On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels !

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(illustration : extrait de Putain de guerre, de Jacques Tardi et Jean-Pierre Verney (2008-2009, éditions Casterman)
Alors que commence la commémoration de la première Guerre Mondiale, la phrase d’Anatole France va être utile dans la guerre des tranchées qui s’annonce entre ceux qui déplorent la guerre comme un mal fatal et ceux qui trouvent des causes dans le système capitaliste, en dehors de la volonté et de la conscience des capitalistes eux-mêmes. L’assassinat de Jean Jaurès le 30 juillet 1914 et l’Union Sacrée pour la guerre allaient ruiner le mouvement progressiste. Dans la Grammaire des Civilisations (1963), Fernand Braudel écrit :
"On a le droit d’affirmer que l’Occident, en 1914, AUTANT QU’AU BORD DE LA GUERRE, SE TROUVE AU BORD DU SOCIALISME. Celui-ci est sur le point de se saisir du pouvoir et de fabriquer une Europe moderne (...). En quelques jours, en quelques heures, la guerre aura ruiné ces espoirs."
Explications avec l’historienne Annie LACROIX-RIZ et reportage à Verdun.
Reportage : Antoine Chao
Programmation musicale :
- Le 75, ça c’est à nous, par Luc Barney
- Qui paiera ça ?, par Mansuelle
- Aux morts pour la patrie, par Pierre Dux
À lire :
- Grammaire des civilisations, de Fernand Braudel (1963, publié en 1987 aux éditions Arthaud)
- Industrialisation et sociétés (1880 - 1970). L’Allemagne, d’Annie Lacroix-Riz (1997, éditions Ellipses)
- La Grande Guerre des crayons : les noirs dessins de la propagande en 1914-1918, de Jean-Pierre Auclert (1981, éditions Robert Laffont)
- Putain de guerre, de Jacques Tardi et Jean-Pierre Verney :
Tome 1 : 1914-1915-1916 (2008, éditions Casterman)
Tome 2 : 1917-1918-1919 (2009, éditions Casterman)
À visiter :
- L’ouvrage de la Falouse, à Dugny-sur-Meuse
- Le champ de bataille de Verdun, aujourd’hui recouvert d’une forêt domaniale gérée par l’Office National des Forêts

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:42 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:42 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:42 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:42 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:42 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:42 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:42 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:43 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:43 - 13/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.