Lordon devant l’Assemblée nationale : « Nous devons les faire partir ! »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Ce lundi 17 février commence l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi visant à instaurer la « retraite par points ».

Après des débats houleux en commission, qui ont permis de soulever de nouvelles imprécisions ubuesques du projet de loi (comme cet indicateur sur lequel sera basé la valeur du point et qui... n’existe pas [1]), la loi arrive donc ce lundi dans l’hémicycle. Le débat parlementaire s’annonce interminable, l’opposition (insoumis, communistes, socialistes, Les Républicains et UDI confondus) ayant déposé plus de 40 000 amendements dans une volonté assumée de faire trainer les débats pour gagner du temps et faire « obstruction » au projet de loi.

Une manifestation avait lieu aujourd’hui à Paris à l’occasion de cette nouvelle étape de la réforme des retraites. Elle devait, justement, se rendre de la place de l’Opéra au parvis de l’Assemblée nationale. Quelques milliers de personnes étaient présentes et se sont trouvées bloquées par les gendarmes à leur arrivée devant le parlement. Après quelques bousculades et des interpellations, des prises de paroles d’élus, de grévistes et d’intellectuels se sont enchainées. Frédéric Lordon était notamment présent : « Les éditorialistes peuvent glapir que la démocratie est ébranlée par la bite à Griveaux (sic). Mais nous sommes nombreux à voir que la démocratie est plutôt menacée par les yeux crevés, les mains arrachées (...) et plus encore par la déstruction d’un modèle social ! »

reportage : Taha Bouhafs
montage : Jérémie Younes

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Catherine Abou El Khair, Réforme des retraites : Le « revenu par tête », un index nécessaire… mais qui n’existe pas encore, 20 Minutes, 13 février 2020

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.