De grands soirs en petits matins. En public au Lieu-Dit

SOIXANTE-HUITARD QUE JAMAIS (2/2), avec Ludivine Bantigny Abonnés

Le

Comme tous les dix ans, le GRAND MAI 68 CIRCUS est de retour, avec ses renégats à paillettes, ses imposteurs de barricades, ses historiens sentencieux, ses escamoteurs staliniens, ses peine-à-jouir rancuniers, pour nous dire et rabâcher que ce fut bel et bien la chienlit, pour nous dire et rabâcher « on s’est bien marré mais on s’est bien planté », pour dire et rabâcher « ça a donné l’individualisme égoïste, le consumérisme, la pédophilie et le néo-libéralisme ».

Mais les entourloupes ne durent pas toujours, des historiens font leur boulot, les témoins sont encore là, les mamies parlent à leurs petites-filles. Bien sûr, il y a du bois mort dans l’héritage de MAI, mais, mais… on ne peut pas oublier l’essentiel, ce profond mouvement politique, avec la plus grande grève générale « sauvage » de notre histoire sociale, sans mot d’ordre au départ, jusqu’à 10 millions pendant des jours et des nuits et tout ce qui a été imaginé alors, tout ce qui a été planté dans la terre de l’histoire. Malgré des tonnes de livres, de films et d’émissions, cette partie lumineuse est encore mal connue. Mai 68 ne se limite pas au Quartier latin, ni même aux luttes ouvrières de Sochaux, de Flins ou de Billancourt. C’est toute la France, la profonde, qui s’est mobilisée.

À partir d’un long travail dans les archives de toute la France – pour beaucoup inédites – Ludivine BANTIGNY finit par restituer l’énergie des luttes, des débats, des émotions et des espoirs portés par ceux de 68, et tout ce qui fut alors imaginé de grand et de petit pour réellement « changer la vie ».

Un entretien de Daniel Mermet avec Ludivine Bantigny, historienne, auteure du livre 1968. De grands soirs en petits matins, Seuil, 2018.

Enregistré en public le 10 avril 2018 au Lieu-Dit :


Programmation musicale :
- Vanessa Hachloum : Il est cinq heures

Merci à Ludivine Bantigny.

Merci aussi à Hossein et à toute l’équipe du Lieu-Dit.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Jonathan Duong
image : Kévin Accart
montage : Cécile Frey
son : Franck Haderer, Alexandre Lambert et Jérémie Younes

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Sur notre site

À écouter

À voir

À lire

Dans les livres

  • 1968, de grands soirs en petits matins

    Des livres sur mai 68, il n’en manque pas pour célébrer les cinquante ans. Celui de Ludivine Bantigny s’appuie, non pas sur des récits nostalgiques, des souvenirs individuels à la véracité historique plus ou moins discutable, mais sur des archives puisées dans toute la France et pour beaucoup inédites. Cette historienne, maître de conférence à l’université de Rouen Normandie s’attache à la grande diversité des protagonistes - ouvriers, étudiants, militants mais aussi danseurs, médecins, paysans, artisans, poètes d’un jour, et les femmes à parts égales avec les hommes -. Elle s’intéresse aussi à « l’autre côté » : c’est-à-dire à la police, au pouvoir et aux oppositions à la contestation. Son livre a le mérite de revenir précisément aux faits, aux projets, à l’inventivité, à tout ce qui a été imaginé, de grand et de petit, pour réellement « changer la vie ». C’était tout, sauf… Lire la suite

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Même les ex-climato-sceptiques semblent avoir compris que nous allons droit dans le mur si rien ne change. La vie sur terre est réellement menacée et à court terme. Mais que faire ? Attendre que les politiques proposent des solutions... à petits pas ? Changer individuellement certaines de nos (...)

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.