Les grands médias ont vu une « intrusion violente »

Des grévistes envahissent le siège de la CFDT

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

À 12h30, vendredi 17 janvier, une quarantaine de grévistes de la RATP et de la SNCF ont envahi le siège de la CFDT. À peine notre vidéo publiée, toutes les « grandes rédactions » qui d’habitude snobent Là-bas si j’y suis nous appelaient pour obtenir une autorisation de diffusion.

Quelques instants plus tard, c’est le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger qui réagissait sur Twitter : « Quelques dizaines d’individus se sont introduits violemment dans les locaux de la confédération CFDT ce midi. Ils ont agressé verbalement et physiquement des salariés de la CFDT. Nous condamnons cet acte et nous ne nous laisserons pas intimider. » Dans la foulée, tous les grands journaux titraient : « Intrusion violente à la CFDT » [1].

Les images de notre reporter Taha Bouhafs montrent que si la situation était tendue, s’il y a eu des « accrochages » verbaux entre grévistes et militants CFDT, rien ne permet de parler « d’intrusion violente » ni même « d’agression ». Mais peut-être que les rédactions qui titrent ainsi (et qui n’étaient pas présentes ce matin) ont des infos que nous n’avons pas ? Dans les images que nous diffusons ci-dessous, on entend l’un des grévistes dire : « Ne tombez pas dans leurs provocations, ils n’attendent que ça ».

De son côté la CGT indique dans un communiqué : « Quels que soient des désaccords possibles entre les organisations syndicales, la CGT ne cautionne pas ce type d’action. »

Quand des grévistes envahissent le siège de la CFDT, un reportage express de Taha Bouhafs :

Des grévistes envahissent le siège de la CFDT
par Là-bas si j'y suis

journaliste : Taha Bouhafs
montage : Pascal Montagna

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1CFDT : des « dizaines d’individus » se sont introduits « violemment » au siège et ont « agressé » des salariés, Le Figaro, 17 janvier 2020

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »