Les gueules cassées de Macron

Manu, « gilet jaune » éborgné : « Je serai toujours là ! »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Samedi 16 novembre 2019, manifestation à Paris pour le 1er anniversaire du mouvement des « gilets jaunes ». Tous les cortèges sont empêchés de manifester dès le départ, gaz, camions à eau, la place d’Italie est nassée, transformée en souricière. Manuel, 41 ans, ouvrier de l’automobile, « gilet jaune » de la première heure, est descendu de Valenciennes avec sa compagne Séverine. Il se trouve là, place d’Italie, à échanger avec d’autres manifestants, à rigoler, à ironiser sur la situation et sur les « casseurs » que la police a gentiment laissé passer. Soudain, alors que tout est calme autour de lui, une grenade lacrymogène lui arrive directement dans l’œil gauche. La scène ultra-violente est saisie par une caméra en direct. « Manu » est emmené par les secours, son œil est perdu.

Une dizaine de jours plus tard, Taha Bouhafs est allé rencontrer Manu et Séverine à Valenciennes pour recueillir leur témoignage. Les mots de Manu sont saisissants de force et de courage : « même avec un œil en moins, je serai toujours là ».

Manu est le 25e éborgné depuis le début du mouvement des « gilets jaunes ». Vingt-cinq en douze mois, ça fait deux par mois. Il a refusé d’être entendu par l’IGPN, a déposé une plainte contre le préfet Lallement, mais ne se fait pas d’illusions sur la suite de la procédure : sur les 212 enquêtes de l’IGPN, 146 ont été clôturées et seulement 18 ont donné lieu à l’ouverture d’une information judiciaire, pour zéro condamnation pour le moment [1].


Merci à Manu et Séverine pour leur témoignage.

journaliste : Taha Bouhafs
montage : Pascal Montagna

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Écouter la vidéo au format audio :

[VIDÉO] Manu, gilet jaune éborgné : « Je serai toujours là ! »

Notes

[1Trois mois de prison avec sursis ont été requis jeudi 21 novembre par le tribunal correctionnel de Paris pour le cas d’un policier filmé en train de jeter un pavé sur des manifestants le 1er mai 2019.

Sur notre site

À lire

Spécial infogrèveEnvoyez-nous vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Avec Gérard Filoche Macron fait payer les mesures « gilets jaunes » par la Sécu ! AbonnésÉcouter

Le

Vous vous souvenez des quelques mesures « lâchées » par Emmanuel Macron, début décembre 2018, pour tenter de calmer les « gilets jaunes » ? Hausse de la prime d’activité, exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires, baisse de la contribution sociale généralisée (CSG) sur les retraites inférieures à 2 000 euros… Ce mardi 20 octobre, presque un an après, l’Assemblée nationale va voter le budget 2020 de la Sécurité sociale. Et que découvre-t-on, à l’article 3 du budget ? C’est la Sécu qui va payer les mesures « gilets jaunes » !

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.