Émission spéciale « Doléances et Résistances » en direct de Béziers

Merci Béziers !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[INTÉGRALE] Envie de Béziers ?


Formidable succès dimanche à Béziers !

Merci à toutes et tous, c’est un contre-courant qui s’est manifesté, un contre-feu qui s’est allumé. Béziers commence à en avoir assez de son petit Führer excité. Dimanche, sous le chapiteau de sortieOuest, le public était si nombreux que beaucoup ont dû suivre l’émission depuis le chapiteau resto. Au moins cinq cents personnes sur place — et bien plus dans le monde ! — pour notre émission DOLÉANCES et RÉSISTANCES avec les OGRES DE BARBACK et de nombreux invités.

En voici l’intégrale !

Et voilà ce qu’en dit un Biterrois, Pépé ZUC, sur son mur !

« En ce mois de mars Béziers est traversée ; après la réunion tupperware d’extrême droite comprenant 213 participants, puis celle de mi-mandat visant à rassurer l’ego meurtri d’un apprenti autocrate de plus en plus incompris et isolé, Béziers se met enfin à respirer.

Quand du côté des Palais des congrès se succédaient donc de tristes kermesses à la gloire de la déchéance municipale, à sortieOuest, Béziers dans toute sa diversité se retrouvait enfin dans la réflexion, l’échange et la bonne humeur. Sous chapiteau s’est tenue une émission de trois heures, la mythique Là bas si j’y suis, animée par le non moins mythique Daniel Mermet.

Une émission agrémentée de concerts d’artistes locaux auxquels sont venus se mêler les généreux Ogres de Barback. Lesquels ont offert un concert final 100% Ogres au public biterrois.

Un public si nombreux que, la jauge étant pleine, beaucoup ont du suivre les débats confortablement installés dans le chapiteau resto. »

LÀ-BAS À BÉZIERS

L’effervescence électorale est un bon moment pour découvrir et écouter toute une France rarement visible en général dans les médias.

Aussi, dans le cadre de la série « Doléances et Résistances », LÀ-BAS SI J’Y SUIS commence par BÉZIERS, devenue référence de l’extrême droite en France.

Du fichage des crottes de chien au réferendum anti-migrants, pas un jour sans que le maire, Robert Ménard, expert en communication, ne lance de nouvelles provocations qui lui valent souvent poursuites et tribunaux, mais surtout qui lui permettent d’occuper toute la place médiatique et de dicter l’agenda de la ville au point que toute opposition et toute contestation semblent inaudibles.

Associations, médias, chercheurs, témoins, mais aussi artistes ou musiciens, voilà les acteurs que nous venons rencontrer pour débattre et comprendre les enjeux, les luttes et les possibles alternatives.

Il y a du travail, car si le très catholique Robert Ménard, nostalgique de l’OAS, est devenu le protecteur des Gaulois menacés d’un grand remplacement par les hordes d’envahisseurs venus d’Arabie, il a un peu délaissé l’économie et l’emploi dans sa ville qui reste au 4ème rang des villes les plus pauvres avec 32% au-dessous du seuil de pauvreté.

Une résistance d’autant moins commode que la rumeur veut que le maire serait réélu si par hypothèse les élections municipales avaient lieu aujourd’hui.

Une émission enregistrée en direct et en public le 12 mars 2017 au théâtre sortieOuest de Béziers.

Et retrouvez bientôt l’intégralité du mini-concert des Ogres de Barback en ligne sur la-bas.org.


Les différentes séquences de l’émission :

01. Vos messages sur le répondeur

01. Vos messages sur le répondeur de Là-bas

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Robert MARTIN, journaliste, contributeur au journal Envie à Béziers et animateur sur Radio Pays d’Hérault

- Sarra BAREK, membre du Réseau Citoyen Solidaire de Béziers (RCSB)

- Les Ogres de Barback

Les Ogres de Barback (photo : Grégory SALOMONOVITCH)

02. L’instrumentalisation de l’Histoire

02. L’instrumentalisation de l’Histoire

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Bruno MODICA, professeur agrégé d’Histoire et président de l’association Les Clionautes

- Sébastien RIBERPREY, enseignant d’histoire au collège Katia et Maurice Krafft dans le quartier de la Devèze à Béziers et membre du collectif CAID-E (Collectif anti-ingérence et discriminations dans l’éducation)

- Rémi SERRES, agriculteur et ancien appelé de la Guerre d’Algérie, initiateur en 2004 de l’association 4ACG (Association des Anciens Appelés contre la Guerre)

- la chanteuse Camille SIMERAY, accompagnée par Maud SEGUIER et Sam BURGUIÈRE

Rémi SERRES (photo : Grégory SALOMONOVITCH)

03. Quelques associations biterroises

03. Quelques associations biterroises

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Jean-Philippe TURPIN, directeur du Centre d’accueil de demandeurs d’asile de la Cimade de Béziers

- François MUSELET, membre de l’Association Biterroise contre le Racisme (ABCR)

- Mehdi ROLAND, responsable de l’association Esprit Libre implantée dans le quartier de la Devèze à Béziers

- Linda MENDY-HAMDANI, présidente de l’association Cultures Solidaires

- le musicien COKO

Jean-Philippe TURPIN, directeur du Centre d’accueil de demandeurs d’asile de la Cimade à Béziers (photo : Grégory SALOMONOVITCH)

04. L’opposition politique

04. L’opposition politique

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Aimé COUQUET, conseiller municipal d’opposition (PCF)

- David GARCIA, infirmier, créateur du journal Envie à Béziers, membre du PG et candidat suppléant France Insoumise aux prochaines législatives (PG)

- Jean-Michel DU PLAA, conseiller municipal de Béziers (PS)

Aimé COUQUET (photo : Grégory SALOMONOVITCH)

05. Les médias locaux

05. Les médias locaux

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Arnaud GAUTHIER, directeur de l’agence locale du quotidien Le Midi Libre

- Mathias REYMOND, universitaire, membre de l’association ACRIMED

- Pierre-Emmanuel AZAM, ancien journaliste à La Marseillaise

- Mathilde VIDAL, journaliste à En Vie À Béziers

(photo : Grégory SALOMONOVITCH)

06. Les Ogres de Barback

06. Les Ogres de Barback

Avec Alice, Mathilde, Fred et Sam BURGUIÈRE du groupe Les Ogres de Barback

(photo : Grégory SALOMONOVITCH)

Retrouvez bientôt l’intégralité du mini-concert des Ogres de Barback en ligne sur la-bas.org.

Musique, en direct au théâtre sortieOuest :
- Les Ogres de Barback : Faire face
- Camille SIMERAY : Ma Ville
- Corentin COKO : Étranger
- Les Ogres de Barback : Vous m’emmerdez
- Les Ogres de Barback : Rue De Panam

Merci à Jean VARELA, Isabelle SÉNÉGAS, Christophe ROBIN, Anaïs ESCRIVA, Régina, Ludovic et à toute l’équipe du théâtre sortieOuest.

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.