BLACK BLOC. Rencontre avec l’historien FRANCIS DUPUIS-DÉRI (VIDÉO et PODCAST)

Black blocs : des idiots utiles ou des alliés efficaces ? Abonnés

1

Le

Pour eux, leur violence est insignifiante et purement symbolique face à l’énorme violence du capitalisme et de l’État qui, lui, détient le monopole de la violence. Pour les uns, ils sont des idiots utiles qui, par leur violence, permettent au pouvoir de discréditer les luttes populaires, des alliés objectifs du grand capital, en somme un genre de milice macroniste. Pour d’autres, qui s’empressent de dénoncer par principe toute violence, ils sont en fait des alliés dont la pression est efficace, surtout lorsque les très jeunes s’en mêlent comme aujourd’hui. Retrouvez cet entretien de 2019 avec Francis Dupuis-Déri, historien de l’anarchie, autour de son livre Les Black blocs. La liberté et l’égalité se manifestent (Lux, 2019).

Après des semaines de mobilisations parfaitement encadrées, avec des manifs énormes jusque dans les moindres bourgades, avec des grèves plutôt bien comprises et même soutenues par un pays unanimement opposé à un allongement de l’âge de départ à la retraite, rien n’a été obtenu, au contraire, le pouvoir a imposé son projet par décret au mépris de tout débat, ce qui a provoqué la violence dans les manifs, mais seulement à partir de là. C’est nettement le mépris du pouvoir qui a déclenché ces « débordements » qui sont, pour ce pouvoir, le moyen classique d’enclencher le pourrissement du conflit et le discrédit de la contestation. Sauf que la mobilisation ne fléchit pas, le pouvoir est toujours aussi impopulaire et au contraire, devant la violence, il propose des négociations. Le rapport de force est engagé.

Les mots comme « lutte » et « combat » sont devenus des euphémismes symboliques, mais les affrontements actuels font le lien avec toutes les violences et toutes les guerres sociales d’où sont nées parfois des progrès et parfois des monstres.

Dans la manif, il y a les gentils manifestants et il y a les méchants manifestants. Le pouvoir et les vrais grands médias ne cessent de vous le répéter. Il y a le brave peuple naïf et sincère (en jaune), mais hélas il y aussi ces casseurs, ces « black blocs » (en noir).

Mais qui sont ces bêtes noires ? Des idiots utiles ou des alliés efficaces ? Professeur de science politique à l’université de Montréal, Francis Dupuis-Déri, chercheur engagé, les connaît depuis longtemps de l’intérieur. La violence de la rue a montré la violence mille fois plus violente de l’arrogance des riches, du chômage, de la précarité, des inégalités et de la destruction des ressources humaines et naturelles.

Depuis longtemps, Francis Dupuis-Déri regarde le monde à travers le prisme de l’anarchie. Soit l’ordre moins le pouvoir. L’anarchie a une histoire multiple et têtue. Une manière de voir et de faire qui peut inspirer les temps qui courent devant l’histoire qui nous mord la nuque.

Daniel Mermet

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Jonathan Duong
montage : Kévin Accart
son : Sylvain Richard

Sur notre site

Dans les livres

  • Les Black blocs. La liberté et l’égalité se manifestent

    Qui sont les black blocs, ces manifestants cagoulés, vêtus de noir, s’attaquant aux symboles du capitalisme et de l’état ? D’où viennent-ils ceux que les pouvoirs désignent comme des « casseurs, voire de terroristes ? Professeur de sciences politiques à l’université du Québec à Montréal, ancien militant dans des collectifs de sensibilité anarchiste, dresse leur portrait, leur histoire, leur rapport à la violence politique, les sources de leur rage, les critiques à leur égard et la violence de l’état contre eux. Ce livre est à sa quatrième édition tant l’intérêt pour ce livre est grand et tant l’évolution de ce mouvement est rapide.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »