Les grands médias ont vu une « intrusion violente »

Des grévistes envahissent le siège de la CFDT

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

À 12h30, vendredi 17 janvier, une quarantaine de grévistes de la RATP et de la SNCF ont envahi le siège de la CFDT. À peine notre vidéo publiée, toutes les « grandes rédactions » qui d’habitude snobent Là-bas si j’y suis nous appelaient pour obtenir une autorisation de diffusion.

Quelques instants plus tard, c’est le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger qui réagissait sur Twitter : « Quelques dizaines d’individus se sont introduits violemment dans les locaux de la confédération CFDT ce midi. Ils ont agressé verbalement et physiquement des salariés de la CFDT. Nous condamnons cet acte et nous ne nous laisserons pas intimider. » Dans la foulée, tous les grands journaux titraient : « Intrusion violente à la CFDT » [1].

Les images de notre reporter Taha Bouhafs montrent que si la situation était tendue, s’il y a eu des « accrochages » verbaux entre grévistes et militants CFDT, rien ne permet de parler « d’intrusion violente » ni même « d’agression ». Mais peut-être que les rédactions qui titrent ainsi (et qui n’étaient pas présentes ce matin) ont des infos que nous n’avons pas ? Dans les images que nous diffusons ci-dessous, on entend l’un des grévistes dire : « Ne tombez pas dans leurs provocations, ils n’attendent que ça ».

De son côté la CGT indique dans un communiqué : « Quels que soient des désaccords possibles entre les organisations syndicales, la CGT ne cautionne pas ce type d’action. »

Quand des grévistes envahissent le siège de la CFDT, un reportage express de Taha Bouhafs :

Des grévistes envahissent le siège de la CFDT
par Là-bas si j'y suis

journaliste : Taha Bouhafs
montage : Pascal Montagna

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1CFDT : des « dizaines d’individus » se sont introduits « violemment » au siège et ont « agressé » des salariés, Le Figaro, 17 janvier 2020

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.