En hommage à Marc Ogeret (1932-2018)

Marc Ogeret chante demain

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Frantisek KUPKA (1871-1957)

C’est vrai, bientôt nous n’aurons plus d’abeilles, c’est vrai, nos cheminots sont mal partis, c’est vrai, la France rejette les réfugiés, c’est vrai, les jeunes ne veulent plus faire enseignants, c’est vrai que nous avons Macron, et que nous avons Colomb, c’est vrai qu’un tas de mômes n’iront pas en vacances, c’est vrai que les gavés se gavent encore et encore et que nous ne les avons toujours pas pendus, c’est vrai tout ça, on peut continuer comme ça, mais c’est nous qui avons les plus belles chansons. Oui, nous.

Ils ont quoi ceux d’en face ? Des marches militaires, des airs d’opéra pour la distinction, des musiques de réclame, des chants pour la messe, des hymnes et des clairons. Oui, la lutte des classes passe par la chanson, car le génie du peuple est dans la chanson, pas seulement les révolutionnaires, la lutte des classes passe par la poésie aussi, et par l’émotion de chaque côté de la chanson, de la bouche à l’oreille. N’oublions pas, le révolutionnaire doit savoir entendre l’herbe qui pousse. On ne peut pas désespérer d’un peuple qui aime Bashung, qui aime Souchon, qui aime Keny Arkana, qui aime Stromae. On ne peut pas désespérer d’un peuple héritier des chansons chantées toute sa vie par Marc Ogeret. Mort le 4 juin à 86 ans, œillet rouge à la main, il laisse un fabuleux patrimoine qui dit le cœur à jamais imprenable de la Commune, de l’Affiche rouge, de Craonne, qui dit les matins d’été, qui dit la buée aux vitres, qui dit nos amours incertaines.

En hommage, parmi des centaines, nous avons choisi six chansons par Marc Ogeret. Toute sa vie, il a chanté les chansons des autres, les chansons du peuple et des poètes. La dernière est de lui, « qui de nous deux partira le premier ? » Oui, nous avons les plus belles chansons. Les voici :

Daniel Mermet

« Il faisait si beau ce matin », poème de Louis Aragon, musique de Jean-Paul Marchand (1967) :

Il faisait si beau ce matin (1967)

« Le triomphe de l’anarchie », paroles et musique de Charles d’Avray (1968) :

Le triomphe de l’anarchie (1968)

« La Semaine sanglante », paroles de Jean-Baptiste Clément, sur l’air du « Chant des Paysans » de Pierre Dupont (1968) :

La Semaine sanglante (1968)

« Le condamné à mort », poème de Jean Genet, musique d’Hélène Martin (1970) :

Le condamné à mort (1970)

« La liberté des nègres », texte de Pierre-Antoine-Augustin de Piis (1988) :

« La liberté des nègres » (1988) :

« Qui de nous deux » (1976) :

« Qui de nous deux » (1976)

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »