Bosser sans protections dans un boulot pas nécessaire

On est comme les nettoyeurs de Tchernobyl Abonnés

1

Le

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et le président de la Fédération française du bâtiment, Jacques Chanut

[EXTRAIT] On est comme les nettoyeurs de Tchernobyl [RADIO]

« C’est toujours les mêmes qu’on fait bosser jusqu’au bout. » Hervé est en colère. Technicien dans les produits chimiques, sa boîte l’oblige à bosser sans une vraie protection, alors que cette activité n’est pas indispensable.

C’est pourtant ce qu’exige la bande à Macron. La ministre du Travail Muriel Pénicaud l’affirme : « derrière, il faut aussi que l’activité économique continue », pas seulement dans ce qui est indispensable, mais aussi par exemple dans le bâtiment.

Et Muriel est scandalisée par le syndicat patronal du bâtiment (on dit bien « patronal »), dont le président explique pourquoi les ouvriers hésitent à mourir pour sauver l’économie française : « ils ne veulent plus venir sur les chantiers, ils ont peur et je les comprends, on ne veut pas être le métier qui permet la propagation de la pandémie. [1] » Des propos que la ministre du Travail qualifie de défaitistes.

La crise du CoViD-19 est un formidable révélateur de la lutte des classes en France. Tandis que des bourgeoises nous disent tout leur bonheur de savourer le printemps dans leur maison de famille au bord de l’océan, tout un peuple d’infirmières, des caissières, d’éboueurs, d’employés des pompes funèbres, de flics, de paysans, de livreurs, bref tout un peuple de travailleurs est astreint à bosser en risquant sa vie car « il faut aussi que l’ activité économique continue » répète Muriel Pénicaud et avec elle toute la bande à Macron et tout le Medef.

Et peu importe la peau de ceux qui font le boulot

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Maja Neskovic

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment, le 19 mars 2020 sur LCI.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour notre réunion de ce lundi 28, le repaire de Bennecourt vous propose de visionner le film "J’veux du soleil !"de François Ruffin, la projection débuterait vers 19h (pétant...) pour se finir vers 20h20. Suivra le repas qui sera aussi l’occasion de se retrouver et débattre autour de la séquence (...)

Dernières publis

Une sélection :

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]

Aude Lancelin reçoit Juan Branco Macron ou la tentation autoritaire AbonnésVoir

Le

Juan Branco est l’avocat français de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks. Régulièrement, ils se rencontrent à Londres, dans l’ambassade d’Équateur, où Assange vit toujours reclus. Juan Branco porte un regard informé sur les périls que font peser sur nos libertés la raison d’État, autant que les nouvelles oligarchies intimement liées au pouvoir politique.

Saluons le courage de nos policiers qui se battent héroïquement ! FARIDA, INFIRMIÈRE CRIMINELLE, 1m55… Accès libreVoir

Le

Soignants, blouses blanches, bravo à nos héros ! Ça, c’était hier. Aujourd’hui, voilà une infirmière par terre, blessée, menottée, en garde à vue. On salue le courage de la police de Macron contre une femme d’1m55, jetée à terre, asthmatique et qui réclame sa Ventoline. Farida a reconnu avoir jeté deux cailloux sur les flics.