PARTIE 1 : Martine Bulard

Vers une guerre en Corée du Nord ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
01. Martine Bulard : vers une guerre en Corée du Nord ?

Première partie de notre rencontre avec l’équipe du Monde diplomatique du mois d’octobre, avec Martine Bulard : « Négocier sans préalable avec Pyongyang ».

« Rocket-Man » d’un côté. « Voyou » et « gangster », de l’autre. Les noms d’oiseaux volent de part et d’autre, entre Donald J. Trump et Kim Jong-un. Et les essais nucléaires aussi. La Corée du Nord en est à son sixième désormais. Et pourtant, selon Martine Bulard, cette escalade dangereuse des tensions à laquelle se livrent les États-Unis et la Corée du Nord est le résultat de plus d’un demi-siècle d’une politique d’isolation menée à l’encontre de Pyongyang.

En 1950, en pleine guerre froide, une guerre « chaude » fait des millions de morts entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. L’armistice signé en 1953 entre l’Organisation des Nations Unies d’une part, et la Corée du Nord et la Chine d’autre part, entraînera une paix brinquebalante. Kim Il-sung (grand-père du chef suprême actuel) tente bien de proposer un traité de paix en bonne et due forme. Mais il se heurte à une fin de non-recevoir de George H. W. Bush. Et tire son premier missile nucléaire intercontinental en 1993…

Nouvelles négociations l’année suivante, avec William Clinton cette fois. Le nucléaire militaire, désormais, c’est fini ! Nouvelle déconvenue : les États-Unis et le Japon ne respectent pas eux-mêmes l’accord-cadre qu’ils ont co-signé. Les centrales nucléaires à eau légère, uniquement destinées à fournir l’électricité dont le pays a besoin, ne voient jamais le jour. La Corée du Nord revoit sa stratégie. Et décide de trouver elle-même un moyen de se fournir en nucléaire. Davantage comme arme de dissuasion que comme source d’énergie, par contre…

Un entretien de Jonathan Duong avec Martine Bulard, rédactrice en chef adjointe au Monde diplomatique.

pages 01 et 10 du Monde Diplo : « Négocier sans préalable avec Pyongyang », un article de Martine Bulard

Merci à Martine Bulard.

Merci aussi à Anne Callait-Chavanel du Monde Diplomatique.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »