À Paris, manifestation en solidarité avec l’étudiant lyonnais.

ÉTUDIANT IMMOLÉ À LYON : LA PRÉCARITÉ TUE !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Vendredi 8 novembre, un étudiant lyonnais de 22 ans, Karim [1] s’est immolé par le feu devant un bâtiment du CROUS [2] à Lyon. Pour expliquer son terrible geste, Karim a laissé une lettre dans laquelle il dénonce sévèrement sa situation de précarité étudiante : « J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué ! »

Le geste suicidaire de Karim, grièvement brûlé, toujours entre la vie et la mort ce mercredi matin, a soulevé une vague d’émotion dans le monde universitaire : « en grande précarité financière, privé de bourse, désespéré, il s’est immolé par le feu (...). La précarité détruit nos vies ! », pouvait-on lire dans un communiqué de Solidaires-étudiants-Lyon. Mais dans les grands médias, rien. Une brève par ci, une brève par là, un papier factuel, une annonce sur BFM TV, mais pas d’édition spéciale, pas d’interruption de l’antenne pour relater et analyser cette grave histoire, si représentative de l’époque. Pourtant, le contenu de la lettre de Karim est sans ambiguïté : dénonciation de la précarité étudiante, revendication du salaire à vie, attachement à son syndicat, lutte contre le fascisme, contre les inégalités... l’étudiant désespéré terminait sa lettre par « Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la Sécu. Et désolé pour l’épreuve que c’est. » Mais ça n’intéressait pas les grandes rédactions.

Hier, mardi 12 novembre, des étudiants partout en France se rassemblaient devant les CROUS pour témoigner leur solidarité à Karim. À Paris, devant le CROUS à Port-Royal, le rassemblement s’est vite transformé en manifestation non-déclarée. Au passage, les manifestants ont fait tomber les grilles du ministère de l’Enseignement supérieur, que Karim visait précisément dans sa lettre.

Notre reporter Taha Bouhafs était hier soir dans le cortège étudiant.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !