Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

CLERMONT-FERRAND - Les cheminots en grève investissent brièvement les locaux de la direction

Les cheminots en grève contre la réforme des retraites ont procédé, mardi 7 janvier sur le parvis de la gare de Clermont-Ferrand, à l’enterrement symbolique de la SNCF comme établissement public industriel et commercial suite à sa transformation en société anonyme au 1er janvier 2020. Les cheminots, qui sont dans leur 34e jour de grève, souhaitaient ainsi marquer un temps fort avant la journée de grève interprofessionnelle du jeudi 9 janvier et les manifestations du samedi 11 janvier.

Toujours déterminés, certains responsables syndicaux présents lors du rassemblement avertissent sur le fait que la fin de la semaine va être déterminante pour la poursuite de la grève. « Nous n’allons pas pouvoir tenir tous seuls six mois, explique un délégué Sud Rail. Si les autres secteurs ne se mobilisent pas... »

Après le rassemblement, les cheminots ne sont dirigés vers le siège local de la SNCF, situé à quelques dizaines de mètres. Antoine Gigon-Depeiges, le directeur de la SNCF pour la zone, n’ayant pas répondu à la demande des grévistes d’être reçus, ceux-ci l’ont interpellé depuis la cour puis sont rentrés dans le bâtiment à sa recherche. Antoine Gigon-Depeiges est cependant resté introuvable, de même que la plupart des salariés présents qui avaient déserté le site à l’arrivée des grévistes. Seul un sapin de Noël, jeté par une fenêtre, est descendu à leur rencontre.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !