Lubat si j’y suis, 36e festival d’uzeste

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Lubat si j’y suis, amusicien, visage musical. Uzeste, agitée et résistante.
Cela fait 36 ans que Bernard et sa compagnie percussionnent, accordéonnent, pianotent musique et mots. Contre la barbarie affairée à triompher, sans chercher à croquer leur part du gâteau. Parce que Bernard Lubat ne voulait pas « finir subliminable, comme un couillon du jazz ». Mixture de gascon, de Coluche et de Lacan, cette phrase est si compréhensible qu’elle désarme. Plein d’espoir, on l’ânonne, en cadence.
Reportage Antoine Chao et Daniel Mermet.

Écouter l'émission

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis