Bernard Friot présente la Sécurité Sociale de l’alimentation

Vaches à hublot : sortir de la folie, c’est possible !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Alors que le monde entier s’indigne des images affreuses de « vaches à hublot » révélées par l’association L214, nous nous sommes dit qu’il ne fallait pas s’en tenir à ce constat terrible. C’est vrai, ces images ont un pouvoir paralysant, on est comme ahuri par une telle folie. Pourtant, des solutions existent pour sortir de la logique de l’agro-business. Parmi ces pistes, l’une d’elles nous intéresse particulièrement : la sécurité sociale de l’alimentation. La force de cette idée, c’est de s’appuyer sur quelque chose qui existe déjà, la sécurité sociale, et de s’inspirer de son modèle pour sortir l’agriculture et la distribution des logiques de marché, à l’instar de l’éducation, de la santé ou des retraites.

Car s’il y a bien un domaine où l’on constate que le marché, laissé à lui-même, fait n’importe quoi, c’est bien la production alimentaire : il tue les paysans et les agriculteurs, massacre les sols, creuse des trous dans les vaches pour y mettre des hublots, et en plus, il y a encore des gens qui crèvent de faim, tandis que l’on détruit un tiers de la production excédentaire. Une folie qui ne peut décemment plus continuer longtemps.

Profitons donc de cette émotion suscitée par les images de L214 pour explorer cette piste de la Sécurité Sociale de l’alimentation avec le penseur du « salaire à vie », Bernard Friot.

Bernard Friot : « Pour une Sécurité Sociale de l’alimentation ! »
par Là-bas si j'y suis
La sécu de l’alimentation, comment ça marcherait ?

L’idée est la suivante : il s’agirait de créer une « cotisation alimentaire » dont le budget serait géré par les travailleurs et qui permettrait de créditer à chacun 100 euros de nourriture par mois sur la Carte Vitale. 100 euros à dépenser auprès de professionnels conventionnés, exactement comme pour les pharmacies ou les médecins libéraux. Une cotisation de 8% de la valeur ajoutée qui serait payée par les entreprises : un total de 120 milliards d’euros par an. En échange de quoi, on annule 8% de la dette privée des entreprises. Opération blanche. Une façon de solvabiliser la production de nourriture saine, car évidemment, on ne "conventionnerait" que des professionnels qui produisent selon des critères écologiques. Une façon aussi d’assurer un réel salaire aux paysans et agriculteurs.

Un entretien de Jérémie Younes.

journaliste : Jérémie Younes
réalisation : Jonathan Duong
montage : Cécile Frey
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Écouter la vidéo au format audio :

Bernard Friot : « Pour une Sécurité Sociale de l’alimentation ! »

Voir aussi

Pour une sécurité sociale alimentaire :
Pour lire le projet détaillé du groupe « Agriculture et Souveraineté alimentaire » d’Ingénieurs Sans Frontières, rendez-vous ici.

Bernard Friot, Le tavail, enjeu des retraites, La Dispute, nouvelle édition du 7 mars 2019

Bernard Friot, Vaincre Macron, La Dispute, 5 octobre 2017

Sur notre site

À écouter

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

LE CRIME EST PRESQUE PARFAIT. Entretien avec Fabrice NICOLINO PESTICIDES ? PAS DE SOUCI ! AbonnésVoir

Le

Depuis longtemps, Fabrice NICOLINO dénonce l’usage des pesticides dans l’agriculture industrielle, « cette industrie qui assassine tout ce qui est vivant ». Cette fois, il enquête sur les SDHI (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase) qui s’attaquent au système respiratoire de tout ce qui est vivant et entraînent des maladies neurologiques et des cancers. Des scientifiques ont alerté dès 2017, mais le lobby des pesticides est installé en profondeur dans l’appareil d’État frrançais. Dormez, braves gens…

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mobilisation des Ehpad. Un reportage de Sophie Simonot Tu verras, à l’Ehpad, tu seras bien ! AbonnésÉcouter

Le

La mobilisation exemplaire du personnel de l’Ehpad des Opalines, dans le Jura, qui a mené cet été une grève de 117 jours contre leur direction, a mis au centre des débats la question de la prise en charge des personnes âgées en France. Le 30 janvier, c’était journée d’action nationale : rassemblements, actions et manifestations se tenaient partout en France. Une journée très fortement suivie, aussi bien par le personnel des Ehpad que par celui des services d’aides à domicile.