient ne plus être pour de rire. Vous qui avez à la bouche ces mots de résistance, de maquis, vous qui vous dites insoumis, soutenez ces gens-là ; c’est leur tour de glisser, de disparaître, d’être effacés après tant d’autres depuis des années, c’est leur tour d’arriver au bord de la mort sociale. Eux s’accrochent encore, eux refusent ce que Pierre Bourdieu appelait « la destruction d’une civilisation ». On attend le troisième tour social, on sait que l’état de grâce sera bref. Entre deux roulements de tambour, entre deux coups de canon, le nouveau monarque interroge sa cour, « la guerre a déjà commencé ? » Non, Monsieur le président, elle n’a jamais cessé. Écoutez, voilà la deuxième partie de notre reportage à La Souterraine, dans la Creuse avec les salariés de GM&S. Ils vous attendent, ils sont 277, Monsieur le président, 277 OU BOUM !

Un reportage à La Souterraine, dans la Creuse, de Dillah TEIBI.
Pour soutenir les salariés de GM&S Industry, vous pouvez envoyer un chèque, libellé à l’ordre de « CGT GM&S La Souterraine », à l’adresse suivante : CGT GM&S, 23 300 La Souterraine

Les différentes séquences du reportage :

01. Ils cassent des salariés ? On casse des machines

Programmation musicale :
- NICOT : Ultra libéral
- Les Octaves : Nous ne bougerons pas

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

JAZZ ET TÊTE DE VEAU, une belle fête pour l’AN 01 de LÀ-BAS ! Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Nous étions plus de 200 au Lieu-Dit, jeudi pour le premier anniversaire de LA-BAS. Merci à toutes et tous pour le soutien, pour l’amitié, pour la fête, pour le jazz et pour la tête de veau. Merci à l’équipe du Lieu-dit ! Merci au Golden Jack Quintet, et Helmie Bellini et son Kongo Square. Dès vendredi matin (!), Jérôme Chelius vous a mis deux extraits de cette soirée pour régaler vos oreilles. Que du bon ! VIVA !

L’an 01 de Là-bas
[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.