Avec Serge Halimi, du Monde diplomatique

Qui a dit « fake news » ? Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Qui a dit « fake news » ? [RADIO]

Comme les champignons après la pluie, les entreprises de lutte contre les fake news se multiplient. Huit médias français (Le Monde, L’Express, Libération, 20 Minutes, l’Agence France-Presse, BFM-TV, France Télévisions et France Médias Monde) sont rémunérés par Facebook pour démentir les fausses informations relayées sur son propre réseau [1]. Le journal Le Monde a élaboré le « Décodex », un annuaire censé indiquer la « fiabilité » des sites Internet (Là-bas si j’y suis n’y figure pas, ne cherchez pas…). Le 20 heures de France 2, lui, a lancé une nouvelle rubrique intitulée « Faux et usage de faux ». Son but ? « Lutter contre les fausses informations qui ont pignon sur rue sur internet [2] ». À en croire tous ces médias « sérieux », l’empire du mensonge et de la désinformation serait donc… Internet.

Ce printemps 2019 marque pourtant un triste anniversaire : les vingt ans de la guerre menée par l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique nord) au Kosovo. Une guerre dont l’origine est « le plus gros bobard de la fin du XXe siècle », comme le rappellent Serge Halimi et Pierre Rimbert dans le Monde diplomatique d’avril : un supposé plan nommé Potkova (« fer à cheval ») qu’aurait préparé les Serbes pour mettre en œuvre l’« épuration ethnique » du Kosovo. À une époque où ni Facebook ni Twitter n’existaient, et où le balbutiant Google n’avait qu’un an, ce mensonge destiné à justifier l’intervention militaire avait été propagé par l’OTAN et par la plupart des grands médias occidentaux qui pourfendent aujourd’hui les fausses informations.

Une propagande de guerre récurrente : la première guerre du Golfe, en 1990, avait elle aussi donné lieu à son lot de désinformations destinées à dramatiser et ainsi mieux justifier l’intervention militaire. Comme dans la bouche d’Alain Minc, le dimanche 17 février 1991, alors invité d’Anne Sinclair dans l’émission « 7 sur 7 » :

Alain Minc, « 7 sur 7 », 17 février 1991
par Là-bas si j'y suis

Un entretien de Jonathan Duong avec Serge Halimi, directeur de la rédaction du Monde diplomatique, auteur avec Pierre Rimbert de l’article « Le plus gros bobard de la fin du XXe siècle » dans le Monde diplomatique d’avril.

Programmation musicale :
- Eclectic Method : No Collusion Remix
- SocialistMop : Fake News Remix - Donald Trump vs. The Mainstream Media

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.