Que sont devenus les cahiers de doléances ? Abonnés

1

Le

Archives départementales de Gironde, Cahier de doléance, 5999W6 (détail)

[EXTRAIT] Que sont devenus les cahiers de doléances [RADIO]

Souvenez-vous : en janvier 2019, reprenant une idée des « gilets jaunes », le gouvernement fait ouvrir des « cahiers d’expression libre » dans les mairies pour recueillir la parole et les revendications des citoyens. Ces cahiers auxquels plusieurs milliers des personnes contribuent font partie du dispositif plus large imaginé par le président de la République, le « grand débat national » censé permettre aux « gilets jaunes » – et à tous les Français – de s’exprimer. Quelques mois plus tard, à l’issue de ce grand débat, qui avait lu ces centaines de milliers de ligne manuscrites remplies de constats, de désespoir et de propositions ? Personne. Qu’en a fait le gouvernement ? Rien. Mais les archives de chaque département ont soigneusement conservé tous ces documents, en attendant que des chercheurs se plongent dans cette masse de documents. C’est justement ce que vient de faire un collectif de recherche citoyenne, grâce aux archives départementales de la Gironde.

Jonathan Duong a joint deux membres de ce collectif, la chercheuse en science politique Magali Della Sudda et l’historien Nicolas Patin, pour nous dire ce qu’ils ont trouvé dans ces cahiers.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Jonathan Duong
réalisation : Sylvain Richard
lecture de la doléance 5999W119, archives départementales de la Gironde, ville de Camarsac

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

-  Le Monde diplomatique du mois de juin, en kiosques et en ligne sur www.monde-diplomatique.fr

- Danielle et Gilbert Lefebvre, Stéphane Mestre, Nathan Gaborit, ingénieur d’études, Marcel Guilhembet, cofondateur du groupe On-the-Ric, Magali Della Sudda, chargée de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et Nicolas Patin, maître de conférences à l’université Bordeaux Montaigne, « Les cahiers de la colère », Le Monde diplomatique, juin 2022

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.