Un entretien de Daniel Mermet avec Serge Halimi

Serge Halimi : quand la gauche essayait Abonnés

Le

[EXTRAIT] Serge Halimi : quand la gauche essayait

Tantôt la gauche, tantôt la droite : on croit vivre une alternance, mais en réalité, la gauche n’a pas été au pouvoir au total plus de dix ans au cours du 20ème siècle en France. Quatre fois en cent ans (1924, 1936, 1944, 1981), la gauche est arrivée au pouvoir et quatre fois, au bout de deux ans, elle a dû renoncer ou elle s’est enlisée.

Pourquoi a-t-elle gouverné si peu, pourquoi a-t-elle déçu si vite ? C’est la question qui se pose à ceux qui refusent de collaborer avec l’ordre capitaliste dominant. Comment déjouer les pièges des compromis, des divisions et des calculs glacés ? Comment faire tomber le mur de l’argent et des privilèges ? Comment remporter la guerre des idées ? Comment détruire à jamais ces palais de balivernes ? Quelle place pour les affects et le hasard ? Serge Halimi a passé des années à démonter et démontrer rouages, pièces et main-d’œuvre pour en tirer les leçons et les armes utiles pour les résistants d’aujourd’hui.

À l’heure où, de Bernie Sanders à Podemos, des Insoumis à Jeremy Corbyn, un vent radical nouveau s’est levé, ce bouquin, Quand la gauche essayait. Les leçons du pouvoir. 1924, 1936, 1944, 1981, est un formidable trousseau de clefs pour sortir des cages dont nous avons nous-mêmes forgé les barreaux.

Un entretien de Daniel Mermet avec Serge Halimi, directeur de la publication du Monde diplomatique, auteur du livre Quand la gauche essayait. Les leçons du pouvoir. 1924, 1936, 1944, 1981 (1993), nouvellement réédité chez Agone (2018).

Chahut à l’auberge de jeunesse de Villeneuve-sur-Auvers, 1937 (photo : Pierre Jamet, collection Corinne Jamet)

En 2000, Daniel Mermet recevait (déjà !) Serge Halimi pour la première réédition de son livre chez Arléa. L’occasion d’aborder l’attitude de la gauche au pouvoir face à la question coloniale. À l’exception notable du Front populaire (de 1936 à 1938), les autres gauches parvenues au pouvoir ont toutes mené leur propre guerre :

La gauche et la question coloniale [27 décembre 2000]

Programmation musicale :
- Louis Zucca : Le Drapeau rouge
- Barbara : Regarde
- Pierre Gasparini : Les promesses
- Jean Ferrat : Un jour un jour

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Sylvain Richard, Khỏi Nguyen et Jérôme Chelius
montage : Jérémie Younes

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Voir aussi

Serge Halimi, Quand la gauche essayait : les leçons du pouvoir, 1924, 1936, 1944, 1981 (1993, 2000), nouvellement réédité chez Agone en 2018

Sur notre site

À écouter

À lire

Dans les livres

  • Quand la gauche essayait. Les leçons du pouvoir 1924, 1936, 1944, 1981

    Étudier et comparer les réalisations et les échecs de la gauche française, de cartel des gauches (1924-1926), au Front Populaire (1936-1938), à la Libération (1944-1947) et aux cinq premières années de la présidence de Mitterrand (1981-1986). Tel est l’exercice auquel s’est livré notre ami Serge Halimi, directeur du Monde Diplomatique. Il explique comment « la gauche au pouvoir a caboté entre deux récifs : tantôt sa volonté de transformation sociale butant sur les contraintes imposées par l’ordre capitaliste, tantôt sa pratique du pouvoir devançait les exigences de ses adverses ». L’étude de cette tension permanente entre audace et enlisement, espérance et renoncement est d’autant plus intéressante qu’elle éclaire les raisons de la dilution de la gauche qui s’est elle-même « construit les barreaux de sa cage de verre… Lire la suite

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Même les ex-climato-sceptiques semblent avoir compris que nous allons droit dans le mur si rien ne change. La vie sur terre est réellement menacée et à court terme. Mais que faire ? Attendre que les politiques proposent des solutions... à petits pas ? Changer individuellement certaines de nos (...)

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.