Ah, joue-moi encore du lithophone !

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(photo : blog d’Érik Gonthier erikgonthier.blogspot.fr)
Les tailleurs de pierre ont l’oreille fine. D’un coup de marteau sur la pierre ils savent si la pierre est bonne pour la sculpture ou pour la construction. Ils savent que la pierre parle et même qu’elle chante. Nos ancêtres préhistoriques le savaient aussi. C’est ce que dit Érik Gonthier, un chercheur que nous rencontrons aujourd’hui avec ces pierres longuement taillées et polies, et qui étaient des instruments de musique voilà 8 000 ans, ancêtres du lithophone. Bouleversant aujourd’hui d’écouter exactement ce qu’écoutaient nos lointains ancêtres qui jouaient sur ces pierres, accompagnés par un orchestre de stalactites, tandis que leurs copains peignaient des bisons et autres animaux sur les parois de la caverne...
Reportage : Giv Anquetil
Programmation musicale :
- Sonate au claire de lune, par The Great Stalacpipe Organ
- Starting with the stone, par Gerrit Valckenaers
À lire :
Lithophone, premier concert depuis dix mille ans pour les « pierres qui chantent », un article de Philippe Dufay paru dans le n°6 de la revue WE DEMAIN
À voir :
"Paléomusique", une création musicale de Philippe Fénelon. Concert avec l’Orchestre National de France le 22 mars, au Jardin des Plantes, Grand Amphithéâtre du Muséum d’Histoire naturelle, 57 rue Cuvier, Paris 5ème. Réservations : billetterie.mnhn.fr
À écouter :
Solfège de l’objet sonore, de Pierre Schaeffer, Guy Reibel et Beatriz Ferreyra (1967, réédité en 1998-2005 par INA-GRM)
À (ré)écouter sur la-bas.org :
"Le stupéfiant image", une émission avec Régis Debray du 7 novembre 2013, où il est notamment question des peintures de la grotte Chauvet

Ah, joue-moi encore du lithophone !

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.