Bonne musique quand même !

20 août 1972 : WATTSTAX ! Un concert d’anthologie…

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Ce que vous avez peut-être raté cette année : en mai dernier, George Floyd, un Américain noir de 46 ans, était tué par des policiers lors de son interpellation à Minneapolis. Suite aux nombreuses manifestations que sa mort a provoquées, nous vous proposions de découvrir le documentaire de Mel Stuart sur le concert mythique Wattstax, qui commémora en 1972 les sept ans des émeutes de Watts. Si vous n’aviez pas eu le temps de voir le film, profitez des fêtes pour une séance de rattrapage.

Un documentaire musical génial de Mel STUART sur l’immense concert du 20 août 1972 au Coliseum de Los Angeles, pour le septième anniversaire des émeutes de WATTS.

Dix mille spectateurs venus des quartiers déshérités, six heures de concert, avec entre autres Isaac Hayes, Albert King, Melvin Van Peebles et Jesse Jackson : « JE SUIS PEUT-ÊTRE PAUVRE, MAIS JE SUIS QUELQU’UN… »

un film de Mel Stuart, 1973
avec The Dramatics : What You See Is What You Get,
The Staple Singers : Oh La De Da,
The Staple Singers : We the People,
Kim Weston : Star-Spangled Banner,
Kim Weston : Lift Ev’ry Voice and Sing,
The Staple Singers : Respect Yourself,
Jimmy Jones : Someone Greater Than I,
The Rance Allen Group : Lying on the Truth,
The Emotions : Peace Be Still,
William Bell, Louise McCord, Debra Manning, Eric Mercury, Freddy Robinson, Lee Sain, Ernie Hines, Little Sonny, the Newcomers, Eddie Floyd, the Temprees, Frederick Knight : Old-Time Religion,
The Bar-Kays : Son of Shaft/Feel It ,
Albert King : I’ll Play The Blues For You,
Johnnie Taylor : Jody’s Got Your Girl and Gone,
Little Milton : Walking the Back Streets and Crying,
Mel and Tim : I May Not Be What You Want,
Carla Thomas : Pick Up the Pieces,
Rufus Thomas : Do the Funky Chicken,
Luther Ingram : If Loving You Is Wrong, I Don’t Want to be Right,
Isaac Hayes : Theme from Shaft,
Isaac Hayes : Soulsville

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.