Avec Serge Halimi, du Monde diplomatique

Qui a dit « fake news » ? Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Qui a dit « fake news » ? [RADIO]

Comme les champignons après la pluie, les entreprises de lutte contre les fake news se multiplient. Huit médias français (Le Monde, L’Express, Libération, 20 Minutes, l’Agence France-Presse, BFM-TV, France Télévisions et France Médias Monde) sont rémunérés par Facebook pour démentir les fausses informations relayées sur son propre réseau [1]. Le journal Le Monde a élaboré le « Décodex », un annuaire censé indiquer la « fiabilité » des sites Internet (Là-bas si j’y suis n’y figure pas, ne cherchez pas…). Le 20 heures de France 2, lui, a lancé une nouvelle rubrique intitulée « Faux et usage de faux ». Son but ? « Lutter contre les fausses informations qui ont pignon sur rue sur internet [2] ». À en croire tous ces médias « sérieux », l’empire du mensonge et de la désinformation serait donc… Internet.

Ce printemps 2019 marque pourtant un triste anniversaire : les vingt ans de la guerre menée par l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique nord) au Kosovo. Une guerre dont l’origine est « le plus gros bobard de la fin du XXe siècle », comme le rappellent Serge Halimi et Pierre Rimbert dans le Monde diplomatique d’avril : un supposé plan nommé Potkova (« fer à cheval ») qu’aurait préparé les Serbes pour mettre en œuvre l’« épuration ethnique » du Kosovo. À une époque où ni Facebook ni Twitter n’existaient, et où le balbutiant Google n’avait qu’un an, ce mensonge destiné à justifier l’intervention militaire avait été propagé par l’OTAN et par la plupart des grands médias occidentaux qui pourfendent aujourd’hui les fausses informations.

Une propagande de guerre récurrente : la première guerre du Golfe, en 1990, avait elle aussi donné lieu à son lot de désinformations destinées à dramatiser et ainsi mieux justifier l’intervention militaire. Comme dans la bouche d’Alain Minc, le dimanche 17 février 1991, alors invité d’Anne Sinclair dans l’émission « 7 sur 7 » :

Alain Minc, « 7 sur 7 », 17 février 1991
par Là-bas si j'y suis

Un entretien de Jonathan Duong avec Serge Halimi, directeur de la rédaction du Monde diplomatique, auteur avec Pierre Rimbert de l’article « Le plus gros bobard de la fin du XXe siècle » dans le Monde diplomatique d’avril.

Programmation musicale :
- Eclectic Method : No Collusion Remix
- SocialistMop : Fake News Remix - Donald Trump vs. The Mainstream Media

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

08 mars : Journée internationale des droits des femmes Thérèse Clerc, les derniers jours Accès libreÉcouter

Le

Féministe poing levé, à 88 ans, Thérèse Clerc est partie paisiblement au bout d’un beau parcours d’engagement, d’insoumission et de gaieté subversive. Quelques jours avant sa mort survenue le mardi 16 février 2016, Anaëlle Verzaux l’avait revue chez elle à Montreuil avec quelques amis. Voici en hommage cet ultime entretien, une superbe incitation à la lutte, c’est-à-dire à la vie.

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.