Sanofi, sanofric !

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Le capitalisme nuit gravement à la santé !
Des produits qui sauvent des centaines de milliers de vies chaque instant dans le monde, des produits qui soulagent de la douleur, des produits indispensables, sortis de l’intelligence humaine, des produits qui aujourd’hui sont sous le contrôle d’immenses entreprises qui ne poursuivent qu’un seul but, le profit maximum.
Prenons SANOFI, première entreprise pharmaceutique française, vous en avez dans votre poche, dans votre salle de bain, près de votre lit. Première entreprise pharmaceutique française, n°5 mondiale, première entreprise en recherche et développement, 105 000 collaborateurs dont 27 000 en France. 35 milliards de chiffre d’affaire en 2012 (dont 5 milliards pour la recherche et développement).
Or SANOFI est passé d’une politique industrielle à une politique financière au profit de ses dirigeants et de ses actionnaires, les gros comme L’Oréal ou les fonds de pension, mais aussi les petits, comme des salariés de l’entreprise, et même au profit d’un tout petit actionnaire (83€) Gaylord van Wymeersch, par ailleurs reporter de Là-bas si j’y suis... Il a cru ce qu’on lui a dit : "Sanofi reverse 35% de ses 9 milliards d’Euros de bénéfice à ses actionnaires". Sympa, non ?
Sympa aussi, Sanofi avec les salariés de Montpellier et de Toulouse qui mènent la lutte depuis des mois contre un indispensable plan de restructuration. Mais tout s’arrange. D’après Arnaud Montebourg, c’est lui même qui les aurait sauvé. Sympa non ?
Reportage Gaylord Van Wymeersch

Programmation musicale :


- Alexis HK : "On peut apprendre"
- Tzitzimitl : "Petit actionnaire"
- Polémix et la Voix Off : "La bourse caquète"

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:41 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:41 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:41 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:41 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:41 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:41 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:41 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:41 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:41 - 13/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous au Bathyscaphe avec ATTAC 17 pour un débat sur le thème Uber, ubérisation... Demain tous ubérisés ? mercredi 20 novembre. Venez nombreux !

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin AbonnésVoir

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.