En pleine grève, la SNCF devient une société anonyme

Le , par Jérémie Younes

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

C’est l’une des conséquences funestes de la réforme ferroviaire de 2018 : la SNCF a changé le 1er janvier 2020 de forme juridique, passant d’EPIC (Etablissement public à caractère industriel et commercial) à SA, société anonyme. La forme capitaliste de l’entreprise, "une entreprise comme les autres", selon les mots de l’ancien PDG Guillaume Pépy rapportés par la dépêche AFP.

Passer de EPIC à société anonyme : c’est ce qui est arrivé à GDF, avant qu’elle ne soit privatisée et devienne Engie. C’est ce qui est arrivé à La Poste, en 2010. C’est ce qui est arrivé à France Telecom, avant qu’elle ne soit privatisée (avec la brutalité qu’on connait) et devienne Orange. C’est ce qui est arrivé à Aéroport de Paris, avant qu’elle ne devienne ADP, etc... Bref, c’est l’étape décisive et formelle pour privatiser une industrie de réseaux, un monopole naturel.

Parallèlement, « l’état actionnaire exige de la SNCF qu’elle fasse de sérieuses économies pour être plus compétitive, dans un contexte d’ouverture du rail à la concurrence »... Et bien sûr, la société n’embauchera plus au statut de cheminot.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »