Sanofi, sanofric !

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Le capitalisme nuit gravement à la santé !
Des produits qui sauvent des centaines de milliers de vies chaque instant dans le monde, des produits qui soulagent de la douleur, des produits indispensables, sortis de l’intelligence humaine, des produits qui aujourd’hui sont sous le contrôle d’immenses entreprises qui ne poursuivent qu’un seul but, le profit maximum.
Prenons SANOFI, première entreprise pharmaceutique française, vous en avez dans votre poche, dans votre salle de bain, près de votre lit. Première entreprise pharmaceutique française, n°5 mondiale, première entreprise en recherche et développement, 105 000 collaborateurs dont 27 000 en France. 35 milliards de chiffre d’affaire en 2012 (dont 5 milliards pour la recherche et développement).
Or SANOFI est passé d’une politique industrielle à une politique financière au profit de ses dirigeants et de ses actionnaires, les gros comme L’Oréal ou les fonds de pension, mais aussi les petits, comme des salariés de l’entreprise, et même au profit d’un tout petit actionnaire (83€) Gaylord van Wymeersch, par ailleurs reporter de Là-bas si j’y suis... Il a cru ce qu’on lui a dit : "Sanofi reverse 35% de ses 9 milliards d’Euros de bénéfice à ses actionnaires". Sympa, non ?
Sympa aussi, Sanofi avec les salariés de Montpellier et de Toulouse qui mènent la lutte depuis des mois contre un indispensable plan de restructuration. Mais tout s’arrange. D’après Arnaud Montebourg, c’est lui même qui les aurait sauvé. Sympa non ?
Reportage Gaylord Van Wymeersch

Programmation musicale :


- Alexis HK : "On peut apprendre"
- Tzitzimitl : "Petit actionnaire"
- Polémix et la Voix Off : "La bourse caquète"

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:41 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:41 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:41 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:41 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:41 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:41 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:41 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:41 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:41 - 13/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

JAZZ ET TÊTE DE VEAU, une belle fête pour l’AN 01 de LÀ-BAS ! Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Nous étions plus de 200 au Lieu-Dit, jeudi pour le premier anniversaire de LA-BAS. Merci à toutes et tous pour le soutien, pour l’amitié, pour la fête, pour le jazz et pour la tête de veau. Merci à l’équipe du Lieu-dit ! Merci au Golden Jack Quintet, et Helmie Bellini et son Kongo Square. Dès vendredi matin (!), Jérôme Chelius vous a mis deux extraits de cette soirée pour régaler vos oreilles. Que du bon ! VIVA !

L’an 01 de Là-bas
[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.