La Coupe est pleine ! (4)

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:41 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:41 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:41 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:41 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:41 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:42 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:42 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:42 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:42 - 13/12

    - MP3 -

Au Brésil, le Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra - le Mouvement des sans-terre - lutte depuis 30 ans pour permettre aux paysans d’obtenir un lopin de terre à cultiver. Héritière du système colonial mis en place par les Portugais, l’agriculture brésilienne privilégie de grandes exploitations - les fazendas - destinées à produire massivement pour l’exportation. D’après le recensement de l’Institut Brésilien de Géographie et de Statistiques, 43% des terres agricoles sont aux mains de seulement 1% des propriétaires terriens. Alors des centaines de milliers de paysans s’organisent, occupent des terrains, campent et réclament une réforme agraire qui leur rendrait des terres, non pas pour vendre, ni pour construire, ni pour spéculer, mais pour se nourrir. Joaquin Piñero, de la Coordination nationale du Mouvement des sans-terre, prend le temps entre deux matches de foot de tirer le bilan de ces trente années de luttes, qui continuent encore aujourd’hui.

Reportage : Daniel Mermet, Antoine Chao et Giv Anquetil

Traduction : Anne Vigna et María Do Fetal de Almeida

Programmation musicale :
Desculpe Neymar, par Edu Kriger

À lire :
La dette : roman de la paysannerie, un livre de Maurice Lemoine (2001, éditions L’Atalante)

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »