À l’origine des pandémies, l’élevage industriel d’animaux

Quand l’agro-industrie génère des épidémies Abonnés

1

Le

Les élevages d’animaux sont de nouveau à la « une » : d’un côté, les élevages d’animaux à fourrure chinois sont de plus en plus suspectés d’avoir permis la transmission du récent coronavirus de la chauve-souris à l’homme, comme le raconte l’enquête de Reporterre [1]. Et en France, ce sont les élevages de canards du Sud-Ouest qui sont fortement touchés par une épidémie très virulente de grippe aviaire. Pourquoi ce genre d’épidémies est amené à se multiplier ? Lucile Leclair, autrice du livre Pandémies, une production industrielle (Seuil, 2020), nous en parlait en novembre dernier.

En Chine, l’entreprise Guangxi Yangxiang Co Ltd. a construit une ferme porcine verticale de plusieurs étages. Les cochons attendent donc l’ascenseur…

[EXTRAIT] Quand l’agro-industrie génère des épidémies [RADIO]

Et si l’agro-industrie était davantage responsable de la diffusion d’épidémies que le marché aux animaux local – désormais illégal – du fin fond de la Chine ? C’est la thèse que défend Lucile Leclair dans Le Monde diplomatique ce mois-ci, et plus longuement dans un livre intitulé Pandémies, une production industrielle (Seuil, 2020).

Au nom de la lutte contre les épidémies d’origine animale, qui se multiplient, les autorités sanitaires mondiales mettent en avant un nouveau concept, la « biosécurité », qui mêle une hyper-hygiénisation et une hyper-sécurisation des élevages d’animaux, synonymes d’industrialisation croissante. Sauf que, pour Lucile Leclair, c’est justement ce modèle industriel de concentration des animaux qui participe à la diffusion des virus, un modèle que les pouvoirs publics persistent à soutenir malgré les dégâts qu’il génère pour la nature, pour le bien-être animal et l’alimentation humaine.

« Les firmes multinationales de l’élevage, qui sont pourtant à l’origine de la hausse des épidémies par leur mode de production industrielle, sont les premières bénéficiaires des crises sanitaires, parce qu’elles sont capables d’appliquer des normes de biosécurité. » La solution ? Que les pouvoirs publics soutiennent un autre modèle d’élevage et d’agriculture, local, paysan, respectueux de l’environnement, du bien-être animal, de la santé humaine et des conditions de travail des exploitants.

Programmation musicale :
- Katerine : Poulet n°728 120

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »