Mondialisation libérale

Labeur et les épinards (2)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« Au moins, cette promesse-là, Nicolas Sarkozy l’a tenue ». Au Salon de l’investissement, à Nice, on se félicite du bouclier fiscal. Et on ne s’inquiète pas trop : « Les beaux jours de la Bourse vont revenir », patientent-ils.
Mais les ouvriers de Renault et Faurécia Sandouville, eux, ne se pressent pas devant « les produits de défiscalisation ». Ils ne veulent pas « rebondir sur le marché action ». Et s’avèrent moins enthousiaste devant un président de la République qui a visité leur usine à huis-clos.
Un reportage de François Ruffin
Lien :
- Chomsky & cie
Retrouvez tout sur la sortie du film "Chomsky et cie"...

Programmation musicale :


- Drowning dog : Class war
- Didier Super : J’ai pas trouvé de titre à celle là

Livre :


- François Ruffin : La guerre des classes
éditeur : Fayard

Emission du lundi 17 novembre 2008

pour cette émission

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mai 1886 : massacre à Chicago Le 1er Mai a une histoire Accès libreVoir

Le

Cette histoire commence le 4 mai 1886 à Chicago. Sur Haymarket Square, lors d’une manif dans la longue lutte pour la journée de huit heures, une bombe explose, des policiers sont tués, huit hommes sont arrêtés et accusés de meurtre. Le procureur Julius Grinnel est très clair : « ces hommes sont choisis parce qu’ils sont des meneurs. Ils ne sont pas plus coupables que les milliers de personnes qui les suivaient… Messieurs du jury, condamnez ces hommes, faites d’eux un exemple, faites les pendre et vous sauverez nos institutions et notre société. »