Les gueules cassées de Macron

Manu, « gilet jaune » éborgné : « Je serai toujours là ! »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Samedi 16 novembre 2019, manifestation à Paris pour le 1er anniversaire du mouvement des « gilets jaunes ». Tous les cortèges sont empêchés de manifester dès le départ, gaz, camions à eau, la place d’Italie est nassée, transformée en souricière. Manuel, 41 ans, ouvrier de l’automobile, « gilet jaune » de la première heure, est descendu de Valenciennes avec sa compagne Séverine. Il se trouve là, place d’Italie, à échanger avec d’autres manifestants, à rigoler, à ironiser sur la situation et sur les « casseurs » que la police a gentiment laissé passer. Soudain, alors que tout est calme autour de lui, une grenade lacrymogène lui arrive directement dans l’œil gauche. La scène ultra-violente est saisie par une caméra en direct. « Manu » est emmené par les secours, son œil est perdu.

Une dizaine de jours plus tard, Taha Bouhafs est allé rencontrer Manu et Séverine à Valenciennes pour recueillir leur témoignage. Les mots de Manu sont saisissants de force et de courage : « même avec un œil en moins, je serai toujours là ».

Manu est le 25e éborgné depuis le début du mouvement des « gilets jaunes ». Vingt-cinq en douze mois, ça fait deux par mois. Il a refusé d’être entendu par l’IGPN, a déposé une plainte contre le préfet Lallement, mais ne se fait pas d’illusions sur la suite de la procédure : sur les 212 enquêtes de l’IGPN, 146 ont été clôturées et seulement 18 ont donné lieu à l’ouverture d’une information judiciaire, pour zéro condamnation pour le moment [1].


Merci à Manu et Séverine pour leur témoignage.

Écouter l'émission version radio

[VIDÉO] Manu, gilet jaune éborgné : « Je serai toujours là ! »
Témoignage de Manuel, Gilet jaune éborgné par une grenade le 16 novembre 2019.

journaliste : Taha Bouhafs
montage : Pascal Montagna

Notes

[1Trois mois de prison avec sursis ont été requis jeudi 21 novembre par le tribunal correctionnel de Paris pour le cas d’un policier filmé en train de jeter un pavé sur des manifestants le 1er mai 2019.

Sur notre site

À lire

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !