Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte)

Migrants, cadavres en morceaux… Abonnés

1

Le


Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique [1].

Ces images nous choquent, nous indignent et nous désespèrent. On accuse les passeurs, l’Europe, la corruption, l’égoïsme, le capitalisme, les discours tournent à vide, les humanitaires s’épuisent et la résignation l’emporte. L’extrême droite en fait ses choux gras. Le « grand remplacement », l’« invasion migratoire », le « séparatisme », l’« ensauvagement ». Rien n’arrête les calculs électoralistes et médiatiques. Sans surprise, on annonce que la « question migratoire » sera l’enjeu majeur des prochaines élections.

« Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé. » La phrase attribuée à Albert Einstein dit bien la difficulté de lutter contre un tel bloc de préjugés et d’ignorance, qui profitent aux profiteurs depuis si longtemps en matière de migrations, de la traite négrière aux sans-papiers de Deliveroo.

François Héran, sociologue et professeur au collège de France, fait partie des chercheurs qui contribuent à ce que Noam Chomsky appelle l’« auto-défense intellectuelle », c’est-à-dire mettre à disposition les armes du savoir et de la raison. Pour dépasser les émotions et les indignations morales, il faut replacer les migrations dans le temps long de l’histoire, mais aussi dans nos mémoires familiales et dans notre présent vivant. Comprendre que, souvent rugueuse et douloureuse, l’intégration se fait au fil du temps, qu’il ne s’agit pas d’être pour ou contre mais d’être « avec », et considérer qu’il s’agit d’une réalité durable et banale.

Également démographe, titulaire de la chaire « Migrations et sociétés » au collège de France, François Héran publie Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir (La Découverte, 2017). Dans cet entretien, il s’emploie à élever le débat avec un sens du discernement imparable. L’idée de « grand remplacement », colportée par Marine Le Pen, apparaît pour ce qu’elle est : une fake news. Il jette aussi une lumière crue sur la politique d’accueil « à bras fermés » de la France. Un éclairage nécessaire, et une boîte à outils pour faire barrage à la rhétorique de l’extrême droite.

Deuxième partie d’un entretien de Mathieu Dejean avec François Héran, sociologue, démographe, professeur au collège de France, directeur de l’institut Convergences Migrations, qui publie Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir (La Découverte, 2017).

Écouter la vidéo au format audio :

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.