Bonne musique quand même !

20 août 1972 : WATTSTAX ! Un concert d’anthologie…

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Ce que vous avez peut-être raté cette année : en mai dernier, George Floyd, un Américain noir de 46 ans, était tué par des policiers lors de son interpellation à Minneapolis. Suite aux nombreuses manifestations que sa mort a provoquées, nous vous proposions de découvrir le documentaire de Mel Stuart sur le concert mythique Wattstax, qui commémora en 1972 les sept ans des émeutes de Watts. Si vous n’aviez pas eu le temps de voir le film, profitez des fêtes pour une séance de rattrapage.

Un documentaire musical génial de Mel STUART sur l’immense concert du 20 août 1972 au Coliseum de Los Angeles, pour le septième anniversaire des émeutes de WATTS.

Dix mille spectateurs venus des quartiers déshérités, six heures de concert, avec entre autres Isaac Hayes, Albert King, Melvin Van Peebles et Jesse Jackson : « JE SUIS PEUT-ÊTRE PAUVRE, MAIS JE SUIS QUELQU’UN… »

un film de Mel Stuart, 1973
avec The Dramatics : What You See Is What You Get,
The Staple Singers : Oh La De Da,
The Staple Singers : We the People,
Kim Weston : Star-Spangled Banner,
Kim Weston : Lift Ev’ry Voice and Sing,
The Staple Singers : Respect Yourself,
Jimmy Jones : Someone Greater Than I,
The Rance Allen Group : Lying on the Truth,
The Emotions : Peace Be Still,
William Bell, Louise McCord, Debra Manning, Eric Mercury, Freddy Robinson, Lee Sain, Ernie Hines, Little Sonny, the Newcomers, Eddie Floyd, the Temprees, Frederick Knight : Old-Time Religion,
The Bar-Kays : Son of Shaft/Feel It ,
Albert King : I’ll Play The Blues For You,
Johnnie Taylor : Jody’s Got Your Girl and Gone,
Little Milton : Walking the Back Streets and Crying,
Mel and Tim : I May Not Be What You Want,
Carla Thomas : Pick Up the Pieces,
Rufus Thomas : Do the Funky Chicken,
Luther Ingram : If Loving You Is Wrong, I Don’t Want to be Right,
Isaac Hayes : Theme from Shaft,
Isaac Hayes : Soulsville

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.