À Paris, manifestation en solidarité avec l’étudiant lyonnais.

ÉTUDIANT IMMOLÉ À LYON : LA PRÉCARITÉ TUE !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Vendredi 8 novembre, un étudiant lyonnais de 22 ans, Karim [1] s’est immolé par le feu devant un bâtiment du CROUS [2] à Lyon. Pour expliquer son terrible geste, Karim a laissé une lettre dans laquelle il dénonce sévèrement sa situation de précarité étudiante : « J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué ! »

Le geste suicidaire de Karim, grièvement brûlé, toujours entre la vie et la mort ce mercredi matin, a soulevé une vague d’émotion dans le monde universitaire : « en grande précarité financière, privé de bourse, désespéré, il s’est immolé par le feu (...). La précarité détruit nos vies ! », pouvait-on lire dans un communiqué de Solidaires-étudiants-Lyon. Mais dans les grands médias, rien. Une brève par ci, une brève par là, un papier factuel, une annonce sur BFM TV, mais pas d’édition spéciale, pas d’interruption de l’antenne pour relater et analyser cette grave histoire, si représentative de l’époque. Pourtant, le contenu de la lettre de Karim est sans ambiguïté : dénonciation de la précarité étudiante, revendication du salaire à vie, attachement à son syndicat, lutte contre le fascisme, contre les inégalités... l’étudiant désespéré terminait sa lettre par « Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la Sécu. Et désolé pour l’épreuve que c’est. » Mais ça n’intéressait pas les grandes rédactions.

Hier, mardi 12 novembre, des étudiants partout en France se rassemblaient devant les CROUS pour témoigner leur solidarité à Karim. À Paris, devant le CROUS à Port-Royal, le rassemblement s’est vite transformé en manifestation non-déclarée. Au passage, les manifestants ont fait tomber les grilles du ministère de l’Enseignement supérieur, que Karim visait précisément dans sa lettre.

Notre reporter Taha Bouhafs était hier soir dans le cortège étudiant.

journaliste : Taha Bouhafs
réalisateur : Pascal Montagna

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1le prénom a été modifié à la demande de la famille.

[2Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires

Voir aussi

À LIRE :

La lettre laissée sur Facebook par Karim. pour expliquer son geste :

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »