Depuis un an, le maire F.N. avait fait couper l’électricité et le chauffage du Secours populaire

Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

La bête noire du maire F.N. d’Hayange, Fabien Engelmann, c’est le Secours populaire et sa « propagande pro-migrants ». Depuis un an, il avait fait couper l’électricité et le chauffage de l’association qui chaque année vient en aide à un millier de personnes en difficulté. Ce mardi 19 décembre, il a été condamné par le tribunal de grande instance de Thionville. Une victoire pour Anne Duflot-Allievi, la présidente du comité local du Secours Populaire à l’heure où, à son tour, le gouvernement annonce le renfort des mesures contre les migrants :

Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange

(photo : Pierre Heckler/Le Républicain Lorrain)

Retour sur notre reportage du 30 mars 2017 au local du secours populaire d’Hayange, avec Daniel Mermet et Dillah Teibi : « Hayange, une histoire cochonne » :

[EXTRAIT] Hayange, une histoire cochonne

Moselle : la commune de Hayange contrainte de rétablir gaz et électricité au Secours populaire

Un juge des référés du tribunal de grande instance de Thionville a ordonné mardi à la commune frontiste de Hayange (Moselle) de rétablir le gaz et l’électricité, coupés depuis un an dans le local du Secours populaire, a-t-on appris de source judiciaire.

La municipalité, qui doit également réinstaller l’enseigne de l’association, devra s’acquitter d’une astreinte de 500 euros par jour en cas de non-respect de la décision.

« On va pouvoir continuer à travailler dans des conditions normales », s’est réjouie la présidente de la section locale du Secours populaire, Anne Duflot-Allievi.

L’association caritative avait saisi un juge des référés pour obtenir le rétablissement du gaz et de l’électricité coupés depuis plus d’un an.

« C’est un appel au squat », a réagi auprès de l’AFP le maire FN de la commune, Fabien Engelmann. Il a annoncé son intention de faire appel de cette décision « décevante ».

« En France, on a le droit d’occuper dans l’illégalité les locaux d’une commune et c’est les contribuables et la collectivité qui doivent payer le gaz, l’électricité, l’eau pour une association politisée qui fait de la propagande pro-migrants », a-t-il ajouté.

La municipalité frontiste avait en septembre 2016 exigé le départ du Secours populaire du local « occupé sans droit, ni titre, ni convention, ni assurance », lui reprochant aussi d’être « une succursale du Parti communiste ».

Fabien Engelmann va engager une procédure auprès du tribunal de grande instance de Thionville pour faire expulser l’association.

« Notre seul combat, c’est contre la misère, ce n’est pas contre la politique ou M. Engelmann », a répété Mme Duflot-Allievi.

Près d’un millier de personnes à faible revenu fréquente ce local, occupé par l’association depuis 2005, où sont entreposés des denrées alimentaires et des vêtements.

Un entretien de Daniel Mermet avec Anne Duflot-Allievi, présidente du comité local du Secours populaire français.

(avec AFP)
journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Sylvain Richard
montage : Dillah Teibi
technique : Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

  • L’illusion nationale Accès libre

    Lire
    Pendant deux ans, Valérie Igounet et Vincent Jarousseau se sont rendus dans trois villes dirigées par le FN : Hayange, Beaucaire et Hénin-Beaumont. Ils ont pris des notes et des images, ils ont rencontré et photographié les habitants, ces (...)
  • Émission spéciale« Doléances et Résistances » en public au théâtre de Sérémange-Erzange

    HAYANGE, CEUX QUI FONT FACE AU FRONT Abonnés

    Voir
    Depuis qu’un jeune d’extrême gauche a été élu maire Front National, les médias du monde entier sont venus en masse à Hayange. Aujourd’hui, Hayange, c’est le FN, et le FN, c’est Hayange. Trois ans après cette élection, on vous assure que si le (...)
  • LES COCUS DU FRONT (1) : un reportage de Daniel MERMET et Dillah TEIBI

    À Hayange, comment j’ai quitté le FN Abonnés

    Écouter
    Le 11 avril, nous serons en direct d’Hayange pour une grande émission spéciale « Doléances et résistances » au théâtre de SERÉMANGE à 20h, on vous attend, mais déjà voici une rencontre avec Patrice HAINY, un élu qui a quitté la mairie FN (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.